Rechercher
Rechercher

Monde - Environnement

Après un pic de pollution dimanche, la qualité de l'air s'améliore à Montréal

Pour l’observatoire européen Copernicus, il est "peu probable" que les particules fines en provenance du Canada aient un impact sur la qualité de l'air en Europe.

Montréal le 25 juin 2023, sous un nuage de fumée causé par de nombreux feux de forêt dans la région. Photo AFP/Andrej Ivanov

Après avoir connu un pic de pollution et avoir été classée en tête des villes avec la pire qualité de l'air au monde dimanche, la situation semblait s'améliorer mardi à Montréal où, dans la matinée, la qualité de l’air était qualifiée de "bonne" par IQAir, une entreprise spécialisée dans l’étude des polluants atmosphériques.

Dimanche, en raison de dizaines de feux de forêt importants qui ravagent le Québec depuis plusieurs semaines, un énorme nuage s'était formé au-dessus de la ville principale de la province, la plongeant, avec ses habitants, dans un brouillard paralysant. Montréal avait alors trôné pendant plusieurs heures au sommet du triste palmarès des villes où l'air était le plus pollué d'IQAir. Lors de ce pic, les concentrations de particules fines dans l’air étaient alors 33 fois supérieures aux objectifs de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS).

La raison principale de l'amélioration de la qualité de l’air observée depuis la fin de la semaine est un changement dans la direction des vents, qui poussent la fumée des incendies et ses particules fines vers le nord-est de la province, a indiqué Jean-Philippe Bégin, météorologue à Environnement Canada, au média LaPresse. L’alerte au smog d’Environnement Canada, qui avait été déclenchée pendant le weekend, a été levée lundi en fin d’après-midi. Si la fumée causée par les incendies de forêt a continué à s’étendre dans plusieurs régions du Québec, la pluie prévue dans un bon nombre de secteurs laisse espérer une évolution positive. D’importantes precipitations sont attendues dans les prochains jours.

Face à cette embellie, la ville de Montréal a annoncé sur Twitter la réouverture des centres sportifs extérieurs, ainsi que la reprise des activités culturelles extérieures, après deux jours de suspension marqués par de nombreux appels à la prudence. Plusieurs événements sportifs, tel que le demi-Ironman de Mont-Tremblant et le triathlon de Montréal, avaient été annulés. Le flou reste néanmoins entier sur la tenue ou non de l’International des feux Loto-Québec, prévu à partir du 29 juin et considéré comme la plus importante et prestigieuse compétition pyrotechnique au monde. LaPresse rapportait à la mi-juin que ces grands spectacles ont été, à eux seuls, responsables de 5 des 33 journées de mauvaise qualité d’air à Montréal en 2022, soit 15 % au total.

Vouées à se déplacer, les fines particules présentes dans l’air du Canada atteindront cette semaine la péninsule ibérique, l’Irlande, et le Royaume Uni avant de traverser la France, le Benelux ou encore l’Allemagne. Toutefois, l’observatoire européen Copernicus estime "peu probable" qu'elles aient un impact sur la qualité de l'air en Europe.

Après avoir connu un pic de pollution et avoir été classée en tête des villes avec la pire qualité de l'air au monde dimanche, la situation semblait s'améliorer mardi à Montréal où, dans la matinée, la qualité de l’air était qualifiée de "bonne" par IQAir, une entreprise spécialisée dans l’étude des polluants atmosphériques.Dimanche, en raison de dizaines...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut