Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle

Geagea décrète la « confrontation sans limites » face au Hezbollah

Le chef des Forces libanaises balaie indirectement la proposition de dialogue de Nabih Berry, qualifie la moumanaa d’« axe du crime » et s’en prend à son adversaire chrétien Gebran Bassil.

Geagea décrète la « confrontation sans limites » face au Hezbollah

Le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, portant le flambeau au cours de la cérémonie, dimanche 3 septembre 2023, à Meerab. Photo tirée du site web des FL

Face au Hezbollah, Samir Geagea ne s’interdit rien. Presque un an après le début du feuilleton de la présidentielle, le chef des Forces libanaises ne semble plus se contenter des discours habituels appelant à souder les rangs de l’opposition pour affronter le parti de Dieu. Le leader de Meerab vient de franchir un nouveau cap : il emploie désormais un ton presque guerrier pour s’adresser au camp de la moumanaa, qu’il se dit plus que jamais disposé à affronter par tous les moyens, notamment sur le dossier de la présidentielle. Car pour Samir Geagea, l’équation est très claire : le Hezbollah « n’entrera pas à Baabda ». Cette équation, le chef des FL l’a développée dans un discours prononcé dimanche, à l’issue de la messe célébrée annuellement à Meerab pour le repos de l’âme des « martyrs de la résistance libanaise ». Un rendez-vous politico-spirituel qui a réuni des députés et responsables FL avec nombre de leurs collègues de l’opposition, dont les Kataëb, le bloc du Renouveau de Michel Moawad, le député Marwan Hamadé représentant le bloc joumblattiste et plusieurs indépendants. Le message d’unité de l’opposition, au moins dans la forme, est on ne peut plus clair. 

« L’axe du crime »
La cérémonie est intervenue un mois jour pour jour après l’annonce de l’assassinat d’Élias Hasrouni, un cadre FL retrouvé mort dans son village natal de Aïn Ebel, au Liban-Sud, fief du Hezbollah. D’entrée de jeu, Samir Geagea a usé de cet incident pour s’en prendre à la formation de Hassan Nasrallah. « Le meurtre d’Élias Hasrouni est indicateur du genre de dialogue dont veut le camp de la moumanaa. Il vous invite pendant des mois à dialoguer pour finir par vous tuer si vous ne vous conformez pas à sa volonté », a déclaré le chef des FL, avant de tonner : « La moumanaa est l’axe du crime par excellence. » M. Geagea a donc utilisé ce registre pour répondre indirectement au président de la Chambre, Nabih Berry, qui vient de proposer une initiative censée débloquer la présidentielle. Celle-ci prévoit un engagement de tenir des séances électorales ouvertes et successives de la Chambre jusqu’à ce qu’un président soit élu, mais pas avant un dialogue à la Chambre qui durerait au maximum une semaine. L’initiative a été rejetée par une partie de l’opposition.

Lire aussi

Le niet de l'opposition à l'initiative de Berry

« Nous irons à une confrontation sans limites », a martelé le chef des FL, accusant la moumanaa de se tenir derrière tous les assassinats politiques commis entre 2005 et 2023. Samir Geagea a également souligné que le Hezbollah et ses alliés sont responsables de la paralysie de l’enquête sur la double explosion du 4 août 2020 au port de Beyrouth. Après tout cela, « le camp de la moumanaa vous convoque au dialogue », s’est indigné le chef des FL. Il a par la suite fait comprendre tant au Hezbollah qu’à Nabih Berry (sans nommer ce dernier) qu’il n’est pas question de dialoguer en matière de présidentielle. « Nous avons tiré les leçons des assassinats de Rafic Hariri à Élias Hasrouni, mais aussi des événements du 7 mai 2008 et de Kahalé (le 9 août dernier) », a-t-il dit.

Le leader des FL a défini certaines constantes de la bataille face au Hezbollah et ses satellites. « Depuis un an, ils tentent de mener leur candidat (le chef des Marada, Sleiman Frangié) à Baabda, en bloquant la tenue de l’échéance (à travers l’arme du défaut de quorum, NDLR). Si ce camp avait 65 voix (la majorité absolue des députés requise pour élire un président au second tour), aurait-il appelé au dialogue ? Évidemment pas. Mais il ne peut pas remplir cet objectif et ne veut pas d’autre candidat », a-t-il lancé. « Nous ne prendrons pas le chemin de l’enfer. Ils (le Hezbollah et ses alliés) n’entreront pas à Baabda. Nous ne voterons pas pour leur candidat. Et si nous ne voulons pas un président qui soit des nôtres, nous n’accepterons qu’une figure qui incarne le minimum de nos aspirations et convictions et capable de mener la mission de sauvetage du pays », a-t-il dit.

Sauf que cette bataille, Samir Geagea est conscient qu’il ne peut pas la mener seul. Il a besoin des députés toujours en « zone grise » et de son allié Taymour Joumblatt : tout en continuant de s’afficher en faveur du candidat de l’opposition, Jihad Azour, le chef du Parti socialiste progressiste appelle à aller au dialogue. Le leader des FL s’est adressé aussi aux sunnites ex-haririens – en prononçant à plusieurs reprises le nom de Rafic Hariri – pour les inciter à faire un choix clair, car la bataille va selon lui au-delà de la personne du président. « Il est temps de choisir le Liban que nous voulons. » 

Sethrida et Samir Geagea lors de la messe célébrée pour le repos des martyrs de la résistance libanaise à Meerab, le 3 septembre 2023. Photo tirée du site web des FL

Gare à un « Mar Mikhaël bis »
Conscient que pour barrer la voie de Baabda devant le candidat du Hezbollah, Sleiman Frangié, il a besoin de son principal adversaire chrétien, Gebran Bassil, en pleines négociations avec le Hezbollah, M. Geagea s’en est implicitement pris à ce dernier. « Certains insistent pour conclure des marchés avec le Hezbollah comme si de rien n’était. Et pour camoufler cela, ils usent de slogans pour lesquels ils n’ont pas œuvré pendant qu’ils étaient au pouvoir (une allusion à la décentralisation élargie et au fonds fiduciaire réclamés au Hezb par le chef du Courant patriotique libre pour accepter de marcher dans l’option Frangié) », a-t-il relevé. « Il est honteux d’user de certains dossiers qui vont dans le sens de l’intérêt général pour conclure des bazars personnels dont les résultats seraient semblables à ceux de Mar Mikhaël », dans une référence à l’entente de février 2006 entre le CPL et le Hezbollah. « Un Mar Mikhaël bis anéantirait le Liban », a averti le chef des FL.

Il a également décoché quelques flèches en direction de la France, impliquée dans le dossier libanais et dont l’émissaire Jean-Yves Le Drian est attendu à Beyrouth pour un dialogue censé débloquer la présidentielle. « Nous nous attendions à ce que les amis du Liban nous aident à édifier un État, à commencer par la tenue d’une véritable élection présidentielle démocratique, au lieu de céder aux hérésies du camp adverse, tantôt en proposant des trocs (entre un président du 8 Mars et un Premier ministre proche de l’opposition) et tantôt en allant à l’encontre de la Constitution par des marchés appelés “dialogue” en dépit du bon sens. » « L’enfer est pavé de bonnes intentions », a-t-il conclu.

Face au Hezbollah, Samir Geagea ne s’interdit rien. Presque un an après le début du feuilleton de la présidentielle, le chef des Forces libanaises ne semble plus se contenter des discours habituels appelant à souder les rangs de l’opposition pour affronter le parti de Dieu. Le leader de Meerab vient de franchir un nouveau cap : il emploie désormais un ton presque guerrier pour...
commentaires (29)

Tant qu’il y aurait des libanais qui sont convaincus que les leaders qui les ont dépouillés et humiliés sont les meilleurs pour gouverner notre pays, nous ne pouvons en aucun cas aspirer à être libres et souverains puisque le peuple souffre du syndrome de Stockholm. Quelle désolations ! On voit en les patriotes qui défendent leur pays des opportunistes et on appuie ceux qui nous rendus à l’état de mendiants opprimés. Quel bel avenir nous attend dites-moi. Vous méritez ce qui vous arrive et même plus, puisque consentants et fiers de l’être.

Sissi zayyat

11 h 10, le 05 septembre 2023

Tous les commentaires

Commentaires (29)

  • Tant qu’il y aurait des libanais qui sont convaincus que les leaders qui les ont dépouillés et humiliés sont les meilleurs pour gouverner notre pays, nous ne pouvons en aucun cas aspirer à être libres et souverains puisque le peuple souffre du syndrome de Stockholm. Quelle désolations ! On voit en les patriotes qui défendent leur pays des opportunistes et on appuie ceux qui nous rendus à l’état de mendiants opprimés. Quel bel avenir nous attend dites-moi. Vous méritez ce qui vous arrive et même plus, puisque consentants et fiers de l’être.

    Sissi zayyat

    11 h 10, le 05 septembre 2023

  • Suite : Les puissances de ce monde en ont marre alors ils ne s’occupent plus que des resources énérgetiques et comment les exploiter avec ou sans nous. Les affaires internes ils s’en foutent. Les FL font ce qu’elles peuvent dans les circonstances actuelles et tentent de prendre le taureau par les cornes. C’est dans les urnes qu’il fallait parler lorsque nous en avions eu la chance. Au lieu de voter pour des incapables il fallait verser sa voix la ou cela aurait fait le plus mal au Hezbollah.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 58, le 05 septembre 2023

  • Suite : Il n'y a qu'a voir les réactions du PSP et des premiers ministres Sunnites, depuis 2005, pour réaliser qu’ils ont tout fait pour ne jamais laisser les Chrétiens reprendre les rennes. Lorsque Hariri a soutenue la candidature de Geagea à la présidence, il n'aurait du jamais lacher du leste, comme ne jamais laisser Berri reprendre la chaise du Parlement et surtout interpreter la constitution comme il le veut conduisant le pays à la derive et à la situation actuelle. La faiblesse et la couardise de nos dirigeants Sunnites ou Druzes nous ont conduit la ou le pays est aujourd’hui. Il n’y a qu’a revoir tous les évènements depuis 2005 et vous constaterez qu’a chaque fois que le 14 Mars faisait un pas en avant, Joumblatt ou Hariri reculait sous les dites menaces, attaques ou blacages. L’excuse etait en apparence bonne: Eviter la guerre civile. Nous avons vu la suite… Et cela se repète car il veulent le beurre et l’argent du beurre.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 58, le 05 septembre 2023

  • Que les Libanais ne s’inquiètent pas, depuis 1976 les FL, comme leurs alliés, travaillent jours et nuits à travers le monde entier pour sauver le pays et ils y arriveront. Cependant il faut bien comprendre deux facteurs important : La pandémie, la guerre en Ukraine, les conflits en Afrique et en mer de Chine ont epuisé les grandes nations et accaparent les attentions ailleurs où les enjeux sont plus grands. Le Liban a été mis en berne car les Libanais eux même n'ont rien fait pour arranger les choses. Après la destruction du pays par Aoun, depuis 1990, les dirigerants musulmans ont raté la gestion du pouvoir laissant le pays sous la coupole et la gérance Syrienne puis Iranienne ayant peur des occupants mais aussi dans la peur du retour politique des Chrétiens souverainistes en force, surtout après toutes les manigances et répressions qu’ils ont subit et auxquels ils ont fermé les yeux. C'est triste de le dire mais c'est ainsi.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    08 h 57, le 05 septembre 2023

  • Troppo tarde….

    Robert Moumdjian

    04 h 47, le 05 septembre 2023

  • Bien parlé Hakim !!!

    Tania

    17 h 52, le 04 septembre 2023

  • Le bloc joumblattiste a mandaté le député M. Hamade pour le représenter à la messe commémorative pour le repos de l’âme des victimes de la guerre civile entre (justement) les FL et les Druzes au Jabal. Quelle aberration! Et dire qu’il y a encore des centaines de familles chrétiennes déplacées de la montagne et qui n’osent pas chez eux

    Hitti arlette

    17 h 23, le 04 septembre 2023

  • « Sur un ton presque guerrier » ? Eh non c’est carrément « sur un ton guerrier » auquel nous a habitué Dracula. Chassez le naturel il revient au galop.

    Hitti arlette

    17 h 08, le 04 septembre 2023

  • Lorsqu'on leur demande d'agir, c'est d'agir dans les coulisses avec les lobbies diplomatiques à l'extérieur pour que le cas "liban" soit pris en consideration aussi bien sur le plan iranien / hezbollah que les réfugiés syriens. Bachir pouvait se permettre de haranguer les foules parce que 1) c'etait une période de guerre 2) il contrôlait les régions libres. Dans notre cas, les paroles , certes sont vraies et parlent de la situation du liban mais monter le ton n'est pas un moyen diplomatique pour activer les lobbies à l'étranger et la diaspora. Je ne suis pas pour la guerre des paroles ( qui ne servira à rien sinon, exciter les uns et les autres) mais DES actions dans les coulisses oui pour que le Liban soit inclus POSITIVEMENT dans les négociations internationales. Il faut utiliser les cartes saoudiennes, americaines, russes même ,turques, chinoises ...peu importe : Il faut des "ambassadeurs FL " efficaces matures et expérimentés pour ce genre d'action PACIFIEE . Bref, c mon avis

    LE FRANCOPHONE

    16 h 21, le 04 septembre 2023

  • Le hezbollah, c'est sans moi. Je suis prêt.

    Ca va mieux en le disant

    15 h 18, le 04 septembre 2023

  • Mr Geagea est constant avec lui meme . Bravo.

    EL KHALIL ABDALLAH

    14 h 29, le 04 septembre 2023

  • HAKIM, TENEZ SANS REPIT L,EPEE DE DAMOCLES AU DESSUS DE LEURS TETES.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    13 h 14, le 04 septembre 2023

  • QU,EST-CE QUI EST CENSURABLE DANS MON MOT ? IL Y A DEUXJOURS ON M,A PUBLIE UN MOT TOUT AUSSI PAREIL, L,EXAGERATION DANS VOTRE ROLE EST UN CRIME.

    JE NE COMMENTE PAS. JE PARLE AU PEUPLE.

    13 h 04, le 04 septembre 2023

  • Monsieur Geagea vous n’êtes pas un modèle pour donner de leçon réfléchissez bien le passé est passé soyez en sûr ?

    Badreddine issam

    13 h 01, le 04 septembre 2023

  • Pour ceux qui demandent c quoi l’autre alternatif C de résister par une position forte et d’empêcher HZ d’étrangler le pays et nous les citoyens par tous les moyens qu’on possède actuellement C’était l’esprit et le sens de discours d’hier de Dr Geagea Les gens qui critiquent et par ailleurs c leurs droits qu’ils nous proposent des alternatifs

    William SEMAAN

    13 h 00, le 04 septembre 2023

  • La messe est dite ! Les FL ont réagit dans les années 70-80 et feront de même si nécessaire aujourd'hui. A qui cela ne plait pas, qu'ils commencent a réclamer le désarmement du Hezbollah et nous éviterons de les voir en porter de même. Nous pouvons comprendre que certains ont peur et craignent les malheurs que cela pourrait engendrer mais parfois il faut faire des choix douloureux pour sauver ce qui peut encore l’être. Quoi que nous fassions et quoi que nous tentions pour construire un état digne du nom sans le désarmement Hezbollah et de ces milices cela n'arrivera pas. Ce parti ne lâchera jamais ses armes non pas a cause d’Israël et de la libération de la Palestine, dont il n'a cure, mais pour établir son état islamique et nous associer a l'Iran. Le reste ce n'est que de la fumisterie. Le front national sera toujours la avec, cette fois, beaucoup plus de soutient et bien plus élargi qu'il ne l'a été dans les années 70. Les traîtres devront bien se tenir !

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    11 h 09, le 04 septembre 2023

  • C’EST l’axe du crime , effectivement ! Mais le Hakim a oublier, les crimes financiers , gravissimes ceux-là aussi !

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 42, le 04 septembre 2023

  • Bravo Monsieur Geagea. C’est le seul discours à tenir face à ces lâches qui prennent le silence des libanais pour un consentement et qui ne comprennent que le langage de force. Que va faire HB face aux patriotes libanais qui refusent son diktat? Retourner ses armes soit disant en sa possession pour protéger les frontières du pays ou pour massacrer le peuple libanais libre pour avoir osé refuser de se soumettre et de renoncer à leur souveraineté et à leur dignité? On ne le saura que lorsque les choses prendront la direction d’une prise de position nette pour faire tomber tous les masques. C’est le prix à payer que tout bon citoyen devrait encourager.

    Sissi zayyat

    10 h 40, le 04 septembre 2023

  • On va réessayer Dans un language qui ne sera pas (encore) censuré par OLJ ... Geagea dis non a tout sans aucune alternative... Cela conduira très probablement a des années sans président Dans cette optique je conseille à tous ceux qui le peuvent de penser à eux-mêmes et a leurs enfants et de quitter définitivement le Liban . Ce pays ne changera jamais pour le meilleur, mais il changera très probablement pour le pire

    Emile G

    10 h 19, le 04 septembre 2023

  • Les libanais patriotes incitent les leaders de l’opposition à prendre des positions courageuses face aux fossoyeurs, et lorsqu’ils se montrent à la hauteur de la situation ils sont là à les critiquer, affalés dans leur canapé. Que veulent ils donc au juste? Rester sous la botte des usurpateurs ou libérer par tous les moyens leur pays du joug des mercenaires qui grâce à leur lâcheté et leur division sont en train de s’approprier notre pays sans livrer bataille parce qu’ils préfèrent se cantonner dans le rôle de donneurs de leçons et de pleurnicheurs alors que leur argent et leur vie sont aux mains des mercenaires qui veulent les asservir. Les résultats des votes prouvent à quel point ce pays est divisé et son peuple indécis. Une aubaine pour les fossoyeurs pour creuser un peu plus leurs tombes pour les y ensevelir. Certains ont raté l’occasion de se taire au lieu de donner leur avis on ne peut plus critiquable sur le sort de leur pays usurpé et menacé de mort en étant contre le courage

    Sissi zayyat

    10 h 11, le 04 septembre 2023

  • Sa folie des grandeurs est aussi "sans limites"...! Le défilé au pas cadencé de ses dizaines ( centaines ? ) de miliciens/ennes hier à Meerab nous l'a prouvé une fois de plus. Il fait exactement la même chose que son ennemi juré jaune-canari, mais avec d'autres couleurs= rouge et bleu marine, et animé d'une multitude de prêtres et autres évêques en grande pompe. Nous...on a eu un spectacle dominical édifiant et plein d'espoir pour notre avenir...M E R C I !!! - Irène Saïd

    Irene Said

    09 h 01, le 04 septembre 2023

  • Ouh la la, les petits signes militaires commencent à réapparaître. Pourquoi cet uniforme kaki?

    Lecteur excédé par la censure

    08 h 57, le 04 septembre 2023

  • Confrontations sans limites, inclue t ‘ il l’option militaire?

    Guy Nohra

    08 h 42, le 04 septembre 2023

  • Une taille et un discours d’un homme d’état

    William SEMAAN

    08 h 25, le 04 septembre 2023

  • À bon entendeur désormais pour les partisans du dialogue capitulard, qu’ils soient aounistes, haririens, joumblattistes, « révolutionnaires indécis » (ce genre de chose semble n’être possible qu’au Liban) ou « amis du Liban » (qui lui veulent du bien sauf quand les intérêts bassement financiers de leurs multinationales sont en jeu). Seul bémol: le vide présidentiel et par conséquent institutionnel ne fait qu’avantager les forces de facto et l’unité de l’opposition dans la confrontation restera un vœu pieux tant que les FL n’initient pas un tant soit peu le mouvement sur le terrain. J’ai déjà dit dans un précédent commentaire EXACTEMENT ce que j’entendais par LE MOUVEMENT et par INITIER LE MOUVEMENT et je ne peux qu’y renvoyer ici faute de quoi le présent commentaire serait trop long. Pour terminer oui « confrontation sans frontières » est un excellent terme car les meilleurs amis du Liban seront toujours les peuples syrien iraquien et iranien en lutte contre la même entité ennemie.

    Citoyen libanais

    07 h 44, le 04 septembre 2023

  • Excès de vitesse typique du libanais sûr de lui. À quoi ça sert de jeter de l'huile sur le feu allumé et entretenu par le Hezbollah? Il ne sait pas agir sans dire de sottises?

    M.E

    06 h 19, le 04 septembre 2023

  • Très bien, pas de dialogue ni de tentatives d'élection. Qu'est ce qu'on propose ? D'aller à St Tropez ?

    Raed Habib

    06 h 06, le 04 septembre 2023

  • Discours clair et net. Et que de lâches dans ce pays. C’est la survie du Liban qui est en jeu. On ne peut pas être neutre. On est pour le Liban ou pour le Hezbollah, pas les deux.

    Cedrus Fidelis

    02 h 02, le 04 septembre 2023

  • Bonnet blanc blanc bonnet…

    Rafeh alam

    23 h 34, le 03 septembre 2023

Retour en haut