Rechercher
Rechercher

Économie - Crise/Liban

Le projet de budget de 2023 envoyé au Parlement après l’avant-projet de 2024

Le projet de budget de 2023 envoyé au Parlement après l’avant-projet de 2024

La rue de l'émir Bachir qui mène au Grand sérail, à Beyrouth. Photo : P.H.B.

Le ministère des Finances a annoncé avoir transmis au secrétariat général du Parlement le projet de budget pour 2023 avec les modifications approuvées par le Conseil des ministres, selon un bref communiqué envoyé à la presse dans l’après-midi.

Ce projet de loi, qui est supposé organiser les dépenses et les recettes publiques de l’État libanais au cours de cette année, avait été approuvé mi-août par l’exécutif sortant sur la base d’un avant-projet transmis un mois plus tôt par le ministère des Finances. Contacté, ce dernier n’était pas en mesure de nous fournir une copie du document dans l’immédiat en raison d’une panne informatique liée à une panne de générateur.

Le processus d’adoption du budget de 2023 accuse plus de 8 mois de retard sur le calendrier normal, selon lequel il aurait dû être voté et en cours d’exécution depuis le 1er janvier. Un retard d’autant plus visible que le projet de budget de 2023 a été envoyé au Parlement trois jours après que l’avant-projet de budget de 2024 soit finalisé par le ministère des Finances et envoyé à la présidence du Conseil des ministres. C’est la première fois depuis longtemps que les dirigeants respectent l’article 17 du de la loi sur la comptabilité publique qui impose au ministère des Finances de transmettre l’avant-projet de budget avant le 31 août de l’année précédant celle de son exécution.

Depuis le milieu des années 2000, les dirigeants libanais ont systématiquement voté le budget en dehors des délais constitutionnels, quand ils ne s’en sont pas tout simplement passés. Exemple le plus récent : le budget 2022 a été voté en septembre 2022 et est rentré en vigueur à un mois et demi du terme de ce même exercice.

Lire aussi

Le gouvernement prévoit d’augmenter la TVA à 12 %

La possibilité que les deux budgets en préparation – 2023 et 2024 – soient soumis au vote du Parlement lors de la prochaine session ordinaire qui doit démarrer en octobre est à ce stade tout aussi probable que celle qui verrait les dirigeants libanais oublier le budget de 2023 (comme l’a été celui de 2021) en décidant de ne voter que celui de 2024. Les budgets préparés et votés par les dirigeants libanais sont généralement déséquilibrés et pauvres en matière de dépenses d'investissements. Le Liban est en défaut de paiement sur sa dette en devises depuis mars 2020 et virtuellement dans la même situation en ce qui concerne sa dette en livres, ce qui se réflète aussi sur les derniers budgets adoptés. 

Le ministère des Finances a annoncé avoir transmis au secrétariat général du Parlement le projet de budget pour 2023 avec les modifications approuvées par le Conseil des ministres, selon un bref communiqué envoyé à la presse dans l’après-midi.Ce projet de loi, qui est supposé organiser les dépenses et les recettes publiques de l’État libanais au cours de cette année, avait été...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut