Rechercher
Rechercher

Politique - Enquête sur le 4 Août

Le juge Bitar reporte ses interrogatoires

"S'il est prouvé que j'ai usurpé le pouvoir, je dois être tenu pour responsable, et dans le cas contraire, l'enquête doit se poursuivre", déclare le juge d'instruction à la presse. 

Les silos endommagés du port de Beyrouth, le 26 juillet 2022. Photo d'archives Matthieu Karam

Le juge d'instruction près la Cour de justice Tarek Bitar, chargé de l'enquête sur l'explosion meurtrière à Beyrouth du 4 août 2020, a indiqué lundi avoir reporté les interrogatoires programmés en février en raison du différend qui l'oppose au parquet près la Cour de cassation.

Malgré les pressions, surtout politiques, auxquelles il est soumis, M. Bitar, juge indépendant, avait décidé fin janvier de reprendre l'enquête sur l'explosion du 4 août 2020 qui a fait plus de 200 morts. L'explosion a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt abritant des tonnes de nitrate d'ammonium stockées "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités qui sont accusées par des ONG et les familles des victimes de torpiller l'enquête pour éviter des inculpations.

"Il faut qu'il y ait une coopération"
Dans son bureau du palais de justice de Beyrouth, le juge Tarek Bitar a déclaré lundi à des journalistes, dont l'AFP, qu'il avait décidé de suspendre tous les interrogatoires prévus en février, faute de coopération avec le parquet près la Cour de cassation. "L'enquête judiciaire doit être accompagnée par le procureur général près la Cour de cassation, et il faut qu'il y ait une coopération entre les deux", a-t-il déclaré.

Lire aussi

Des juges placent la guerre Bitar/Oueidate dans un contexte de « jungle judiciaire »

Le 24 janvier dernier, M. Bitar avait inculpé huit personnes, dont le procureur général près la Cour de Cassation Ghassan Oueidate, et fixé des interrogatoires pour 13 prévenus. En riposte, M. Oueidate avait décidé de le poursuivre pour "rébellion contre la justice" et "usurpation de pouvoir" et de le frapper d'une interdiction de voyager.

"Il y a des plaintes contre moi pour usurpation de pouvoir qui doivent être résolues et une enquête menée", a déclaré M. Bitar aux journalistes lundi. "S'il est prouvé que j'ai usurpé le pouvoir, je dois être tenu pour responsable, et dans le cas contraire, l'enquête doit se poursuivre", a-t-il poursuivi. Des observateurs craignent que cette crise au sein de la justice ne provoque l'effondrement du système judiciaire, dans un pays déjà en proie à une grave crise sociale, économique et politique.

Le juge d'instruction près la Cour de justice Tarek Bitar, chargé de l'enquête sur l'explosion meurtrière à Beyrouth du 4 août 2020, a indiqué lundi avoir reporté les interrogatoires programmés en février en raison du différend qui l'oppose au parquet près la Cour de cassation.Malgré les pressions, surtout politiques, auxquelles il est soumis, M. Bitar, juge indépendant, avait...
commentaires (1)

"L'explosion a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt abritant des tonnes de nitrate d'ammonium stockées "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités..."Dites plutôt: stockées illégalement! Le Port n'a jamais été supposé servir de zone de stockage pour des explosifs aussi dangereux que le nitrate d'ammonium pur...

Georges MELKI

12 h 22, le 07 février 2023

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • "L'explosion a été déclenchée par un incendie dans un entrepôt abritant des tonnes de nitrate d'ammonium stockées "sans mesures de précaution", de l'aveu même des autorités..."Dites plutôt: stockées illégalement! Le Port n'a jamais été supposé servir de zone de stockage pour des explosifs aussi dangereux que le nitrate d'ammonium pur...

    Georges MELKI

    12 h 22, le 07 février 2023

Retour en haut