Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Sommet de la Ligue arabe

Assad fait son grand retour sur la scène diplomatique arabe

Les dirigeants du monde arabe ont entamé leur 32e réunion annuelle en Arabie saoudite, avec en invité surprise le président ukrainien, qui a accusé certains d'entre eux de "fermer les yeux" sur l'invasion russe. 

Assad fait son grand retour sur la scène diplomatique arabe

Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane, serrant la main du président syrien Bachar el-Assad, avant le sommet de la Ligue arabe à Djeddah, le 19 mai 2023. Photo Bandar Algaloud/Courtesy of Saudi Royal Court/Handout via REUTERS

Le président syrien, Bachar el-Assad, a participé vendredi à son premier sommet de la Ligue arabe depuis plus d'une décennie, signant son retour sur la scène diplomatique arabe dont il avait été écarté après la guerre en Syrie.

Après des années d'isolement, il a plaidé pour "une nouvelle phase" dans la coopération arabe devant ses pairs réunis en Arabie saoudite, et en présence du président ukrainien Volodomyr Zelensky, invité surprise de la réunion, qui a accusé, lui, certains pays de la région de "fermer les yeux" sur l'invasion russe. "Nous sommes heureux d’accueillir le président Bachar el-Assad", a déclaré le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, à l'ouverture du sommet.

L'organisation panarabe avait exclu le régime syrien fin 2011 pour sa répression d'un soulèvement populaire, qui a dégénéré en guerre dévastatrice, avant de le réintégrer le 7 mai dernier.

Le président syrien a affirmé que son pays est attaché à "son appartenance arabe", plaidant pour une "action arabe commune en faveur de la solidarité, la paix dans la région, le développement et la prospérité au lieu de la guerre et les destructions".

Pour mémoire

Pourquoi la Zelensky-mania n’a pas atteint le monde arabe

A l'issue du sommet, Bachar el-Assad s'est entretenu avec le prince héritier et dirigeant de facto du royaume, Mohammed ben Salmane, saluant la reprise des relations entre les deux pays après onze ans de rupture, selon l'agence de presse officielle syrienne SANA. Plus tôt dans la journée, il avait rencontré le président tunisien, Kais Saied, ainsi que le vice-président émirati, Cheikh Mansour ben Zayed. Les Emirats arabes unis, qui ont renoué avec Damas dès 2018, ont été très actifs pour réintégrer Damas dans la Ligue arabe. Le régime syrien a bénéficié également d'un élan de solidarité après un séisme qui a dévasté le 6 février de vastes pans de la Syrie et de la Turquie.

"Promouvoir la réconciliation" 
Le communiqué publié à l'issue du sommet a souligné la "nécessité de prendre des mesures effectives et efficaces pour parvenir à un règlement en Syrie". Les chefs d'Etat arabes ont également convenu de "renforcer leur coopération" sur les questions "liées aux réfugies, au terrorisme et au trafic de drogue", a-t-il ajouté.

La guerre en Syrie, où les combats se sont quasiment tus, a fait environ un demi-million de morts, ainsi que des millions de réfugiés et déplacés. 

Dans les zones du nord de la Syrie, qui échappent encore au contrôle du régime syrien, des centaines de personnes ont manifesté vendredi pour dénoncer la participation du président Assad au sommet arabe, selon un correspondant de l'AFP.

Lire aussi

Un sommet de la Ligue arabe à dimension internationale

La Syrie espère la normalisation de ses relations notamment avec les riches monarchies du Golfe, pour financer sa coûteuse reconstruction. Mais des pays comme le Qatar, qui s'est vivement opposé au régime de Bachar el-Assad depuis le début de la guerre en Syrie, sont encore réticents. Selon l'agence SANA, le président syrien a salué vendredi l'émir du Qatar, Cheikh Tamim ben Hamad Al-Thani.

Le sommet se tient dans un contexte de détente régionale, marqué par le rapprochement ces derniers mois entre le royaume saoudien et son grand rival régional, l'Iran. Le pays hôte déploie par ailleurs des efforts diplomatiques pour tenter de trouver une issue aux conflits au Yémen et au Soudan.

"Regard honnête" 
Outre les conflits au Moyen-Orient, la guerre en Ukraine s'est invitée au 32e sommet de la Ligue arabe. Le président ukrainien, Volodomyr Zelensky, a appelé les dirigeants de la région à "jeter un regard honnête" sur la guerre dans son pays. "Malheureusement, certains pays dans le monde et ici, parmi vous, ferment les yeux sur ces prisons et annexions illégales", a-t-il déclaré.

Pour mémoire

De Beyrouth à Bagdad, la « Poutine mania » gonflée par un vent d’Ukraine

Le président ukrainien a été invité par l'Arabie saoudite et non par la Ligue arabe, a précisé à l'AFP un responsable de l'organisation panarabe.

M. Zelensky a affirmé sur les réseaux sociaux qu'il s'était aussi entretenu avec le prince héritier saoudien pour parler notamment des "principaux points de la formule de paix ukrainienne". Il a également évoqué d'autres rencontres bilatérales avec les dirigeants d'une région beaucoup moins unie dans son soutien à l'Ukraine que ses alliés européens et américains. Riyad a affiché une position relativement neutre sur le conflit, jouant en septembre un rôle inattendu de médiateur dans un échange de prisonniers entre Moscou et Kiev. La première économie du monde arabe et plus grand exportateur de brut au monde, coordonne sa politique pétrolière avec la Russie, tout en maintenant des liens étroits avec les Etats-Unis, son partenaire de longue date en matière de sécurité.

La Syrie de Bachar el-Assad, en revanche, fidèle alliée de Moscou, est l'un des cinq pays à avoir voté contre les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies demandant à la Russie de cesser les hostilités en Ukraine.  

Le président syrien, Bachar el-Assad, a participé vendredi à son premier sommet de la Ligue arabe depuis plus d'une décennie, signant son retour sur la scène diplomatique arabe dont il avait été écarté après la guerre en Syrie.Après des années d'isolement, il a plaidé pour "une nouvelle phase" dans la coopération arabe devant ses pairs réunis en Arabie saoudite, et en présence du...
commentaires (4)

Quelle farce, plutôt réussie du reste sur un plan marketing, tant les médias libanais en particulier se prêtent en choeur à la Com de la boucherie familiale, sise sur une colline damascène. Assad est un pantin irano-russe, et la Ligue Arabe est un cercle fantoche moitié établissement de gérontologie pour autocrates à la diction hésitante, moitié cénacle pour tyrans plus jeunes mais avec un palmarès à faire rougir leurs aînés. Tout ça c'est du vent, et ce qui est consternant est l'apathie et la résignation des peuples soumis.

IBN KHALDOUN

19 h 56, le 19 mai 2023

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • Quelle farce, plutôt réussie du reste sur un plan marketing, tant les médias libanais en particulier se prêtent en choeur à la Com de la boucherie familiale, sise sur une colline damascène. Assad est un pantin irano-russe, et la Ligue Arabe est un cercle fantoche moitié établissement de gérontologie pour autocrates à la diction hésitante, moitié cénacle pour tyrans plus jeunes mais avec un palmarès à faire rougir leurs aînés. Tout ça c'est du vent, et ce qui est consternant est l'apathie et la résignation des peuples soumis.

    IBN KHALDOUN

    19 h 56, le 19 mai 2023

  • vive les clowns

    Abdallah Barakat

    14 h 47, le 19 mai 2023

  • "… Zelensky au sommet de la Ligue arabe, volant la vedette à Assad …" - C’est qui “Assad”?

    Gros Gnon

    14 h 07, le 19 mai 2023

  • CE NE SONT PAS LES BOUFFONS QUI MANQUENT DANS CE «SOMMET » QUI SE DIT CONSTRUCTIF...

    aliosha

    12 h 23, le 19 mai 2023

Retour en haut