Rechercher
Rechercher

Politique - Chronologie

Médiations et donations : quatre décennies de soutien qatari au Liban

Depuis la fin de la guerre civile, le Qatar a aidé le Liban aussi bien financièrement que sur le plan politique.

Médiations et donations : quatre décennies de soutien qatari au Liban

En avril 2020, le Qatar a envoyé une cargaison de 10 tonnes par l’intermédiaire du Fonds du Qatar pour le développement (QFFD) qui comprenait du matériel médical et des fournitures pour aider le Liban dans sa lutte contre le Covid-19. Photo @qatarliving/ X

Le Qatar n’a cessé d’aider le Liban depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). En fournissant une aide financière et un soutien politique, l’émirat gazier a aidé le Liban à résoudre diverses crises politiques au fil des ans. Il fait aujourd’hui partie du « groupe des Cinq » pour le Liban (avec la France, les États-Unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte) qui tente de trouver une solution au vide présidentiel. Plusieurs rapports suggèrent que l’émirat soutiendrait l’actuel chef de l’armée libanaise Joseph Aoun à la présidence qui reste vacante depuis le 31 octobre 2022.

L’Orient-Le Jour revient sur les différentes occasions où Doha a tendu la main à Beyrouth au cours de ces 40 dernières années.

• Dans les années 1990 : le Qatar contribue aux efforts de reconstruction du Liban après la guerre civile. Le montant des aides accordées n’a pas été rendu public à ce jour. Le Qatar connaissait des tensions politiques lorsque le cheikh Khalifa ben Hamad al-Thania a été remplacé par son fils Hamad ben Khalifa le 27 juin 1995 », déclare Mohanad Hage Ali, chercheur à Carnegie Middle East, à L’Orient Le Jour. « Par conséquent, sa stature d’acteur régional n’était pas encore affirmée », souligne-t-il.

Durant la période de l’après-guerre civile, plusieurs pays, notamment l’Arabie saoudite, le Koweït et les Émirats arabes unis ont envoyé de l’aide au Liban.

Des femmes au Liban-Sud agitant des drapeaux libanais et qataris. AFP

• Pendant la guerre de l’été 2006 avec Israël, le Qatar, qui disposait cette année-là d’un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies, a défendu les intérêts du Liban lors de négociations visant à approuver un projet de résolution franco-américain.

Après la fin du conflit de 34 jours, le Qatar fait don de 250 millions de dollars à la ville de Bint-Jbeil ( Liban-Sud) pour soutenir ses efforts de reconstruction, selon l’agence de presse gouvernementale Qatar News Agency.

En outre, l’organisation humanitaire Qatar Charity réalise des projets de développement dans des villages du Sud-Liban pour un coût total de 14 millions de riyals qataris (environ 3 millions de dollars).

L’émirat envoie également du matériel de secours au Liban, notamment des matelas, des couvertures, des denrées alimentaires et des produits de première nécessité pour les enfants, comme des couches et du lait. Des dizaines de milliers de familles déplacées bénéficient alors de cette campagne et reçoivent des « paniers de provisions » comprenant des denrées alimentaires et d’autre matériel.

• En mai 2008, le Qatar fait office de médiateur pour la conclusion d’un accord politique entre les factions politiques libanaises, connu sous le nom d’accord de Doha. La crise libanaise de 2008 est déclenchée par la lutte politique entre le gouvernement du Premier ministre Fouad Siniora, soutenu par l’Occident, et l’opposition, dirigée par le Hezbollah.

La crise avait atteint son paroxysme le 7 mai 2008, lorsque des militants armés du Hezbollah ont envahi plusieurs quartiers de Beyrouth-Ouest et les villages environnants dans la région de la Montagne, majoritairement druze et chrétienne. Le gouvernement qatari avait alors joué un rôle crucial dans la médiation des pourparlers entre les factions libanaises rivales.

Les négociations se déroulent à Doha, la capitale du Qatar, raison pour laquelle l’accord de 2008 est souvent appelé « accord de Doha ». Il contient plusieurs dispositions-clés, notamment celle sur l’élection d’un président de consensus, qui a abouti à l’investiture de l’ancien chef de l’armée Michel Sleiman à la présidence.

L’accord de Doha aboutit également à la formation d’un gouvernement d’unité nationale comprenant le Hezbollah et ses alliés.

Lire aussi

Le Drian et le ministre saoudien des AE discutent du "dossier libanais"

• En 2012, l’émirat s’engage à verser 20 millions de dollars pour soutenir les forces de sécurité libanaises dans le but d’améliorer leur capacité à maintenir la paix et la sécurité dans le pays, selon une source de l’armée libanaise à L’OLJ.

• En 2013, « le Qatar a fait don de 10 millions de dollars à l’armée libanaise », pointe Mohanad Hage Ali à L’Orient Today, ce qui permet de « renforcer l’infrastructure de sécurité du pays ».

• En 2017 , le Qatar a promis une aide de 150 millions de dollars pour soutenir des projets d’infrastructure dans tout le Liban, en particulier dans les domaines de l’éducation et de la santé, déclare la source de l’armée.

• En avril 2020, le Qatar envoie une cargaison de 10 tonnes par l’intermédiaire du Fonds du Qatar pour le développement (QFFD) comprenant du matériel médical et des fournitures pour aider le Liban dans sa lutte contre le Covid-19.

• À la suite de la double explosion au port de Beyrouth le 4 août 2020, le Qatar envoie une aide humanitaire immédiate et des fournitures médicales, et établit des hôpitaux de campagne pour aider le Liban à répondre à la crise. La catastrophe qui a ravagé Beyrouth a tué plus de 220 personnes, en a blessé plus de 6 500 et a détruit des pans entiers de la capitale.

Le Qatar envoie également à Beyrouth des équipes de recherche et de sauvetage à la suite de la déflagration, apportant son soutien pendant cette période difficile. Cinq avions transportant de l’aide ont été envoyés au Liban après le 4 août, a rapporté à l’époque l’agence de presse gouvernementale Qatar News Agency. Il s’agissait notamment de deux hôpitaux de campagne, entièrement équipés, de 500 lits chacun.

Dans le même temps, Doha fait également don de 50 millions de dollars pour financer les efforts de reconstruction de Beyrouth.

• En juillet 2021, le Qatar décide de fournir aux forces armées libanaises 70 tonnes de nourriture par mois.

• En juillet 2022, le Qatar s’engage à contribuer à hauteur de 60 millions de dollars aux salaires des soldats libanais. Un porte-parole de l’armée avait alors déclaré à L’OLJ que cette somme serait directement allouée aux soldes de la troupe, chaque militaire recevant 100 dollars.

• En août 2022, Qatar News Agency relate que le Liban avait reçu un troisième lot d’aide financière pour l’achat du carburant et de l’huile nécessaires au fonctionnement mensuel des établissements de santé du pays.

L’aide, dont les deux premiers lots ont été reçus par le ministère libanais de la Santé publique le 22 juillet 2022, faisait apparemment partie d’un programme de soutien de 50 millions de dollars du QFFD étalé sur neuf mois. Près de 1,5 million de litres de diesel sont ainsi distribués aux établissements de santé, comme les hôpitaux gouvernementaux et les maisons de soins.

• En juillet 2023 , l’agence de presse gouvernementale du Qatar annonce que le Fonds du Qatar pour le développement allait fournir à l’armée libanaise du carburant d’une valeur de 30 millions de dollars. Une annonce qui se concrétise en août 2023, l’accord s’inscrivant « dans le cadre de l’engagement du Qatar envers les institutions libanaises et de son soutien au peuple libanais ».

Le Qatar n’a cessé d’aider le Liban depuis la fin de la guerre civile (1975-1990). En fournissant une aide financière et un soutien politique, l’émirat gazier a aidé le Liban à résoudre diverses crises politiques au fil des ans. Il fait aujourd’hui partie du « groupe des Cinq » pour le Liban (avec la France, les États-Unis, l’Arabie saoudite et l’Égypte) qui tente de trouver...
commentaires (1)

Est ce un publireportage ou un article d’information? Toujours est il que malgré toutes les donations et les milliards versés, le peuple s’est vu, non seulement exclu de ces aides mais en plus, et en bonus, il a fini de servir de financier malgré lui à toutes leurs manigances pour enrichir les corrompus au pouvoir puisque l’argent appelle l’argent et nos politichiens se sont avérés insatiables, mais surtout intouchables. Regardez les fanfaronner et continuer de trôner à leurs postes comme s’ils avaient réaliser des prouesses pour édifier leur pays alors qu’ils n’ont fait que le pousser dans les abîmes de l’enfer. Ils sont récompensés par les intervenants qui sont à leur écoute pour satisfaire leurs conditions imposées pour achever notre pays. Si ça n’est pas une hérésie je dirai que c’est un complot verrouillé de toute part pour nous anéantir. Merci à vous tous, vous avez tout fait pour donner satisfaction à tous les corrompus que vous dites vouloir combattre.

Sissi zayyat

11 h 59, le 29 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Est ce un publireportage ou un article d’information? Toujours est il que malgré toutes les donations et les milliards versés, le peuple s’est vu, non seulement exclu de ces aides mais en plus, et en bonus, il a fini de servir de financier malgré lui à toutes leurs manigances pour enrichir les corrompus au pouvoir puisque l’argent appelle l’argent et nos politichiens se sont avérés insatiables, mais surtout intouchables. Regardez les fanfaronner et continuer de trôner à leurs postes comme s’ils avaient réaliser des prouesses pour édifier leur pays alors qu’ils n’ont fait que le pousser dans les abîmes de l’enfer. Ils sont récompensés par les intervenants qui sont à leur écoute pour satisfaire leurs conditions imposées pour achever notre pays. Si ça n’est pas une hérésie je dirai que c’est un complot verrouillé de toute part pour nous anéantir. Merci à vous tous, vous avez tout fait pour donner satisfaction à tous les corrompus que vous dites vouloir combattre.

    Sissi zayyat

    11 h 59, le 29 septembre 2023

Retour en haut