Rechercher
Rechercher

Économie - Appart'hôtel

Dar Khawla, à Achrafieh, offre plusieurs concepts sous un même toit

La nuitée va de 150 à 250 dollars.

Dar Khawla, à Achrafieh, offre plusieurs concepts sous un même toit

Les appartements ont une superficie respective de 30, 50 et 70 m². Photo DR

La famille Zoghby a ouvert le 9 mai dernier trois appartements pour des locations de courte durée dans son immeuble Dar Khawla, situé sur la rue Schéhadé au cœur d’Achrafieh. Acheté en 2019 en très mauvais état, l’immeuble a été rénové de fond en comble pour accueillir divers espaces où chaque membre de la famille trouve sa place. Ainsi, il aura fallu mettre le bâtiment aux normes, le renforcer et installer sur le toit des panneaux solaires pour assurer une fourniture continue en électricité.

« Khawla était le prénom de ma mère », explique Hala Zoghby, maîtresse des lieux. « Elle m’a inspirée de par son combat pour l’accès des femmes à l’éducation, notamment dans le Golfe », fondant des écoles au Koweït. « Mon atelier, Nour Artisan, est situé au rez-de-chaussée, à côté du café Sippy cup de ma fille, Hana Farjallah. Mon autre fille, Nour Farès, est au premier étage avec Fabrica, un lieu pour faire de la céramique et de la poterie en famille ».

Lire aussi

Des légendes bédouines aux fantasmes orientalistes : une petite histoire de l’hospitalité arabe

Un immeuble avec plusieurs concepts donc, dont les trois nouveaux appart'hôtels, qui conviennent aux familles, même si depuis l’ouverture les clients sont plutôt des couples : « Des étrangers qui ont des amis au Liban et qui souhaitent être indépendants », explique-t-elle. Les appartements reprennent trois dates phares de la famille : 1965 pour le premier, qui rappelle la naissance du frère de Hala, Hanna, et consiste en une chambre pouvant accommoder deux personnes pour 150 dollars la nuit sur une surface de 30 m² ; 1929 pour le second, soit la date de naissance du père de Hala Zoghby et qui convient sur 50 m² à quatre personnes pour 200 dollars la nuit ; et 1931, date de naissance de la mère de Hala, Khawla, qui offre un appartement pour six personnes, sur 70 m², et coûte 250 dollars la nuit. Les trois appartements ont une kitchenette équipée, le lieu n’ayant pas de restaurant dédié sur place.


Un pari : toujours en famille

Hala Zoghby s’est lancée dans cette aventure avec son mari et ses enfants sans réelle expérience auparavant. « Je mettais toute mon énergie dans Nour Artisan », dit-elle. Raya, sa cadette, et son mari, Jean Kissonergis, gèrent l’immeuble. Le fils de la famille, Fouad Zoghby, a lui « réalisé toutes les études de faisabilité et préparé notre stratégie économique », détaille la propriétaire, qui surveille le tout avec son mari Salah.

« L’idée était de garder l’authenticité de l’architecture et de s’en inspirer », explique Nour Farès. « Nous avons conservé toutes les tuiles, les ouvrages en acier des balcons, les volets en bois des fenêtres et toutes les arcades des façades en introduisant de la modernité. Il y a aussi un espace d'exposition moderne dans la cage d'escalier du bâtiment, avec des œuvres d'artistes locaux », renchérit-elle.

« Nous sommes une famille très soudée et ouvrir ces trois locations nous permet de travailler ensemble », conclut Hala Zoghby. Le tout, sous l’égide de Khawla, la grand-mère maternelle de la famille, une véritable inspiration pour tous.


La famille Zoghby a ouvert le 9 mai dernier trois appartements pour des locations de courte durée dans son immeuble Dar Khawla, situé sur la rue Schéhadé au cœur d’Achrafieh. Acheté en 2019 en très mauvais état, l’immeuble a été rénové de fond en comble pour accueillir divers espaces où chaque membre de la famille trouve sa place. Ainsi, il aura fallu mettre le bâtiment aux...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut