Rechercher
Rechercher

Monde - Moldavie

Les séparatistes prorusses de Transdniestrie demandent la « protection » de la Russie

Moscou va « examiner avec attention » la demande ; Chisinau dit « rejeter la propagande » venant de Tiraspol.

Les séparatistes prorusses de Transdniestrie demandent la « protection » de la Russie

Les députés de Transdniestrie se sont réunis mercredi 28 février 2024 à Tiraspol en congrès extraordinaire et ont réclamé au Parlement russe de « mettre en œuvre des mesures pour protéger » ce petit territoire. Photo Stringer/AFP

Les autorités de la Transdniestrie, une région séparatiste prorusse de Moldavie, ont demandé mercredi à la Russie des « mesures de protection » face à la « pression accrue » présumée de Chisinau, sur fond de tensions exacerbées par le conflit en Ukraine voisine.

La diplomatie russe a rapidement répondu, assurant avoir pour « priorité » la « protection » des habitants de la Transdniestrie et ajoutant que Moscou allait « examiner avec attention » la demande de Tiraspol, sans donner plus de précisions.

Le gouvernement moldave a quant à lui dit « rejeter la propagande » des dirigeants séparatistes et affirmé que la région bénéficiait des « politiques de paix, de sécurité et d’intégration économique » dans le cadre de ses liens avec l’Union européenne.

L’enchaînement de ces événements rappelle toutefois au stade actuel celui similaire de février 2022 lorsque l’appel des séparatistes prorusses de l’est de l’Ukraine avait ensuite été l’un des prétextes mis en avant par le président russe Vladimir Poutine pour déclencher une attaque de grande ampleur contre ce pays.

Les députés de Transdniestrie se sont réunis mercredi à Tiraspol en congrès extraordinaire, le premier depuis 2006, et ont réclamé au Parlement russe de « mettre en œuvre des mesures pour protéger » ce petit territoire où vivent « plus de 220 000 citoyens russes » face à une « pression accrue de la part de la Moldavie ».

La Transdniestrie est confrontée à des « menaces sans précédent de nature économique, sociohumanitaire et militaro-politique », est-il écrit dans leur déclaration.

Le ministre séparatiste des Affaires étrangères Vitali Ignatiev a précisé sur la chaîne de télévision russe

Rossiya-24 qu’il s’agissait « tout d’abord de demander un soutien diplomatique » à Moscou.

Premier pays européen à réagir officiellement, la Pologne, par la voix de son Premier ministre Donald Tusk, a jugé « dangereuses » les tensions dans la région.

Au même moment, le président ukrainien Volodymyr Zelensky insistait sur la livraison d’urgence d’armes et de munitions à son pays face à la Russie qui gagne du terrain sur le front, à l’occasion d’un sommet en Albanie de dirigeants d’États d’Europe du Sud-Est.

Accusations de « génocide »

Étroite bande de terre située entre la Moldavie et l’Ukraine, la Transdniestrie a fait sécession après une courte guerre en 1992 contre l’armée moldave. La Russie y maintient toujours 1 500 militaires censés notamment assurer une mission de maintien de la paix, selon les chiffres officiels.

Mais depuis l’assaut russe de février 2022 contre Kiev, des conjectures ressurgissent régulièrement quant à une éventuelle attaque russe à partir de la Transdniestrie en direction de la grande ville portuaire ukrainienne d’Odessa, sur la mer Noire.

Les autorités séparatistes ont assuré que le congrès de mercredi était une réaction à la récente introduction de droits de douane par Chisinau sur les importations en provenance de Transdniestrie.

Dans son discours, le président séparatiste Vadim Krasnosselski, cité par les médias locaux, a assuré que ce territoire subissait « une politique de génocide », via des pressions économiques, « physiques », juridiques et linguistiques.

Dans leur résolution, les députés exhortent aussi en particulier le secrétariat général de l’ONU à empêcher « des provocations » pouvant conduire à « une escalade des tensions ».

La crainte d’une escalade

C’est la première fois qu’un tel congrès avait lieu depuis 2006, quand les députés séparatistes avaient justement décidé d’organiser un référendum sur une intégration de la Transdniestrie à la Russie.

Au cours de ce scrutin, dont le résultat n’a pas été reconnu internationalement, la population locale avait voté à 97,1 % pour son rattachement à ce pays.

Depuis le début de l’assaut russe en Ukraine il y a deux ans, les craintes d’un élargissement du conflit à la Transdniestrie ont rejailli à plusieurs reprises.

L’an passé, les autorités de cet État autoproclamé avaient notamment accusé Kiev de vouloir l’attaquer après avoir affirmé avoir déjoué en mars un attentat ayant visé ses dirigeants.

Le ministère russe de la Défense a encore assuré la semaine dernière, sans présenter de preuves, que l’Ukraine préparait une « provocation armée » contre la Transdniestrie.

Comptant officiellement 465 000 habitants majoritairement russophones, ce territoire qui longe le Dniestr n’est pas reconnu en tant qu’État par la communauté internationale, y compris par Moscou.

Chisinau et l’Union européenne reprochent régulièrement à la Russie de chercher à déstabiliser la Moldavie, anciennement dans sa zone d’influence, mais dont les autorités sont désormais résolument tournées vers l’Europe.

En décembre 2023, l’UE a décidé d’ouvrir des négociations d’adhésion à la fois avec l’Ukraine et avec la Moldavie.

Source : AFP

Les autorités de la Transdniestrie, une région séparatiste prorusse de Moldavie, ont demandé mercredi à la Russie des « mesures de protection » face à la « pression accrue » présumée de Chisinau, sur fond de tensions exacerbées par le conflit en Ukraine voisine.La diplomatie russe a rapidement répondu, assurant avoir pour « priorité » la...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut