Rechercher
Rechercher

Économie - Crise

Plus du quart des agences bancaires ont fermé leurs portes au Liban depuis 2019

Entre 2021 et 2022, le nombre d’agences toutes catégories confondues a baissé de près de 12 %.

Plus du quart des agences bancaires ont fermé leurs portes au Liban depuis 2019

Une agence de la Banque de Syrie et du Liban (BSL), dans le quartier Badaro, à Beyrouth). Photo P.H.B.

Il ne restait plus que 853 agences bancaires libanaises au Liban et à l’étranger à la fin de l’année dernière, contre 1 152 trois ans plus tôt, selon des chiffres publiés par la Banque du Liban et relayés par le Lebanon This Week de la Byblos Bank cette semaine.

Cela représente une baisse de 26 % sur la même période, pour 299 agences fermées, pratiquement toutes dans la filière des banques commerciales (le nom de banques d’investissement a gagné puis reperdu une agence entre 2020 et 2021). Plus de 9 agences sur dix sur ce dernier total étaient situées au Liban.

Entre 2021 et 2022, le nombre d’agences toutes catégories confondues a baissé de près de 12 %. Ces nombres, qui ont probablement évolué depuis le début de l’année dans une période toujours marquée par la crise, n’incluent que les agences directement rattachées à la maison-mère de chaque groupe bancaire libanais.

Lire aussi

Les effectifs des banques libanaises ont baissé d’un tiers depuis 2019

Une majorité de banques à Beyrouth

Le rapport hebdomadaire de la Byblos Bank a en outre relevé que le total de ces agences se répartissaient entre 46 banques commerciales et 15 banques d’investissement (soit une de moins qu’en 2021 dans cette dernière catégorie). Aussi près de 52 % du total d’agences de banques commerciales au Liban sont situées à Beyrouth et ses banlieues, contre 20,7 % au Mont-Liban, près de 10,5 % au Liban-Nord, plus de 10,3 % au Liban-Sud et environ 6,5 % dans la Békaa.

Le rapport a aussi relayé le nombre d’agences détenues par des institutions financières non bancaires agréées par la BDL (sociétés de courtage ou encore organismes de microcrédit). Elles étaient ainsi 69 en tout à fin 2022, réparties entre 40 sociétés, contre respectivement 73 et 44 à fin 2019.

La forte exposition d’une majorité de banques libanaises à la dette du pays ainsi qu’au bilan très déséquilibré de Banque centrale a été un des principaux catalyseurs de la crise économique et financière que le Liban traverse depuis 2019. Le fait qu’elles aient mis en place des restrictions empêchant leurs clients de disposer librement de leurs dépôts en devises a contribué à exacerber une situation dont elle partage la responsabilité avec la classe dirigeante et la BDL.

Les appels à restructurer et assainir le secteur bancaire se multiplient depuis 2020, année à laquelle le Liban a fait défaut sur sa dette en dollars (eurobonds) et a fait pour la première fois officiellement appel au Fonds monétaire international pour tenter de débloquer une aide financière. Entre les départs volontaires et les licenciements, les banques et autres institutions financières du pays ont enfin perdu plus d’un tiers de leurs effectifs depuis fin 2019. Plusieurs enseignes qui s'étaient déployées en dehors du pays ont également choisi ou dû revendre leurs actifs.

Lire aussi

En finir avec les mythes autour du défaut de paiement

Il ne restait plus que 853 agences bancaires libanaises au Liban et à l’étranger à la fin de l’année dernière, contre 1 152 trois ans plus tôt, selon des chiffres publiés par la Banque du Liban et relayés par le Lebanon This Week de la Byblos Bank cette semaine.Cela représente une baisse de 26 % sur la même période, pour 299 agences fermées, pratiquement toutes dans la filière...
commentaires (2)

La BDL est en faillite. Les banques commerciales sont quasiment toutes en faillite. Les politichiens et les principaux actionnaires des banques ont largement eu le temps de fuiter leurs avoirs a l'etranger. Ils preferent maintenant fermer leurs etablissements qui leur coutent plus qu'ils ne rapportent. Et tant pis pour les 100 milliards de depots des epargnants. On efface tout .... et on recommence.

Michel Trad

19 h 28, le 19 juillet 2023

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • La BDL est en faillite. Les banques commerciales sont quasiment toutes en faillite. Les politichiens et les principaux actionnaires des banques ont largement eu le temps de fuiter leurs avoirs a l'etranger. Ils preferent maintenant fermer leurs etablissements qui leur coutent plus qu'ils ne rapportent. Et tant pis pour les 100 milliards de depots des epargnants. On efface tout .... et on recommence.

    Michel Trad

    19 h 28, le 19 juillet 2023

  • En plus de foutre de leurs clients, ils se fichent de leurs employés. Belle mentalité…

    Gros Gnon

    19 h 16, le 19 juillet 2023

Retour en haut