Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Maintenant on va où ?

Le titre d’un film libanais à succès fait penser au pitoyable et honteux spectacle qui se produit devant le monde entier. Six tours de guignols au Parlement, des déclarations, des sermons et toujours la même pauvreté tant politique qu’économique. Vacance généralisée et insensibilité devant un anniversaire national supposé cimenter le pays. Il est temps d’arrêter ce cirque qui ridiculise les députés et avilit encore plus le citoyen. Il est grand temps de ne plus donner au royal magicien le plaisir de tourner les députés en bourrique.Maintenant on fait quoi ? Que faut-il de plus aux citoyens et à leurs élus qui aiment le Liban pour se secouer ? La peur est toujours mauvaise conseillère. Quelle plus grande cause pourrait les faire bouger ? À des moments forts il faut de fortes décisions. Les députés étaient élus au nouveau Parlement pour deux objectifs : un nouveau gouvernement et un nouveau président. Ils n’ont rempli ni l’un ni l’autre. Pour être cohérents avec eux-mêmes ils doivent tout de suite rentrer chez eux; ou alors convoquer immédiatement tout député qui aime le Liban à se rassembler hors les murs du Parlement à l’abri de toute mauvaise surprise pour se proclamer devant l’histoire assemblée électorale. Ils en ont la légitimité. Cette légitimité vient de l’urgence et non de la loi. S’ils ne choisissent pas un président qui puisse affronter les défis et enjeux cruciaux en toute urgence, ils n’ont plus aucune raison de rester. En laissant le temps pourrir la situation, ils sont complices de la faillite.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique Courrier n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, L’Orient-Le Jour offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires, ni injurieux, ni racistes.


Le titre d’un film libanais à succès fait penser au pitoyable et honteux spectacle qui se produit devant le monde entier. Six tours de guignols au Parlement, des déclarations, des sermons et toujours la même pauvreté tant politique qu’économique. Vacance généralisée et insensibilité devant un anniversaire national supposé cimenter le pays. Il est temps d’arrêter ce cirque qui...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut