Rechercher
Rechercher

Politique - Guerre de Gaza

"Israël entraîne la région dans la guerre", lance Mikati lors d'une réunion consultative au Sérail

La réunion se tient en lieu et place d'une réunion du Conseil après les frappes iraniennes, et plusieurs ministres proches du camp aouniste y participent. 

Réunion ministérielle consultative au Grand Sérail le 15 avril. Photo Michel Hallak

Le Premier ministre libanais sortant, Nagib Mikati, a déclaré lundi, lors d'une « réunion consultative » ministérielle au Grand Sérail convoquée après des frappes iraniennes sur Israël, que l'Etat hébreu « entraîne la région dans la guerre ». Au cours de cette réunion, les différents ministres présents, dont plusieurs du camp aouniste qui boycottent normalement le Conseil des ministres, se sont exprimés sur plusieurs sujets, dont les tirs de drones et de missiles iraniens de samedi, et la question des migrants syriens.

M. Mikati avait initialement convoqué un Conseil des ministres ce lundi à 9h30, avant de changer d'avis et d'appeler les ministres à une « réunion consultative ». Une façon d'assurer la participation des ministres proches du Courant patriotique libre (CPL, aouniste) qui boycottent les réunions du Conseil depuis le début de la vacance présidentielle, estimant qu'elles outrepassent les prérogatives de l'exécutif en l'absence d'un chef de l'Etat. Selon les informations de l'Agence nationale d'Information (Ani, officielle), les ministres aounistes Henri Khoury (Justice), Hector Hajjar (Affaires sociales) et Walid Nassar (Tourisme) étaient bien présents au Sérail.


Lire aussi

Attaque iranienne contre Israël : quelles conséquences pour le Liban ?

Dans le sillage de la guerre à Gaza, le Hezbollah et Israël s'affrontent quotidiennement à la frontière israélo-libanaise depuis le 8 octobre 2023. La réunion de lundi fait suite aux frappes iraniennes de plus de 300 drones et missiles en direction d'Israël dans la nuit du samedi 13 au dimanche 14 avril. L'attaque iranienne a été lancée en représailles à une frappe israélienne qui avait visé une annexe du consulat iranien à Damas le 1er avril.

« Pression sur Israël »

Lors de cette réunion, Nagib Mikati s'est exprimé, suivi des différents membres de son gouvernement. Evoquant les échanges de tirs à la frontière libano-israélienne, le président du Conseil a déclaré que « les agressions israéliennes et les violations de l'espace aérien libanais ne peuvent être tolérées ». « Israël entraîne la région dans la guerre et la communauté internationale doit en prendre acte et mettre fin à cette guerre », a-t-il ajouté. « Grâce aux contacts effectués, nous nous rendons compte que le Liban a des amis dans le monde qui le défendent et qui font tout leur possible pour faire pression sur Israël afin qu'il mette fin à son agression et qu'il empêche l'escalade. »

Le ministre de l'Information Ziad Makari a rapporté que les ministres présents à la réunion ont proposé la création d'un comité chargé de « développer une méthodologie pour évaluer les dégâts et identifier les besoins (au Liban-Sud), ainsi que des propositions pour le financement du processus de reconstruction ».

De son côté le ministre des Affaires étrangères a publié une déclaration affirmant que son ministère « suit avec une grande inquiétude les récents développements au Moyen-Orient, alors que toute la région est au bord du gouffre ».

Migrants syriens

En ce qui concerne la question des migrants syriens, Nagib Mikati a indiqué qu' « avec la prolifération des crimes commis par certains Syriens déplacés, il est impératif que les services de sécurité gèrent fermement cette situation, mais également qu'ils prennent des mesures urgentes pour empêcher tout acte criminel et tout comportement fondamentalement inacceptable contre les frères syriens qui sont légalement présents et déplacés de force. »

Lire aussi

Au lendemain de l’attaque iranienne, quelles réponses israéliennes possibles ?

De son côté M. Makari a fait savoir qu'une proposition a été présentée consistant à appliquer « les lois libanaises à tous, sans tenir compte de l'emploi actuel du migrant ». Au cours de la réunion, les participants ont abordé la question de « la surpopulation carcérale et la possibilité d'expulser les Syriens actuellement détenus conformément aux lois et règlements en vigueur », a ajouté le ministre.

Aussi, selon des des informations rapportées par des médias locaux, le ministre de l'intérieur Bassam Maoulaoui a déclaré que 1,2 million des deux millions de Syriens déplacés « ne sont pas enregistrés ». Il a ajouté que 800 000 d'entre eux sont enregistrés et que seuls 300 000 migrants syriens ont un permis de séjour.

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, George Kallas, a lui commenté les critères de l'Union européenne pour les zones de sécurité en Syrie, affirmant que « la communauté internationale devrait savoir que les zones de sécurité au Liban sont menacées par les déplacements illégaux de Syriens », rapporte l'Agence nationale d'information (ANI, officielle).

Le Liban accueille plus de 1,5 million de réfugiés syriens qui ont fui leur pays depuis 2011, selon Human Rights Watch, en faisant le pays ayant le plus grand nombre de réfugiés par habitant dans le monde, tout en étant confronté à une crise économique sans précédent. Le meurtre de Pascal Sleiman, responsable de Jbeil au sein des Forces libanaises, il y a environ une semaine, a fait monter la tension au Liban, avec une recrudescence de la violence verbale et physique à l'encontre des ressortissants syriens et de leurs représentants. M. Mikati a demandé au ministre de l'Intérieur d'appliquer strictement « les lois libanaises sur tous les réfugiés et de traiter les cas qui violent ces lois ».

Le Premier ministre libanais sortant, Nagib Mikati, a déclaré lundi, lors d'une « réunion consultative » ministérielle au Grand Sérail convoquée après des frappes iraniennes sur Israël, que l'Etat hébreu « entraîne la région dans la guerre ». Au cours de cette réunion, les différents ministres présents, dont plusieurs du camp aouniste qui boycottent normalement le Conseil des...
commentaires (7)

"Israël entraîne la région dans la guerre". Je pense qu’il s’agit d’un lapsus pour "Le Hezbollah". "Evaluer les dégâts et identifier les besoins (au Liban-Sud), ainsi que des propositions pour le financement du processus de reconstruction ". Très bien, mais avant de parler de reconstruction, il faudrait peut-être penser à arrêter les destructions. Bien sûr, exiger du Hezbollah qu’il arrête ses provocations envers Israël pourrait avoir l’allure d’un vœu pieux, mais aurait au moins le mérite de montrer que l’État se soucie de sa souveraineté et, accessoirement, du sort de ses citoyens.

Yves Prevost

07 h 16, le 16 avril 2024

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • "Israël entraîne la région dans la guerre". Je pense qu’il s’agit d’un lapsus pour "Le Hezbollah". "Evaluer les dégâts et identifier les besoins (au Liban-Sud), ainsi que des propositions pour le financement du processus de reconstruction ". Très bien, mais avant de parler de reconstruction, il faudrait peut-être penser à arrêter les destructions. Bien sûr, exiger du Hezbollah qu’il arrête ses provocations envers Israël pourrait avoir l’allure d’un vœu pieux, mais aurait au moins le mérite de montrer que l’État se soucie de sa souveraineté et, accessoirement, du sort de ses citoyens.

    Yves Prevost

    07 h 16, le 16 avril 2024

  • Qu’il parte en vacances sur son bateau à Monaco, il pourra ainsi être juste à Côté de la justice monégasque , au besoin…

    LeRougeEtLeNoir

    23 h 47, le 15 avril 2024

  • Mr Mikati qui a bombardé du Liban l'entité le 8/10 ? le syndicat des coiffeurs syriens ou le HB libanais ?

    Dorfler lazare

    20 h 01, le 15 avril 2024

  • N’est-ce pas Voltaire qui avait dit que la politique c’est prendre les gens pour des imbéciles ? Spécialement au Liban? Non habibé, Voltaire n’a jamais dit cela. Dommage, il a raté une occasion d’avoir encore raison.

    PPZZ58

    19 h 46, le 15 avril 2024

  • NON UNIQUEMENT LA REGION MIKO MAIS LES PRETENDUS DEMOCRATES ET DEFENSEURS DES DROITS DE TOUS LES HOMMES ET PAYS, LES OCCIDENTAUX, PLUS DANGEREUX AVEC LEURS PSEUDO EMBLEMES ET LEUR DANGEREUSE DESPOTO/DEMOCRATIE.

    LA LIBRE EXPRESSION

    17 h 29, le 15 avril 2024

  • Est ce que, par exemple circuler à quatre sur une moto de 50 cc, entre dans le cadre d'une violation de la loi ?

    C…

    15 h 45, le 15 avril 2024

  • Et qu'en est il du hezbollah, qui en plus est à la botte de l'Iran et défend ses intérêts au détriment de son propre peuple?

    Citoyen

    15 h 16, le 15 avril 2024

Retour en haut