Rechercher
Rechercher

Économie - Conjoncture

Le gouvernement suisse veut évaluer la part des matières premières dans le PIB

Le gouvernement suisse veut évaluer la part des matières premières dans le PIB

Le Palais fédéral, siège du gouvernement et du Parlement suisse à Berne. Stefan WERMUTH/AFP

Le gouvernement suisse veut évaluer la part du négoce des matières premières dans son produit intérieur brut (PIB), annonce-t-il mercredi, les statistiques pour évaluer précisément ce pan important de son économie faisant actuellement défaut.

Dans les semaines suivant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, une des difficultés qui s'était posée à la Suisse avait été de quantifier le poids de ce secteur et les répercussions économiques alors que des sanctions contre la Russie se mettaient en place. « Malgré l'importance nationale et internationale du négoce de matières premières en Suisse, il existe peu d'informations dans ce domaine », indique le Conseil fédéral (gouvernement) dans un communiqué.

La Suisse est une des plus grandes places pour le négoce des matières premières. Selon différentes études, les négociants suisses contrôlent un tiers du commerce mondial de pétrole brut, environ deux tiers de celui des métaux et 35% à 60% de celui des matières premières agricoles, ajoute le communiqué. « La nécessité d'obtenir plus d'informations est motivée par l'importance économique du secteur, tant pour la politique intérieure qu'extérieure », explique le gouvernement qui avait chargé l'office fédéral de la statistique de lancer une collecte de données en juin 2022. « Cet intérêt est antérieur à l'agression russe contre l'Ukraine, mais il est plus aigu depuis le début du conflit », précise-t-il.

De nombreuses entreprises aux structures souvent complexes sont implantées en Suisse. Parmi les plus grandes figurent Glencore, constituée en société à Jersey mais basée à Baar, dans le canton de Zoug au centre de la Suisse, et Gunvor qui est elle enregistrée à Chypre mais dont le principal bureau de négoce se trouve à Genève ou encore Trafigura dont le siège se trouve à Singapour mais dont une grande partie des activités se concentrent à Genève.

Le secteur représente environ 35.000 emplois en Suisse, selon les chiffres publiés sur le site de l'association suisse du négoce de matières premières et du transport maritime. Ce secteur fait régulièrement l'objet de critiques de la part d'ONG suisses qui lui reprochent son opacité, les dommages à l'environnement et atteintes aux droits humains.

Le Conseil fédéral a chargé l'office fédéral de la statistique de procéder à une analyse sur l'importance de ce secteur en étendant ses données actuelles en tenant compte de toutes les entreprises employant au moins trois personnes, ce qui représente environ 400 entreprises. L'analyse sera menée en 2024, 2025 et 2026.

Le gouvernement suisse veut évaluer la part du négoce des matières premières dans son produit intérieur brut (PIB), annonce-t-il mercredi, les statistiques pour évaluer précisément ce pan important de son économie faisant actuellement défaut.Dans les semaines suivant l'invasion de l'Ukraine par la Russie, une des difficultés qui s'était posée à la Suisse avait été de quantifier le...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut