Rechercher
Rechercher

Société - Elections

Retour en force des partis traditionnels au sein de l'Ordre des ingénieurs

Un seul candidat de la contestation a été élu au Conseil de l'ordre à l'issue des élections de samedi, où un faible taux de participation a été enregistré.

Retour en force des partis traditionnels au sein de l'Ordre des ingénieurs

Des ingénieurs participant aux élections de l'Ordre en 2021. Photo d'archives S.H.

Nouveau revers au sein de l'Ordre des ingénieurs de Beyrouth pour les forces de la contestation : après avoir été balayés par les groupes de la thaoura en 2021, les partis traditionnels ont remporté samedi la victoire face aux candidats de la contestation, à l'issue d'une longue journée d'élections. Les partis au pouvoir qui se sont alliés dans le cadre du scrutin ont raflé quatre des cinq sièges à pourvoir au sein du conseil de l'Ordre, alors que la société civile n'est parvenue à faire élire qu'un seul membre.

Bassam Ali Hassan, soutenu par le tandem chiite Amal-Hezbollah, le Courant du Futur et le Courant patriotique libre (CPL), a été élu président de la deuxième branche de l'Ordre, avec 2.134 voix, face à Hala Younès, candidate indépendante de la contestation, qui a récolté 2.081 suffrages. Salman Sobeh (1.932 voix), soutenu par le mouvement Amal, a lui remporté la présidence de la sixième branche du conseil de l'Ordre. Les partis traditionnels sont également parvenus à faire élire deux membres de l'Assemblée générale du conseil de l'Ordre qui leur sont affiliés : Hassan Damej (Courant du Futur, 2.505 voix) et Jihad Chahine (CPL, 1.994 voix). Face aux candidats de l'establishment politique, la société civile n'a effectué qu'une seule percée : Roy Dagher, candidat sur la liste "Nous persévérons", a été élu membre de l'Assemblée générale avec 1.724 voix.

Participation timide

Environ 4.000 ingénieurs (sur près de 39.000 pouvant voter) ont participé au scrutin de vendredi, soit un taux de 10%, indique à L'Orient-Le Jour Divina Abou Jaoudé, présidente sortante de la branche des architectes au conseil de l’Ordre. Ce taux est toutefois plus élevé que celui enregistré lors des dernières élections partielles en 2022, indique de son côté Hala Younès.

"Une grande partie des ingénieurs se désintéresse aujourd'hui de la mission de l'Ordre et est davantage concernée par la couverture sociale qu'il assure", précise-t-elle. Selon la candidate de la contestation, la participation timide s'explique aussi par l'émigration de certains ingénieurs et le fait que d'autres n'aient pas acquitté les cotisations nécessaires.

Nouveau paysage

Aujourd'hui, un nouveau paysage se dessine au sein du Conseil de l'Ordre, où les membres issus de la contestation sont devenus minoritaires. Le conseil est ainsi composé de Ali Darwiche, Youssef Abou Karam, Joseph Mchayleh, Camille Hachem et Nazih Hleil, tous issus de la liste de la contestation "L'Ordre se révolte", mais aussi de Youssef Ghantous (indépendant), Toufic Snein (indépendant, réputé proche du Hezbollah, selon une source du Conseil), Walid Jebbaoui (candidat du Hezbollah), Salman Sobeh (candidat du mouvement Amal, réélu) et Charles Hajj (candidat des Forces libanaises desquelles il s'est par la suite écarté). A ceux-là s’ajoutent les nouveaux noms élus samedi.

"Les nouveaux résultats impacteront, certes, la marge de manœuvre du président de l'Ordre Aref Yassine, mais il ne faut pas oublier que des divergences étaient également présentes entre les membres du Conseil élus en 2021, notamment sur les questions relatives au budget de l'Ordre", souligne Divina Abou Jaoudé. "Nous étions très motivés et nous avons fait de notre mieux, malgré les différents taux de change de la monnaie sur le marché. Nous n'avons pas abouti à tous les résultats voulus, mais nous avons réussi à résoudre de nombreux problèmes", poursuit-elle. Mme Abou Jaoudé reconnaît toutefois qu'il "fallait qu'il y ait davantage de concertations avec des experts en budget et assurances".

Hala Younès estime qu’il y a eu "un relâchement au début de l'effondrement financier qui s'est exacerbé à la suite de la thaoura, après que l'argent de l'Ordre a été bloqué dans les banques". Pour la candidate, l’enjeu principal dans le cadre des élections était de débloquer cet argent, qui s'élevait à 400 millions de dollars avant la crise, pour couvrir les pensions de retraite. Comme Divina Abou Jaoudé, elle souligne la nécessité de "recourir à des spécialistes, notamment pour la gestion du budget de l'Ordre, des cotisations, de l'assurance médicale et des pensions de retraites". "Le syndicat ne disposait peut-être pas des moyens au vu des restrictions bancaires en vigueur", estime-t-elle.

Le conseil de l’Ordre des ingénieurs était accaparé depuis plus de trois décennies par les partis traditionnels avant que l'opposant Jad Tabet n'accède à sa présidence en 2017. Ce dernier s'est toutefois retrouvé contraint de coopérer, pendant 4 ans, avec 14 membres partisans sur les 16 membres que comporte l’instance. Son successeur Aref Yassine sera-t-il confronté au même sort ? 

Nouveau revers au sein de l'Ordre des ingénieurs de Beyrouth pour les forces de la contestation : après avoir été balayés par les groupes de la thaoura en 2021, les partis traditionnels ont remporté samedi la victoire face aux candidats de la contestation, à l'issue d'une longue journée d'élections. Les partis au pouvoir qui se sont alliés dans le cadre du scrutin ont raflé quatre des...
commentaires (5)

Arrêtons de dire que rien ne changera dans ce pays svp! Le point cardinal de ces élections c’est le faible taux de participation. A chaque fois que le taux de participation est faible à des élections (parlementaires, universitaires, des ordres, etc.) ce sont les partis traditionnels qui gagnent. Les choses ne changent pas parce que la majorité reste silencieuse. Le reproche nest donc pas à faire au pays mais spécifiquement à ceux qui sont restés le cul vissé à leur canapé au lieu de se lever et d’aller voter. Ce n’est pourtant pas compliqué! C’est le jeu de la démocratie.

K1000

11 h 00, le 18 avril 2023

Tous les commentaires

Commentaires (5)

  • Arrêtons de dire que rien ne changera dans ce pays svp! Le point cardinal de ces élections c’est le faible taux de participation. A chaque fois que le taux de participation est faible à des élections (parlementaires, universitaires, des ordres, etc.) ce sont les partis traditionnels qui gagnent. Les choses ne changent pas parce que la majorité reste silencieuse. Le reproche nest donc pas à faire au pays mais spécifiquement à ceux qui sont restés le cul vissé à leur canapé au lieu de se lever et d’aller voter. Ce n’est pourtant pas compliqué! C’est le jeu de la démocratie.

    K1000

    11 h 00, le 18 avril 2023

  • Les thawristes ont pour la plupart d’entre eux déjà prouvé par A + B leur incompétence. Il reste aux quelques compétents parmi eux à se détacher une fois pour toutes de leurs collègues. Par exemple en annonçant définitivement leur ralliement à la candidature de Michel Moawad certainement voulu par la majorité de leurs propres électeurs, au moins à défaut de mieux. Et si la majorité des autres persiste à mettre sur le même pied Frangié et Moawad contrairement à leurs propres électeurs, la seule solution est de renouveler le parlement par des législatives anticipées avec déclaration obligatoire par chaque liste de son candidat présidentiel. Et soi dit en passant aujourd’hui le parlement se réunit pour un énième coup d’état avec le report des municipales. Si les partis dits de la thawra sont incapables de mobiliser la rue pour empêcher une telle séance, c’est bien que cette thawra n’existe plus ou plutôt n’a jamais existé que dans quelques esprits éclectiques.. L’ultime test sera la candidature Frangié. Après cela il sera temps pour les vrais patriotes et les vrais révolutionnaires que les pseudo placent à tort dans les kellon de reprendre les choses en main..

    Citoyen libanais

    07 h 13, le 18 avril 2023

  • Excellente nouvelle. Le BLOM va pouvoir rouvrir les comptes, et la mafia recommencer à s'engraisser sur le dos de la Caisse. Lebanon... the never ending story.

    Ca va mieux en le disant

    00 h 22, le 18 avril 2023

  • C'est des elections en trompe l'oeuil. La candidate dite de la "Thaoura" est en realite liee a un groupe du BTP qui nage en eaux troubles depuis tres longtemps avec la canaille du ministere de l'energie et de EDL. Le groupe BUTEC pour ne pas le nommer. Quand au candidat dit de "Amal - Hezb - Futur etc...., il serait en realite authentiquement independant. Sauf que son nom est lui-meme un trompe l'oeuil.... Erreurs de parallaxes.....

    Michel Trad

    23 h 14, le 17 avril 2023

  • Triste et bien plus... Comme quoi, rien ne changera jamais dans ce pays. Que s'attendre au vu de cette élection à l'OI, de l'élection du président? Un autre marchandage, comme seul.es les libanais.es savent le faire au détriment de leur pays... pour la seule gloire de leur partis respectifs. Et vous vous attendez à ce que la jeunesse (i.e. dans ce cas précis, architectes et ingénieur.es) reste au pays? Pays?... On y rêve plus, même en noir et blanc... Tout au moins un état morcelé fédéré confessionnel vers lequel il se dirige allègrement? Et toujours gouverné par celles et ceux qui nous ont justement mené à ce chaos...

    Christian Samman

    21 h 11, le 17 avril 2023

Retour en haut