Rechercher
Rechercher

Politique - Présidentielle au Liban

Bassil annonce un accord sur un candidat avec les partis d'opposition

Le chef du CPL appelle le Hezbollah à se diriger vers "une compétition démocratique via un vote au Parlement".

Bassil annonce un accord sur un candidat avec les partis d'opposition

Le chef du Courant patriotique libre (CPL), Gebran Bassil. Photo d'archives AFP

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, a déclaré mardi dans un entretien à la presse koweïtienne que son parti s'était mis d'accord avec les forces de l'opposition sur un nom pour la présidence de la République, mais pas encore sur le "projet politique" autour de ce nom. Il a à cette occasion souligné la nécessité d'une entente avec tous les partis  y compris le Hezbollah, sur la présidentielle.

Le Liban est sans président depuis la fin du mandat de Michel Aoun, le fondateur du CPL, le 31 octobre 2022. 

Dans une interview accordée au quotidien al-Qabas et publiée mardi, Gebran Bassil a indiqué qu'un "accord minimal est devenu possible" avec l'opposition sur le nom d'un candidat mais que "tous les éléments pour l'élection d'un président ne sont pas encore réunis". "Il manque encore le mécanisme d'élection et les programmes, qui sont plus importants pour nous que le président" en lui-même, a-t-il expliqué. En revanche, "la question des noms a été finalisée", a-t-il confirmé, soulignant que lors des tractations, son parti n'a proposé aucun nom : "on nous les a proposés et nous les avons refusés ou acceptés".

Lire aussi

Le CPL (entr)ouvre-t-il la porte à Frangié ?

Discussions sur le "projet politique"

"Le Hezbollah dit que l'opposition n'a pas de candidat, ce qui est faux. Il y avait un candidat (Michel Moawad, ndlr) que ni nous ni le Hezbollah n'avons accepté, et maintenant il y a un accord autour d'un candidat" entre le CPL et l'opposition, a-t-il confirmé. Il a toutefois refusé de préciser les noms évoqués et celui autour duquel un accord s'est dessiné. Des informations de presse faisaient dernièrement état d'un accord autour de la candidature de Jihad Azour, ancien ministre des Finances et actuel responsable au sein du Fonds monétaire international (FMI).

Concernant les discussions toujours en cours sur le "projet politique" du futur candidat de l'opposition et du CPL, M. Bassil a expliqué que "des idées sont toujours débattues" et qu'il soutiendra tout président qui sera en faveur de la décentralisation administrative ou de la rotation des portefeuilles ministériels entre les communautés. Il a encore démenti vouloir négocier, dans le cadre de la présidentielle, sur des questions liées notamment à la répartition des nominations administratives "parce que l'expérience nous a montré que les gens changent, contrairement à la loi et au système". 

Compétition démocratique
Il a en outre appelé le Hezbollah à "mettre de côté ses méthodes visant à imposer et s'opposer" afin de se diriger plutôt vers "un consensus national acceptable et une compétition démocratique via un vote au Parlement". Il a assuré que le CPL sera le premier à féliciter le candidat du Hezbollah, le zaïm de Zghorta Sleiman Frangié, s'il est amené à être élu : "Nous serons à ses côtés et le soutiendrons mais nous nous opposerons également à lui lorsque cela sera nécessaire".


Commentaire

Gebran Bassil se lance dans la course ultime

Le chef du CPL a en outre critiqué les déclarations critiquant les discussions entre les aounistes et l'opposition. "Des proches du Hezbollah font passer des messages selon lesquels, si l'on n'est pas avec eux, on est contre eux. Cette logique ne tient pas la route avec moi. Ceux qui lancent de tels messages me connaissent mal", a-t-il ajouté. Evoquant les relations entre son parti et le parti chiite, il a ajouté que celles-ci "se poursuivent malgré les blessures profondes" et que la communication n'était pas interrompue. "Mais il n'y aura pas de réunion" entre les deux formations "à court terme". 

Le CPL en veut au Hezbollah de soutenir la candidature de Sleiman Frangié, mais également de participer aux conseils des ministres convoqués ces derniers mois par le Premier ministre sortant, Nagib Mikati, en période de vacance présidentielle. 

A l'issue de la réunion hebdomadaire du groupe parlementaire du CPL, à laquelle Michel Aoun a assisté, les participants ont assuré qu'ils continueraient "à suivre la voie sur laquelle ils se sont préalablement entendus", et qui est conduite par le chef du parti. Cette voie "consiste à s'entendre avec l'opposition sur un candidat à la présidentielle dont l'identité sera dévoilée, après que les choix soient fixés et que les discussions au sujet du programme et du processus électoral soient finalisées, et que le plus grand soutien parlementaire soit assuré (au candidat) sur la base d'une entente".

Le chef du Courant patriotique libre (CPL, aouniste), Gebran Bassil, a déclaré mardi dans un entretien à la presse koweïtienne que son parti s'était mis d'accord avec les forces de l'opposition sur un nom pour la présidence de la République, mais pas encore sur le "projet politique" autour de ce nom. Il a à cette occasion souligné la nécessité d'une entente avec tous les partis  y...
commentaires (15)

Il faut être complètement détraqué pour donner du crédit à ce Monsieur. A force de fréquenter les milices, il a appris leur méthode de se dérober de ses engagements.

Esber

19 h 42, le 30 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • Il faut être complètement détraqué pour donner du crédit à ce Monsieur. A force de fréquenter les milices, il a appris leur méthode de se dérober de ses engagements.

    Esber

    19 h 42, le 30 mai 2023

  • J'avais lu ce matin cet article sans le comprendre. J'ai retenté ma chance par une relecture cet après midi mais je ne l'avais toujours pas compris, Comment peuvent-ils être d'accord en l'absence d'un programme? et de noms communs. Je vais m'inscrire à des cours de yoga et de philosophie pour accéder par élévation à un savoir supérieur me permettant de déchiffrer l'intelligence de nos politiciens qui est actuellement hors de ma portée.

    Céleste

    19 h 15, le 30 mai 2023

  • Ad nauseam.

    I A

    18 h 27, le 30 mai 2023

  • Honte à vous tous.

    Mohamed Melhem

    17 h 28, le 30 mai 2023

  • Cher Mr ,il n y a pas de quoi vous feliciter pour vous 'etre mis d'accord sur le nom d un monsieurs qui va venir s'installer sur une chaise et faire de la parade .apres tant d annees en politique n avez vous pas compris, qu il s agit de vous mettre d accord sur une ligne de conduite pour sauver le pays de la mediocratie .ceci devrait votre but et pas autre chose

    Jimmy Barakat

    16 h 54, le 30 mai 2023

  • Il fait monter les enchères. Tous ses propos sont minutieusement choisis et calculés comme son patriotisme ils sont à monnayer.

    Sissi zayyat

    16 h 15, le 30 mai 2023

  • Il veut quoi? Une médaille? Je ne sais pas pourquoi je ne crois pas à un seul mot de ce qu’il dit. Ah si, si je sais bien sûr, et tout le monde sait qu’il ne tiendrait pas parole si une offre se présente à lui, plus alléchante que celle faite par l’opposition. On ne se refait pas malheureusement.

    Sissi zayyat

    16 h 13, le 30 mai 2023

  • Gebran est un grand stratège en politique , il a dépassé Walid Beyk et lui a ravi sa place de tailleur des Présidents ! Toput dépend de lui maintenant , tout ne dépend que de lui ! Il est INCONTOURNABLE ! Mille fois bravo !

    Chucri Abboud

    15 h 44, le 30 mai 2023

  • GB et ses ouailles ont perdus, une première fois, leur crédibilité après les accords de Saint Michel. La seconde fois après leur non respect des accords de Meerab sans mentionné qu'ils ont totalement merdé pendant les 6 années au pouvoir. Il est entendu que l'opposition n'a pas d'autre choix que de composer, mais il leur faudra rester dans la modération et ne pas accepter n'importe quoi.

    Pierre Christo Hadjigeorgiou

    15 h 39, le 30 mai 2023

  • Ne vous laissez pas berner par des declarations qui ne sont que du vent, sans aucune substance et qui, pour chager et comme d'abitude, n'engagent celui qui les emets a absolument rien. Faux jeton une fois, faux jeton toujours.

    Remy Martin

    15 h 28, le 30 mai 2023

  • À quoi doit-on s'attendre a celui qui a vendu le pays, son électricité aunsi que le beau père? Je ne crois nullement qu'il tiendra ces engagements, encore un boulet à traîner pour l'opposition!

    Aboumatta

    15 h 16, le 30 mai 2023

  • Pourvu que ces accords soient établis en toute transparence pour l’opinion publique. Le chantier pour lutter contre la mafia est géant et nécessite une plateforme d’entente importante. Pour peu que cela fasse partie du programme…

    Sam

    15 h 02, le 30 mai 2023

  • "… M. Bécile a déclaré que son parti s'était mis d'accord sur un nom pour la présidence de la République, mais pas encore sur le "projet politique" autour de ce nom …" - ce qui démontre l’absurdité du système liranais, le projet politique étant l’essentiel

    Gros Gnon

    14 h 47, le 30 mai 2023

  • Monsieur Bassil , quand est-ce que vous allez en finir avec " le pour et le contre"? Vous n'êtes jamais clair, ni sérieux. Entente sur le programme ? Ça veut dire que vous n'inspirez nullement confiance. Vous jouez toujours ce jeu dangereux.

    Esber

    14 h 33, le 30 mai 2023

  • Esperons que cette declaration soit suivie d'effets...

    Khoueiry Marc

    13 h 48, le 30 mai 2023

Retour en haut