Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - FOCUS

L’aéroport de Damas bientôt privatisé ?

En pleine crise financière, le gouvernement syrien semble avoir définitivement ouvert la voie vers ce scénario qui pourrait avantager son parrain iranien.

L’aéroport de Damas bientôt privatisé ?

L'aéroport de Damas. Photo AFP

Un nom a été lâché. Celui de l’entreprise qui pourrait acquérir près de la moitié de l’aéroport de Damas : la société Iloma Investment Private JSC serait en passe de mettre la main sur 49 % de cette infrastructure stratégique, selon le site d’informations al-Rassed. D’après plusieurs sources citées par des médias d’opposition, les propriétaires sont des proches du président Bachar el-Assad, mais également de Téhéran, allié du clan au pouvoir à Damas. Des révélations qui interviennent au moment où la Syrie traverse une crise économique aiguë – la monnaie nationale ayant perdu 65 % de sa valeur en un an – et alors que le pays est lourdement endetté vis-à-vis de ses partenaires, notamment iraniens.

Aux commandes de la société Iloma, Ramia Hamdan Dib, Ali Mohammad Dib et Rizan Nizar Hamira ; trois entrepreneurs actifs dans le tourisme et les services aéroportuaires, qui partagent divers investissements avec Nasser Dib, vice-ministre syrien de l’Intérieur, comme le rapporte le site Enab Baladi. Le journal d’opposition fait également état d’entreprises communes entre les trois actionnaires et Yassar Ibrahim, proche conseiller du président syrien et représenté pour ses affaires par Ali Najib Ibrahim. Ce dernier, ciblé par des sanctions européennes pour avoir « aidé le régime à contourner les sanctions économiques via différentes sociétés écrans » serait, d’après le média Baladi News, un intermédiaire réputé entre le palais damascène et d’importants investisseurs iraniens. Son nom avait déjà fait les unes lorsque le gouvernement syrien a attribué une licence d’exploitation à la société Wafa Telecom, dont il est l’un des principaux actionnaires.

Un appel aux multiples destinataires

Dans le cadre de la loi Partenariat public-privé (PPP) passée en 2016 dans le but d’attirer des devises étrangères, le gouvernement concluerait avec Iloma un accord lui cédant la gestion et le management opérationnel des activités de l’aéroport et de sa compagnie aérienne nationale Syrian Air sur les deux prochaines décennies. La société acheteuse a ainsi affiché son ambition de porter la capacité annuelle de l’aéroport syrien à 3 millions de voyageurs dans les plus brefs délais, selon Baladi News. Un transfert de parts serait prévu in fine à hauteur de 49 %, selon une source anonyme citée par le site spécialisé The Syria Report. Problème : ni le capital d’Iloma, doté de 100 millions de livres syriennes (l’équivalent d’environ 8 000 $ sur le marché noir au 25 juillet), ni l’offre de 300 millions de dollars pour gérer la compagnie aérienne nationale sur 20 ans ne sont à la hauteur de l’acquisition envisagée, selon un pilote syrien interrogé par le média Baladi News sous couvert d’anonymat.

Faut-il ainsi y voir un geste de Damas en faveur de son allié iranien auprès duquel il est fortement endetté ? De fait, malgré le retour de la Syrie dans le giron arabe, acté le 19 mai dernier par la présence de Bachar el-Assad au sommet de la Ligue arabe à Djeddah, les conditions exigées par les voisins de Damas sont encore loin d’être respectées.

Par ailleurs, l’aéroport de la capitale syrienne demeure la cible régulière de frappes communément attribuées aux forces israéliennes, qui le considèrent comme un hub pour l’acheminement d’armes par l’Iran à ses affidés libanais et syriens.  

Un nom a été lâché. Celui de l’entreprise qui pourrait acquérir près de la moitié de l’aéroport de Damas : la société Iloma Investment Private JSC serait en passe de mettre la main sur 49 % de cette infrastructure stratégique, selon le site d’informations al-Rassed. D’après plusieurs sources citées par des médias d’opposition, les propriétaires sont des proches du...

commentaires (1)

Après avoir vendu le Golan, ils vendent leur aéroport

Tania

16 h 54, le 26 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Après avoir vendu le Golan, ils vendent leur aéroport

    Tania

    16 h 54, le 26 juillet 2023

Retour en haut