Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

La neutralité officielle du Liban, en perspective comparée Liban-Autriche

La neutralité officielle du Liban, en perspective comparée Liban-Autriche

La couverture de l’ouvrage. Photo DR

La publication de l’ouvrage sur la neutralité officielle du Liban, en perspective comparée Liban-

Autriche, doit désormais réorienter nombre d’approches légalistes, polémiques ou idéologiques. Il s’agit d’une investigation historique sur l’historicité même de la neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue arabe, souvent certes violée dans un Liban-arène (« sâha ») de conflits régionaux et internationaux et à cause du complexe libanais de la Sublime Porte en psychologie historique (Michel Pharaon et Antoine Messarra, dir., Liban-Autriche – Expériences comparées : la neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue arabe, actes du Congrès de ADAA-Fondation libanaise pour la paix civile et permanente et l’ambassade d’Autriche au Liban, vol. 51, 2024, 96 p. + 112 p. en arabe).

C’est le président Nasser lui-même qui exige, le 2/4/1958, que le Liban « proclame « officiellement » (sic) sa neutralité en vue de la poursuite des pourparlers

Liban-Égypte » (pp. 50-51) ! D’autres sources sont rapportées, notamment toutes les déclarations ministérielles depuis 1943.

Pour ceux qui voudraient contester et douter, les expériences comparées Liban-Autriche et les interventions des participants au congrès de ADAA et de l’ambassade d’Autriche au Liban, le 9/6/2023, incitent à une recherche pragmatique a contrario, à savoir tout l’inventaire du désastre au Liban hors de la neutralité officielle (Michel Pharaon, ambassadeur René Paul Amry, Helmut Tichy, Markus Kornprobst, Antoine Messarra, Tony Atallah).

Michel Pharaon écrit dans l’introduction : « Chaque fois que nous nous éloignons de la neutralité, nous vivons le désastre. La feuille de route existe. Nous y revenons par morceaux en toute circonstance charnière. » L’ambassadeur René Paul Amry écrit : « La neutralité est au cœur de la conscience de l’Autriche. » Antoine Messarra écrit dans son intervention : « Il y aurait une banalisation du cri d’alarme du patriarche cardinal Béchara Raï, le 5/7/2020, à propos de la neutralité positive du Liban si on la situe dans une perspective d’opposition politique ou de loyalisme. Le cri puise sa source des tréfonds historiques du Liban depuis 1860 au moins, de l’opposition du Liban à tout espace sioniste identitaire, et de l’islam musulman et le christianisme du prochain. »

Il y a dans l’ouvrage plusieurs références et citations pertinentes, dont la vision profonde de l’imam Moussa Sadr et des pères fondateurs (pp. 31, 42, 55, 59-63). La déclaration du commandant général de l’armée Joseph Aoun à la caserne Youssef Osta, le 3/2/2024, est rapportée dans l’ouvrage : « Les guerres s’engagent avec des armes, mais la victoire relève des hommes. » (P. 71).

L’ouvrage est en conformité parfaite avec l’histoire scientifique et

réaliste du Liban, la charte de la Ligue arabe et le préambule de la Constitution libanaise : « Liban arabe par son identité et appartenance. »

Antoine MESSARRA

Ancien membre

du Conseil constitutionnel,

2009-2019

Une présentation et signature de l’ouvrage, avec la participation de ADAA, l’ambassade d’Autriche au Liban et la Fondation libanaise pour la paix civile permanente, aura lieu à la villa Audi, avenue Charles Malek, le jeudi 13 juin 2024 à 17h30.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

La publication de l’ouvrage sur la neutralité officielle du Liban, en perspective comparée Liban-Autriche, doit désormais réorienter nombre d’approches légalistes, polémiques ou idéologiques. Il s’agit d’une investigation historique sur l’historicité même de la neutralité officielle du Liban dans le cadre de la Ligue arabe, souvent certes violée dans un Liban-arène...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut