Rechercher
Rechercher

Économie - Électricité

Carburant à EDL : le ministre de l’Énergie réclame le déblocage des fonds promis

Carburant à EDL : le ministre de l’Énergie réclame le déblocage des fonds promis

Le bâtiment d’Électricité du Liban abandonné depuis la double explosion au port de Beyrouth du 4 août 2020. Photo P.H.B.

C’est au cours d’une conférence de presse organisée hier après-midi à son ministère que le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayad a demandé que les fonds promis dans le cadre d’un accord passé avec le ministère des Finances et la Banque du Liban, il y a une semaine, soient effectivement mis à la disposition d’Électricité du Liban.

Il a notamment reproché au ministre sortant des Finances Youssef Khalil de bloquer la procédure, ajoutant que le gouverneur de la banque centrale Riad Salamé avait assuré que les fonds étaient disponibles. Selon des informations que nous avons fait confirmer vendredi dernier auprès du service de presse d’EDL, l’enveloppe – qui est en réalité une avance du Trésor – atteindrait 62 millions de dollars devant permettre d’acheter du fuel pour les centrales libanaises. Celles-ci ne produisent actuellement qu’une poignée d’heures de courant par jour grâce à du carburant obtenu via un accord de troc conclu en juillet 2021 avec l’Irak et renouvelé cette année. « Le ministère des Finances n’a toujours pas émis la décision demandant à la BDL de transférer les fonds », a encore précisé Walid Fayad. « Nous voulons avoir une réponse claire pour mettre les points sur les « i » et savoir une fois pour toutes ce qu’il en est », a-t-il fustigé.

Lire aussi

EDL : les factures seront calculées au taux de Sayrafa majoré de 20 %

L’enveloppe en question doit être remboursée par EDL via le produit de la collecte des factures. Calculés sur la base d’un baril de pétrole à 23 dollars depuis 1994, les tarifs pratiqués par le fournisseur ont été augmentés pour la première fois au courant de l’automne afin de réduire son déficit structurel qui le rend dépendant des avances du Trésor. Les nouveaux tarifs sont calculés en dollars et convertis ensuite au taux de la plateforme Sayrafa de la BDL majoré de 20 %. Ils sont applicables depuis le 1er novembre, mais les premières factures ne seront collectées qu’à partir de février.

Or, si l’on tient compte du taux de Sayrafa actuel fixé à 38 000 livres pour un dollar, cela voudra dire que le montant en livres à payer par les abonnés d’EDL sera calculé en fonction d’un taux de 45 600, qui est supérieur au taux du marché actuel (43 000 livres). Comme EDL ne sera pas en mesure de produire du courant à plein temps, cela veut aussi dire que les Libanais continueront en même temps de payer aux propriétaires de générateur privé au prix fort un kilowattheure calculé au taux du carburant et du dollar dans un contexte de crise qui perdure depuis 2019.

Le ministre sortant a également souligné que le retard dans la mise en œuvre du « plan d’urgence » pour l’électricité qui a été adopté au printemps dernier était lié à un « retard » des parties étrangères engagées dans le processus. Une remarque ciblant les États-Unis qui s’étaient engagés dès l’été 2021 à mettre en œuvre une initiative devant permettre à EDL de transporter, via la Syrie, du courant produit en Jordanie et du gaz égyptien pour augmenter ses capacités de production. Or, Washington n’a toujours pas donné son feu vert clair à un aménagement de ses sanctions ciblant le régime de Damas et ceux qui font des affaires avec lui pour rendre l’initiative possible, tandis que la Banque mondiale pour sa part n’a pas encore validé le financement des deux volets de l’initiative. L’organisation internationale réclame notamment la formation d’une autorité de régulation pour le secteur de l’électricité, ce que les dirigeants libanais n’ont toujours pas fait. Le ministre sortant a, lui, indiqué que ses services avaient récemment envoyé « le 24 décembre » à la BM un plan « accéléré » de réduction des pertes d’EDL, évoquant un « cadeau de Noël ».

C’est au cours d’une conférence de presse organisée hier après-midi à son ministère que le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayad a demandé que les fonds promis dans le cadre d’un accord passé avec le ministère des Finances et la Banque du Liban, il y a une semaine, soient effectivement mis à la disposition d’Électricité du Liban.Il a notamment reproché au...
commentaires (1)

Notre clown de ministre de l’énergie veut vendre de l’électricité à un dollar avoisinant les 46.000 ce qui rend le prix du kWh au double des prix en France et donc le tarif le plus élevé du monde mais il est tellement incompétent qu’il n’arrive même pas à produire ce courant électrique. EdL devrait être classée parmi les marques de luxe mondiales vu ses tarifs sauf que EdL n’a presque rien à vendre. Est ce que quelqu’un peu5 me donner un exemple plus débile ?

Lecteur excédé par la censure

10 h 29, le 30 décembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Notre clown de ministre de l’énergie veut vendre de l’électricité à un dollar avoisinant les 46.000 ce qui rend le prix du kWh au double des prix en France et donc le tarif le plus élevé du monde mais il est tellement incompétent qu’il n’arrive même pas à produire ce courant électrique. EdL devrait être classée parmi les marques de luxe mondiales vu ses tarifs sauf que EdL n’a presque rien à vendre. Est ce que quelqu’un peu5 me donner un exemple plus débile ?

    Lecteur excédé par la censure

    10 h 29, le 30 décembre 2022

Retour en haut