Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Climat

COP28 : les Emirats plaident pour une transition énergétique "équitable"


La ministre d'État émiratie à la coopération internationale, Reem al Hashimy. Photo d'archives AFP

La conférence de l'ONU sur le climat qui se tiendra l'année prochaine aux Emirats arabes unis doit œuvrer pour une transition énergétique "équitable", a affirmé vendredi le futur pays hôte, qui plaide pour une sortie progressive des hydrocarbures. 

Le riche pays du Golfe, qui figure parmi les principaux exportateurs de pétrole au monde, veut accueillir une COP "qui soit significative et qui ait un impact", a déclaré la ministre d'État à la coopération internationale, Reem al Hashimy, lors d'une conférence à Abou Dhabi. Les Emirats veulent "apporter des idées diverses et variées à la table des négociations, en provenance du monde entier et en particulier des pays du Sud", a indiqué la ministre. "Comment gérer une transition énergétique juste tout en assurant la prospérité et la stabilité aux populations du monde et comment le faire d'une manière équitable", a-t-elle ajouté. 

Dans une interview à l'AFP en juillet, la ministre émiratie du Changement climatique et de l'Environnement, Mariam Almheiri, avait affirmé que le monde n'était pas "encore prêt" à sortir des énergies fossiles, malgré leur contribution au réchauffement climatique. Elle avait cité l'exemple des pays occidentaux qui ont réclamé une hausse de la production de pétrole pour faire face à la flambée des prix de l'énergie liée à la guerre en Ukraine.  

La dernière conférence mondiale sur le climat, organisée en novembre en Egypte, a été marquée par l'adoption d'une résolution sur l'indemnisation des dégâts provoqués par le changement climatique dans les pays les plus pauvres. Mais cette COP27 n'a pas réussi à faire progresser la réduction des émissions de gaz à effet de serre, pour maintenir l'objectif de limiter le réchauffement de la planète. Et la question d'une moindre utilisation des énergies fossiles a été à peine mentionnée dans les textes.

Avec un marché à son avantage, l'industrie pétrolière et gazière mondiale devrait investir plus de 600 milliards de dollars chaque année jusqu'en 2030, ne serait-ce que pour répondre à la demande, selon des prévisions officielles. 

Si les Émirats arabes unis ont connu, grâce au pétrole, une croissance fulgurante depuis les années 1970, l'économie s'est récemment diversifiée, l'or noir ne représentant plus que 30% du PIB. Le pays désertique de 10 millions d'habitants, dont 90% d'étrangers, investit en parallèle dans les énergies renouvelables, et s'est engagé à atteindre la neutralité carbone en 2050. 


La conférence de l'ONU sur le climat qui se tiendra l'année prochaine aux Emirats arabes unis doit œuvrer pour une transition énergétique "équitable", a affirmé vendredi le futur pays hôte, qui plaide pour une sortie progressive des hydrocarbures. 

Le riche pays du Golfe, qui figure parmi les principaux exportateurs de pétrole au monde,...