Rechercher
Rechercher

Économie - Consommation

Ces accessoires utiles aux installations photovoltaïques

Ces accessoires utiles aux installations photovoltaïques

Un représentant en installations photovoltaïques démarchant un client lors du salon Lebanese Solar Week. Photo : P.H.B.

La deuxième édition de la Lebanese Solar Week s’est ouverte jeudi au Seaside Pavillon (l’ancien Biel) à Beyrouth. Le salon a été inauguré par les ministres de l’Énergie, Walid Fayad, et de l’Industrie, Georges Bouchikian, une quarantaine d’exposants libanais, chinois, indiens ou sud-africains campant dans leurs stands jusqu’à samedi pour convaincre de potentiels clients.

Interrogé sur place, Elias Khoury, organisateur de l’événement avec sa société Promoteam Expo, confirme ce que beaucoup de représentants présents au salon nous ont dit sur place sur le marché libanais, qui a changé : « Ce sont les grands projets qui dominent actuellement, la vague est passée pour les projets individuels, même s’il y a encore de la demande ». Il n’est donc pas étonnant qu’une importante portion du salon soit dédiée aux solutions intégrées destinées aux entreprises ou aux acteurs intéressés par les fermes solaires capables d’alimenter des collectivités.

Quelle que soit leur taille, les installations photovoltaïques sont constituées d’un certain nombre d’éléments centraux, panneaux, batteries, câblages et tableaux, ondulateurs (qui sont centralisés sur les grandes installations) ou régulateurs de charge (qui ne sont installés que sur les installations de particuliers). Mais il existe également d’autres équipements et accessoires qui permettent d’optimiser les rendements et la sécurité des installations photovoltaïques.

L’Orient-Le Jour en a isolé trois en faisant le tour des catalogues des fournisseurs sur Internet avec l'aide de Pierre Le Port, ingénieur électrique qui a déployé des installations photovoltaïques en France et au Liban, et de Walid Baba, président de l'association Lebanese Solar Energy Society, qui ont validé la sélection et les explications techniques.

Lire aussi

Vers la fin du boom des panneaux solaires au Liban ?

Le robot de nettoyage

La poussière qui s’accumule sur les panneaux solaires est la principale cause de baisse du rendement des panneaux photovoltaïques. Elle accumule la chaleur du soleil, ce qui chauffe la surface des panneaux au-delà de la température optimale, soit 25°C. La perte d’énergie peut atteindre 10 % de la capacité optimale.

Il existe donc de nombreux outils et équipements pour nettoyer la surface des panneaux, qu’il s’agisse de brosses articulées ou de rails coulissants. Mais l’un des plus atypiques est le robot téléguidé de nettoyage de panneaux solaires, qui ressemble à s’y méprendre à un module spatial. Généralement équipé de chenilles spéciales, de caméras pour permettre un contrôle à distance, de brosses spécifiques et de batteries, ce type de robot est généralement utilisé pour le nettoyage des fermes solaires et a peu d’intérêt pour les petites installations.

Et pour cause : en fonction des modèles et des performances, son prix peut grimper au-dessus des 30.000 dollars, sans compter le déminéralisateur d’eau, nécessaire pour éviter les dépôts calcaires sur les panneaux. À savoir que les panneaux se nettoient sans savon ou autres produits détergents. Un des exposants présents lors de la précédente édition de la Lebanese Solar Week en avait exposé un sur son stand pour attirer les badauds.

Le kit météo

Le rendement d’un panneau photovoltaïque dépend en grande partie des caprices climatiques. C’est pour cette raison que les installateurs préconisent de déployer un kit météo intégré au système qui permet d’analyser en temps réel les conditions dans lesquelles il évolue. Cela permet de détecter les éventuels écarts entre ce qu'on attend d'être produit, le productible, et la production réelle - le terme productible désignant l'estimation de la quantité d'électricité que devrait en principe produire un système photovoltaïque en fonction de sa localisation. C'est un outil de maintenance préventive et d'optimisation de l'installation.

Ces kits incluent une station météo (thermomètre, baromètre, hygromètre, etc.), un pyranomètre pour surveiller le rayonnement du soleil sur les panneaux, une sonde mesurant la température sous les panneaux, un pluviomètre ainsi que des capteurs permettant de mesurer la direction du vent. Ces kits peuvent être programmés pour alerter leur utilisateur en cas de variation importante sur les différents capteurs.

Les éléments de ces kits peuvent être vendus séparément. Ils ne sont pas indispensables sur des installations individuelles. Pour le prix, compter un millier de dollars environ pour un kit complet de qualité standard. Il existe également des kits d'alimentation solaire pour stations météo qui se vendent à quelques centaines de dollars.

Montage réalisé par L'Orient-Le Jour à partir d'une vidéo d'un reportage de France 3 - Pays de la Loire

La boule anti-feu

Le troisième accessoire n’est pas spécifiquement réservé aux installations photovoltaïques, mais trouve tout à fait sa place dans un monde où les particuliers, les entreprises et les collectivités ne dépendent plus exclusivement des fournisseurs publics et déploient leurs propres sources d’énergie dans leurs locaux.

La boule anti-feu, qui s’installe dans les locaux électriques, offre une alternative bien plus pratique que les extincteurs classiques. Équipée de capteurs et fixée avec des chevilles fournies, elle explose au contact en libérant un produit capable d’étouffer instantanément un départ de feu, ce qui permet de prévenir tout risque d’incendie avant l’arrivée des pompiers. Selon les spécifications données par le fournisseur, la boule de plus ou moins 2 kilos libère du phosphate de monoammonium, qui n’est pas dangereux pour l’homme, à moins de l’inhaler ou de l’ingérer en quantité. Chaque boule a un rayon d’action d’environ 10 mètres carrés.

Ces boules se vendent à quelques dizaines de dollars l'unité, selon les sites des différentes sociétés qui les commercialisent.


La deuxième édition de la Lebanese Solar Week s’est ouverte jeudi au Seaside Pavillon (l’ancien Biel) à Beyrouth. Le salon a été inauguré par les ministres de l’Énergie, Walid Fayad, et de l’Industrie, Georges Bouchikian, une quarantaine d’exposants libanais, chinois, indiens ou sud-africains campant dans leurs stands jusqu’à samedi pour convaincre de potentiels...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut