Rechercher
Rechercher

Culture - Musée

L’influence préhistorique chez Picasso dévoilée au musée de l’Homme à Paris

Peintures murales d’animaux, os gravés, statuettes... l’art préhistorique « découvert » au XXe siècle a influencé les œuvres de Pablo Picasso, comme le montre la prochaine exposition du musée de l’Homme à Paris, qui ouvre mercredi prochain.

Plus de 40 œuvres et objets de l’artiste espagnol ainsi que des objets préhistoriques sont présentés dans l’exposition « Picasso et la Préhistoire », une occasion inédite en France de découvrir la relation qu’a entretenue Picasso avec l’art de cette époque.

Cette exposition propose non pas un voyage géographique, mais un retour dans le temps jusqu’au paléolithique.

L’art préhistorique « avec Picasso, c’est une curiosité, des regards croisés », a expliqué aux journalistes Cécile Godefroy, historienne de l’art et commissaire de l’exposition.

Une curiosité qu’il partageait avec le photographe Brassaï lors de leurs conversations, dont certains extraits couvrent les murs de la salle.

Bien que l’authentification des premiers objets et peintures de la Préhistoire date du début du XXe siècle, c’est pendant l’entre-deux guerres que Picasso, alors déjà un peintre confirmé, découvre le mythe du premier artiste et commence à expérimenter avec ses propres œuvres.

Quand la Vénus de Lespugue, une petite femme en ivoire aux formes rondes et voluptueuses, est découverte en Haute-Garonne en 1922, Picasso achète deux moulaåges de la statuette, qu’il a conservés ensuite entre ses propres sculptures dans son atelier.

En ouverture de l’exposition, on retrouve ces mêmes formes voluptueuses dans le tableau Femme lançant une pierre (1931).

Les parallèles entre Picasso et la Préhistoire se succèdent tout au long de la visite : des os gravés il y a 17 000 ans poussent l’Espagnol à graver des dizaines de visages sur des galets, et les mains peintes sur les murs de grottes préhistoriques l’inspirent pour laisser l’empreinte de sa main sur du cuivre.

Comme en écho aux premières rencontres de Picasso avec l’art préhistorique à travers la Vénus de Lespugue, l’exposition se termine par une version de l’artiste espagnol, sa Vénus du gaz (1945) – un simple brûleur de cuisinière placé verticalement.

Cette exposition s’inscrit dans le cadre du cinquantième anniversaire de la mort de Pablo Picasso (1881-1973) et se tiendra jusqu’au 12 juin 2023.

Peintures murales d’animaux, os gravés, statuettes... l’art préhistorique « découvert » au XXe siècle a influencé les œuvres de Pablo Picasso, comme le montre la prochaine exposition du musée de l’Homme à Paris, qui ouvre mercredi prochain. Plus de 40 œuvres et objets de l’artiste espagnol ainsi que des objets préhistoriques sont présentés dans l’exposition...
commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut