Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Mon Liban, une histoire d’amour

Ô Liban, mon beau Liban !

J’ai beau espéré que ma peine s’apaisera avec le temps,

Mais la plaie causée par mon départ,

Ne fait que me rappeler de notre écart,

Par les pulsations de douleur qu’elle m’inflige.

Ô Liban, mon cher Liban,

Mon pays natal que j’aime tant,

Mon lieu de sanctuaire depuis que j’étais enfant,

Il suffit simplement

Que je me réveille dans tes bras

Pour apaiser mes cauchemars quels qu’ils soient.

Comment te déclarer ma flamme éternelle ?

Une simple mention de ton nom ravive en moi une étincelle,

Cette étincelle ne s’éteint pas lorsque je te quitte,

Non, jamais,

Mais elle se ranime et danse une danse de joie et de paix,

La paix de mon âme, qui au repos est dans un lieu qui lui est si familier.

Lorsque je me regarde dans le miroir,

Ce n’est pas ma réflexion que je vois, mais la tienne.

Je porte dans mes yeux le vert de ton cèdre, aussi majestueux,

Et lorsqu’on me parle de toi mon cher Liban,

Mes yeux brillent d’enthousiasme et d’amour,

Brillent comme Beyrouth, le soir, qui illumine ses alentours.

Nos « au revoir » ne cesseront jamais de me déchirer le cœur,

Mais notre réunion est le comble de mon bonheur.

Comme j’ai hâte d’entendre résonner dans l’avion mes paroles préférées,

Mesdames et messieurs, nous sommes arrivés,

Bienvenue à Beyrouth, la capitale du Liban et la capitale de votre cœur désormais.

Yasmine B. FREM (15 ans)

Élève de brevet à Dubaï

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

Ô Liban, mon beau Liban ! J’ai beau espéré que ma peine s’apaisera avec le temps,Mais la plaie causée par mon départ,Ne fait que me rappeler de notre écart,Par les pulsations de douleur qu’elle m’inflige. Ô Liban, mon cher Liban,Mon pays natal que j’aime tant,Mon lieu de sanctuaire depuis que j’étais enfant,Il suffit simplementQue je me réveille dans tes brasPour apaiser mes...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut