Rechercher
Rechercher

Scan TV - Scan TV

« Saro miyyé », ou lorsque Jean Nakhoul raconte Feyrouz et l’histoire du Liban

« Saro miyyé », ou lorsque Jean Nakhoul raconte Feyrouz et l’histoire du Liban

Feyrouz à Dubaï en 2006. Rabih Moghrabi/AFP

C’est avec sa voix de militant engagé, passionné, son timbre si réconfortant que Jean Nakhoul, devenu un nom célèbre dans le monde de la télévision, a entamé son récit épique samedi soir sur la chaîne MTV. Un récit qui retrace l’histoire d’un pays, d’un peuple, d’une famille de musiciens à travers une diva, qui jusqu’à présent est invitée chaque matin pour accompagner la tasse de café de tout un peuple, toutes confessions confondues. Une femme, une voix qui éveille en chacun de nous Libanais la nostalgie du passé mélangée à de l’amertume, avec en arrière-plan une odeur de fleur d’oranger et de soufre.

C’est que Jean Nakhoul, pilote aux commandes de son programme Saro miyyé, a parfaitement orchestré son coup de maître en gardant la cuvée la plus rare pour sceller sa série d’épisodes. Des épisodes consacrés à plusieurs thèmes et artistes qui ont réussi à charmer au plus haut niveau les téléspectateurs. Dans cet épilogue télévisé, Feyrouz, de son vraie nom Nouhad Haddad, est brossée par un peintre d’un autre genre, qui réussissait à chaque coup de pinceau à nous transporter dans une autre époque, où tout allait encore bien ou presque. Des larmes sont versées, la nostalgie noue les gorges et les souvenirs défilent l’espace d’un décompte qui fut l’un des plus doux pour nos esprits limés par le désespoir. Des chansons, des paroles si familières se mêlent à des passages vidéo d’un autre Liban, caché dans les archives et dépoussiéré au grand bonheur de générations en mal d’être à la recherche du temps perdu et de repères éclatés en mille morceaux. Des « Rizkallah » fusent à chaque moment, suivis de soupirs lorsque des chansons d’amour cèdent la place à des chansons plus engagées et patriotiques qui remuent les instincts à un autre niveau. Une analyse fine et des commentaires pertinents accompagnent ce défilé d’images et de vidéos qui reprenaient les principales stations et ruptures dans la frise chronologique d’un pays qui a subi son indépendance comme une malédiction.

Nabila Awad a charmé les téléspectateurs en son rôle d'hôtesse de Saro miyyé. Capture d'écran.

Jean Nakhoul propose dans cet épisode non seulement les archives revisitées des Rahbani et de Radio et Télé Liban, mais également un éclairage condensant l’histoire libanaise dès l’apparition des premiers signes de conflit sur la scène locale, pour tenter de dégager la portée politique et sociale des œuvres artistiques des Rahbani qui semblaient craindre le gouffre dans lequel le pays sera entraîné. Avec sa voix triste et divine, Feyrouz, qui a fait vibrer l’écho dans les colonnes de Baalbeck et entre les branches des arbres millénaires des Cèdres, devient le seul choix, l’unique identité que chaque Libanais porte volontiers partout avec fierté. Une Feyrouz qui a porté le flambeau d’une idée simple et précise, un patriotisme porté sur un étendard clamant haut et fort l’amour de la patrie, l’amour, la justice et la tolérance. Feyrouz qui était la diva d’un Assi Rahbani souffrant, face à un pays en délire total et excellant de plus en plus en nous alertant du danger tant bien que mal dans ces films et son théâtre musical. Un duo magique qui avait placé sur son orbite des centaines d’artistes exceptionnels qui ont créé la musique et le théâtre libanais.

Lire aussi

Sherihan, Sabah, Googoosh... dans une région rongée par l’obscurantisme, les divas continuent de briller

Un couple qui n’a pas tardé à nous présenter son fils, un génie unique en son genre, Ziad Rahbani, un avant-gardiste qui a su mener la barque avec sa mère du vivant de son père, mais aussi après son départ, avec ses mélodies modernes et ses compositions hors pair. Il vaut mieux se contenter de ces quelques mots et vous laisser goûter personnellement à ce chef-d’œuvre audiovisuel disponible sur la plateforme de la MTV et à travers l’application.


C’est avec sa voix de militant engagé, passionné, son timbre si réconfortant que Jean Nakhoul, devenu un nom célèbre dans le monde de la télévision, a entamé son récit épique samedi soir sur la chaîne MTV. Un récit qui retrace l’histoire d’un pays, d’un peuple, d’une famille de musiciens à travers une diva, qui jusqu’à présent est invitée chaque matin pour accompagner...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut