Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Guerre Israël-Hamas

L'explosion de l'hôpital al-Ahli "semble avoir résulté d’un tir de roquette", estime HRW

« Nous demandons à l'organisation de revoir son rapport, affirme le Hamas, encourageant des membres de HRW à « se rendre à Gaza pour enquêter directement » sur l'incident.

L'explosion de l'hôpital al-Ahli

Le sol recouvert de débris au lendemain de l'explosion survenue dans l'hôpital al-Ahli, dans la ville de Gaza, le 17 octobre 2023

« L’explosion qui a tué et blessé de nombreux civils à l’hôpital Al-Ahli Arab, dans la ville de Gaza le 17 octobre dernier semble avoir résulté d’un tir de roquette similaire à celles couramment utilisées par les groupes armés palestiniens », a déclaré Human Rights Watch (HRW) dimanche alors que la guerre entre le Hamas et Israël en est à son 52e jour.

Dans un communiqué publié sur son site Internet, l'ONG de défense des droits humains s'est cependant gardé de toute conclusion et a ajouté qu'une « enquête plus approfondie est nécessaire pour déterminer qui a tiré (le projectile) supposée être une roquette, et savoir si le droit de la guerre avait été enfreint ».

HRW base son constat sur un « examen» de vidéos, de photos et d'images satellites, mais aussi « d'entretiens avec cinq témoins de l'incident », d'une reprise des analyses effectuées par d'autres organisations, et de consultations avec des experts. Les éléments recouvrés par ses équipes, suggèrent, selon l'ONG, qu'une roquette a frappé l'enceinte de l'hôpital al-Ahli » le 17 octobre « à 18h59 » , dans « une zone pavée dans l’enceinte de l’hôpital, située entre un parking et un espace paysager, où de nombreux civils s’étaient rassemblés pour se mettre à l’abri des frappes israéliennes. »

Pour mémoire

Hôpital al-Ahli : Selon le Washington Post, une salve de roquettes tirée avant l’explosion pourrait étayer la version israélienne

Appel à former une commission d'enquête

« Cette analyse à distance a compris un examen de l'explosion, des dégâts causés et de plusieurs trajectoires possibles d’objets visibles sur des vidéos enregistrées lors de l'attaque, qui montraient également les minutes avant et après l'explosion à l'hôpital » a encore décrit HRW.

L'ONG reconnaît ne pas avoir « pu se rendre sur les lieux » et ne « pas être en mesure d'identifier de manière concluante » les restes du projectile tiré. « Cependant, divers facteurs – le bruit ayant précédé l’explosion, la boule de feu déclenchée, la taille du cratère qui en a résulté, le type de traces au sol, ainsi que le genre et schéma de fragmentation visible autour du cratère – concordent tous avec l’impact d’une roquette », observe-t-elle encore avant de juger que les preuves examinées par Human Rights Watch rendent « hautement improbable l’hypothèse d’une bombe de gros calibre larguée par voie aérienne, comme celles qu’Israël a fréquemment utilisées ailleurs à Gaza. »

Pour mémoire

Une analyse vidéo du NYT "jette un doute" sur la version israélienne de la frappe contre l'hôpital de Gaza

Le Hamas dénonce le rapport

L'ONG ajoute qu'elle n'a pas pu « corroborer » les chiffres fournis par le ministère de la Santé de Gaza qui avait affirmé « que 471 personnes ont été tuées et 342 autres personnes blessées » ce jour-là. Elle considère en outre que ni Israël ni les autorités palestiniennes ne sont en capacité à « mener des enquêtes crédibles et impartiales sur les violations présumées du droit international humanitaire au cours des dernières décennies » et suggère aux Nations unies de mandater une Commission d'enquête pour tenter d'apporter des réponses sur les circonstances du drame aux familles des victimes. 

Le Hamas a condamné dans une déclaration sur sa chaîne Telegram le rapport publié par HRW affirmant qu'il « semble être plus favorable à la version de l'ennemi sioniste ». « Le rapport attribue la responsabilité des frappes aériennes aux factions de la résistance sans fournir aucune preuve matérielle claire à l'appui de cette conclusion », dénonce le Hamas affirmant que le rapport de HRW « ne tient pas compte de la politique systématique de tirs sur les hôpitaux de Gaza, un fait bien documenté devant le monde entier ». Le Hamas souligne également que la crédibilité du rapport de l’organisation est « affaiblie par son manque d'accès au terrain, son incapacité à rassembler des preuves, à rencontrer des témoins ou à écouter les rapports des autorités compétentes ». « Nous demandons à l'organisation de revoir son rapport, a conclu le Hamas, encourageant des membres de HRW à « se rendre à Gaza pour enquêter directement » sur l'incident.

HRW avait fermement condamné l'attaque sur l'hôpital d'al-Ahli dans laquelle le Hamas et Israël se renvoient la responsabilité.

« L’explosion qui a tué et blessé de nombreux civils à l’hôpital Al-Ahli Arab, dans la ville de Gaza le 17 octobre dernier semble avoir résulté d’un tir de roquette similaire à celles couramment utilisées par les groupes armés palestiniens », a déclaré Human Rights Watch (HRW) dimanche alors que la guerre entre le Hamas et Israël en est à son 52e jour.Dans un...

commentaires (2)

Personne ne semble plus nier que l'offensive d'Israel a tué au moins une bonne dizaine de milliers de Palestiniens, y compris de nombreux civils, dont femmes, enfants et personnes âgées. La raison pour laquelle on parle tellement de cet incident spécifique est que le Hamas, pour Dieu sait quelle raison, a décidé d'en faire une pièce maîtresse de sa propagande. Sur Telegram, le Hamas n'a mentionné presque aucun autre massacre causé par les israéliens, par contre il ne manque pas de crier victoire chaque fois qu'un de ses missiles abîme légérement la chaussée d'une rue israélienne.

Naccache Georges

14 h 52, le 27 novembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Personne ne semble plus nier que l'offensive d'Israel a tué au moins une bonne dizaine de milliers de Palestiniens, y compris de nombreux civils, dont femmes, enfants et personnes âgées. La raison pour laquelle on parle tellement de cet incident spécifique est que le Hamas, pour Dieu sait quelle raison, a décidé d'en faire une pièce maîtresse de sa propagande. Sur Telegram, le Hamas n'a mentionné presque aucun autre massacre causé par les israéliens, par contre il ne manque pas de crier victoire chaque fois qu'un de ses missiles abîme légérement la chaussée d'une rue israélienne.

    Naccache Georges

    14 h 52, le 27 novembre 2023

  • Et voilà …

    Bery tus

    14 h 16, le 27 novembre 2023

Retour en haut