Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Le syndrome de l’imposteur

À force de répéter les mêmes mots sans impact, tout en faisant semblant de dire quelque chose de nouveau, j’ai l’impression d’être un imposteur. Et ça, ce n’est pas cool. Mais ça devrait l’être.

En fait, ce qui s’est passé se produit dans toutes les crises. Surtout dans les pays où le pouvoir est aussi le contre-pouvoir. Et où ceux qui détiennent le pouvoir sont à la fois des seigneurs locaux et des courtisans à l’étranger.

Ce qui s’est passé peut se résumer dans le monologue suivant :

« Votre épargne est notre dette

Notre dette ce sont vos dépôts

Vos dépôts sont notre garantie

Notre garantie ce sont vos pertes

Vos pertes sont nos profits

Nos profits sont votre servitude

Votre servitude c’est notre pouvoir. »

Pour légitimer ce pouvoir, ils ont organisé des élections législatives en 2022 avec le résultat que vous connaissez : les mêmes habitués plus quelques autres, mais sans rien changer sur le fond. Puis viendra l’élection présidentielle. Chaque clan a désigné son candidat, Frangié ou Azour, ça change quoi  ? Au fond, rien. En apparence, si peu. Deux anciens ministres, un pur produit du système contre un fonctionnaire du FMI, on perd à tous les coups. En apparence, le pays va se relever parce qu’un génocide économique de masse a eu lieu. Mais l’apparence n’est pas tout. Ce n’est qu’une façade pour cacher la misère que le système a créée et qu’il s’apprête à piétiner à nouveau pour rebondir.


Les textes publiés dans le cadre de la rubrique « Courrier » n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, « L’Orient-Le Jour » offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.

À force de répéter les mêmes mots sans impact, tout en faisant semblant de dire quelque chose de nouveau, j’ai l’impression d’être un imposteur. Et ça, ce n’est pas cool. Mais ça devrait l’être. En fait, ce qui s’est passé se produit dans toutes les crises. Surtout dans les pays où le pouvoir est aussi le contre-pouvoir. Et où ceux qui détiennent le pouvoir sont à la fois...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut