Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - REPERE

Retour sur les violences de cette semaine en Cisjordanie

Depuis le raid israélien mené le 19 juin à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, plusieurs attaques de grande ampleur se sont succédé dans les territoires occupés.

Retour sur les violences de cette semaine en Cisjordanie

Le raid meurtrier de l'armée israélienne à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, le 19 juin 2023. Photo Jaafar Ashtiyeh/AFP

L’escalade de tensions observée cette semaine en Cisjordanie n’est pas nouvelle. Mais à chaque nouvelle opération militaire israélienne, un cap supérieur est franchi. Une frappe aérienne ciblant Jénine, une attaque meurtrière au drone contre des Palestiniens, des autorisations de nouvelles constructions dans les colonies illégales des territoires occupés… Tout cela sous les yeux de Barbara Leaf, sous-secrétaire d’État américaine chargée du Proche-Orient, qui a entamé en fin de semaine dernière un déplacement à Jérusalem et en Cisjordanie. Elle s’est contentée d’appeler à « restaurer le calme », signe de l’impuissance et du manque de volonté de Washington sur cette affaire. Retour sur la dernière séquence de violences débutée lundi.

Les faits

• Lundi dernier, en début de matinée, les forces israéliennes entrent dans le camp de réfugiés de Jénine (nord de la Cisjordanie) pour y mener un raid. Le motif avancé : arrêter des « suspects recherchés » du mouvement islamiste Hamas, aux commandes dans la bande de Gaza, ainsi que du Jihad islamique.

• Après que les forces de l’État hébreu arrêtent deux Palestiniens aux abords du camp, des affrontements éclatent avec des combattants armés. Selon l’agence de presse officielle palestinienne Wafa, ces derniers sont visés par des tirs à balles réelles, des gaz lacrymogènes ainsi que des grenades assourdissantes.

• Les soldats israéliens font eux l’objet de tirs nourris, tandis qu’un de leur véhicule blindé est touché par un engin explosif. Pour la première fois depuis la seconde intifada, des hélicoptères d’attaque dépêchés par l’État hébreu tirent des roquettes sur les combattants palestiniens afin d’extraire leurs troupes de la ville.

• Bilan de la séquence : sept Palestiniens sont tués, dont un adolescent âgé de 15 ans, et plus de 90 sont blessés y compris gravement, parmi lesquels de nombreux civils. Côté israélien, sept agents des forces de sécurité sont blessés et hospitalisés durant l’opération.

• En fin de journée, les troupes israéliennes abattent également un Palestinien de 20 ans accusé par l’armée d’avoir lancé des cocktails Molotov en direction de plusieurs de ses soldats près de la ville de Bethléem (sud de la Cisjordanie). Le Jihad islamique reconnaît que l’homme était l’un de ses combattants.

• Le lendemain, deux combattants palestiniens affiliés au Hamas tuent quatre civils israéliens, dont deux adolescents de 17 et 18 ans, lors d’une attaque contre un restaurant situé aux abords de la colonie juive d’Eli en Cisjordanie. Le mouvement islamiste a qualifié l'attaque de réponse au raid sur Jénine.

• L’un des deux auteurs de la tuerie est abattu par un civil sur place, tandis que le second est retrouvé et tué par les forces de sécurité israéliennes. En réponse, le bureau du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, annonce le lendemain que 1 000 nouveaux logements seront construits dans la colonie d’Eli.

• Loin de s’arrêter à ce stade, la séquence se poursuit mercredi avec l’arrivée de centaines de colons israéliens dans une ville palestinienne, connue pour abriter de nombreux citoyens palestino-américains, et située à proximité de la colonie d’Eli. Ils y mettent le feu et saccagent des dizaines de maisons ainsi que de voitures appartenant à des Palestiniens. L’armée israélienne arrive sur les lieux. Elle est accusée par les témoins de protéger les colons. Un Palestinien de 27 ans, employé comme électricien auprès de la municipalité, est abattu par un tir des forces de police.

• Plus tard dans la journée, une attaque de drone israélien frappe un véhicule près de la ville de Jalamah, à l’extrême-nord de la Cisjordanie, tuant les trois Palestiniens à l’intérieur. De son côté, l’armée israélienne a déclaré que les cibles avaient conduit diverses attaques par balles contre des colonies juives. Il s’agit de la première fois que l’État hébreu mène ce type d’opération en Cisjordanie depuis 2006.

Le contexte

• Loin d’être nouvelles, les violences commises par les forces armées israéliennes et les colons se sont multipliées depuis l’arrivée au pouvoir en décembre dernier de la coalition la plus à droite de l’État hébreu dirigée par Benjamin Netanyahu, faisant la part belle à l’extrême droite et aux juifs ultraorthodoxes.

• L’escalade de cette semaine fait porter à 174 le nombre de Palestiniens tués depuis le début de l’année seulement, 25 côté israélien, selon un décompte réalisé par l'AFP à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

• Le raid mené lundi par l’armée israélienne est intervenu un jour après que le Premier ministre de l'État hébreu a fait un pas décisif vers l’annexion de la Cisjordanie, occupée depuis 1967.

• Au cours d’un Conseil des ministres tenu dimanche 18 juin, l’ultranationaliste israélien et suprémaciste juif Bezalel Smotrich, à la tête du portefeuille des Finances, s’est vu confier la planification des constructions dans les colonies, jusqu’ici gérée par le ministère de la Défense. Le gouvernement a en outre simplifié l’approbation finale de ces projets de construction, désormais bien plus faciles à mettre en place.

• Ses mesures ont « profondément troublé » Washington, selon une déclaration publiée après les événements, qui ont coïncidé avec le déplacement le jour même à Jérusalem et à Ramallah de Barbara Leaf, sous-secrétaire d’État américaine chargée du Proche-Orient.

• Depuis la prestation de serment du nouveau cabinet israélien, les relations entre l’administration Biden et son plus proche allié régional se sont fortement tendues. Des crispations dues notamment au projet de réforme de la justice lancé par le Premier ministre israélien, contre lequel des centaines de milliers de citoyens continuent de s’opposer en descendant dans la rue chaque semaine.

• Fin mars, Benjamin Netanyahu avait suspendu sa réforme. Mais dimanche dernier, le chef de l’exécutif a critiqué l’opposition qu’il accuse d’avoir fait traîner les discussions et qui s’est retirée des négociations tenues sous l’égide du président Isaac Herzog, tout en annonçant que le projet allait être relancé cette semaine de manière unilatérale.

Les enjeux

• Tandis que les figures les plus extrémistes de la coalition au pouvoir en Israël affirment régulièrement vouloir annexer une partie de la Cisjordanie et réclament une opération militaire d’envergure, les événements de ces derniers jours pointent le pouvoir de persuasion des partis d’extrême droite et ultraorthodoxes juifs face au Premier ministre. La reprise de son chantier judiciaire donne ainsi une indication, alors que ces formations avaient menacé de démissionner en cas d’abandon du projet.

• La condamnation des récentes violences par Washington ainsi que la présence de Barbara Leaf à Jérusalem et à Ramallah sont pourtant loin d’avoir agi comme un levier de dissuasion. Si la réaction américaine face à la séquence a été extrêmement limitée, elle risque néanmoins d’accentuer les tensions entre Washington et son allié israélien.

• Selon les propos d’un responsable américain rapportés par le quotidien israélien de centre gauche Haaretz, l’administration Biden aurait fait comprendre cette semaine à Israël que les récentes décisions prises par l’État hébreu pour accélérer la colonisation des territoires occupés ainsi que l’escalade en Cisjordanie compliquaient les efforts des États-Unis en vue de convaincre l’Arabie saoudite et d’autres États arabes d’avancer vers un processus de normalisation. Une situation sur le terrain qui risque en outre d'atténuer la motivation du locataire de la Maison-Blanche à arracher un tel accord, a poursuivi le fonctionnaire américain, alors que Joe Biden serait tenté par décrocher rapidement une telle victoire afin de se concentrer sur la campagne électorale en vue de sa réélection à la présidentielle américaine en 2024.

• Dans cette même veine, Washington serait également préoccupé par la décision, prise mardi par le Maroc, d’annuler son projet d'accueillir la seconde réunion ministérielle du Forum du Néguev le mois prochain. Ce rassemblement de pays arabes ayant normalisé leurs relations avec Israël et les États-Unis devait initialement avoir lieu en mars, mais il a été reporté à plusieurs reprises en raison de la flambée des violences dans les territoires occupés.

• Au moment où des discussions seraient engagées entre les États-Unis et l’Iran depuis plusieurs mois afin de trouver un accord sur un échange de prisonniers, pouvant peut-être mener à des pourparlers sur le nucléaire, Israël pourrait tenter de troquer son silence contre celui des Américains sur les violences faites aux Palestiniens. « Au lieu de proférer des menaces contre l'accord nucléaire imminent entre Washington et Téhéran et de mobiliser l'opinion publique américaine contre l'accord, comme il l'avait fait sous l'administration Obama, Benjamin Netanyahu dira aux Américains : "Faites ce que vous voulez avec l'Iran, les Palestiniens en paieront le prix et une plus grande partie de leurs terres sera cédée à Bezalel Smotrich et à ses amis” », a suggéré le journaliste israélien Aluf Benn dans un article paru le 19 juin dans le Haaretz.

L’escalade de tensions observée cette semaine en Cisjordanie n’est pas nouvelle. Mais à chaque nouvelle opération militaire israélienne, un cap supérieur est franchi. Une frappe aérienne ciblant Jénine, une attaque meurtrière au drone contre des Palestiniens, des autorisations de nouvelles constructions dans les colonies illégales des territoires occupés… Tout cela sous les yeux...

commentaires (1)

Maudits soyez vous sionistes extrémistes. Maudit soit le jour de votre création. Maudits soient ceux qui vous ont donné ce droit de créer un état en Palestine. Les juifs d’avant votre création vivaient en harmonie avec les palestiniens.

Mohamed Melhem

22 h 31, le 22 juin 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Maudits soyez vous sionistes extrémistes. Maudit soit le jour de votre création. Maudits soient ceux qui vous ont donné ce droit de créer un état en Palestine. Les juifs d’avant votre création vivaient en harmonie avec les palestiniens.

    Mohamed Melhem

    22 h 31, le 22 juin 2023

Retour en haut