Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Macron évoque la crise du Liban avec le prince héritier saoudien

Le chef de l'Etat français "a souligné la nécessité d'élire un président dans les plus brefs délais, afin que soit mené à bien le programme de réformes structurelles indispensable au relèvement du pays", indique l'Elysée.

Macron évoque la crise du Liban avec le prince héritier saoudien

Le prince héritier saoudien Mohammad Ben Salmane (d) serre la main du président français Emmanuel Macron à l'Élysée, à Paris, le 28 juillet 2022. Photo d'archives Bandar AL-JALOUD / SAUDI ROYAL PALACE / AFP

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu samedi au téléphone avec le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (MBS), et les deux dirigeants ont convenu de "renforcer leur coopération pour répondre aux besoins humanitaires" du Liban, selon un communiqué de l'Elysée.

"La discussion a notamment porté sur le Liban, le président de la République a souligné la nécessité d'élire un président dans les plus brefs délais, afin que soit mené à bien le programme de réformes structurelles indispensable au relèvement du pays", indique la présidence française.

Le mandat du président Michel Aoun a expiré le 31 octobre et le Parlement, profondément divisé, s'est réuni à cinq reprises déjà sans parvenir à lui élire un successeur, alors que le pays est plongé dans une profonde crise économique. M. Macron a "convenu avec le prince héritier de poursuivre et renforcer leur coopération pour répondre aux besoins humanitaires de la population du Liban", ajoute l'Elysée.

Lire aussi

Présidentielle : la communauté internationale fait (pour l’instant) le service minimum

La communauté internationale appelle régulièrement les dirigeants libanais à élire un président rapidement, et le faisait déjà bien avant le départ de Michel Aoun. Mais en dépit des appels successifs à élire un président le plus rapidement possible, aucune initiative diplomatique n’est à attendre dans un avenir proche.

En décembre 2021, Paris et Riyad ont mis en place un mécanisme franco-saoudien pour financer des projets dans les domaines médical, éducatif, social et humanitaire au Liban.

Le mécanisme en question avait été annoncé à un moment où le Liban était isolé sur la scène arabe, après le tollé suscité en octobre 2021 par les propos de l'ex-ministre de l'Information Georges Cordahi sur le rôle de Riyad dans la guerre au Yémen. Plusieurs pays du Golfe avaient alors rompu leurs relations diplomatiques avec le Liban, d'autant qu'ils voient d'un très mauvais œil l'influence croissante du Hezbollah pro-iranien dans le pays. Mais ces derniers mois, Beyrouth a réussi à rétablir ses liens avec les monarchies du Golfe.

Pour mémoire

Macron à « L’OLJ » : Je ne laisserai pas le Liban disparaître...

En outre, "le chef de l'Etat (français) et le prince héritier ont évoqué les menaces qui pèsent sur la stabilité de la région" et "ils ont exprimé leur volonté de renforcer le partenariat stratégique qui lie les deux pays". Emmanuel Macron a rappelé "que l'Arabie saoudite pouvait compter sur l'appui de la France pour assurer sa sécurité". Enfin, les deux dirigeants ont "dit leur volonté de resserrer les liens économiques entre leurs deux pays, en particulier dans le domaine de l'énergie".

M. Macron devait s'envoler dimanche pour le sommet du G20 à Bali. La présidence française n'a pas précisé s'il échangerait alors avec MBS, puissant mais controversé prince héritier du royaume saoudien. Le président américain Joe Biden a, lui, exclu de le rencontrer, après une décision de l'Opep+ favorable à la Russie.

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu samedi au téléphone avec le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane (MBS), et les deux dirigeants ont convenu de "renforcer leur coopération pour répondre aux besoins humanitaires" du Liban, selon un communiqué de l'Elysée."La discussion a notamment porté sur le Liban, le président de la République a souligné la nécessité...
commentaires (3)

Le bal des hypocrites et des focus continue et on ne parle que du délai court et de l’accélération de la nomination du prochain président alors qu’il faut mettre l’accent sur le choix de ce dernier quelque soit le délai et le temps que ça prendra. Ils poussent ce pays dans ses retranchements en ouvrant un boulevard à ses fossoyeurs à exécuter leur plan de destruction en se servant de l’excuse que le pays ne peut pas rester sans président ni gouvernement alors que le problème est ailleurs. Nous préférons mille fois le vide sidéral à l’occupation de ce pays car c’est de cela dont il s’agit. Le problème réside dans le choix d’un président intègre pour mener ce pays et qui viendrait imposer l’autorité et mettre fin aux vendus et corrompus qui ont eu raison de son existence même. Le marchandage entre nations continue sur le dos du pays et de son peuple et il serait temps grand que les libanais expriment leur volonté au lieu d’attendre les décisions des autres qui eux n’en ont cure de leur avenir ni de leur dignité puisque tout tourne autour de l’intérêt de leurs pays respectifs. La plaie de ce pays sont les maronites qui ont vendu leur âme au diable et qui ne réalisent toujours pas que leur seule force et leur raison d’être restent la cohésion et l’union sacrée face aux dangers qui les menacent. Tant que ces ignares sont tenus en laisse il ne faut pas espérer un quelconque salut pour notre nation.

Sissi zayyat

11 h 06, le 14 novembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Le bal des hypocrites et des focus continue et on ne parle que du délai court et de l’accélération de la nomination du prochain président alors qu’il faut mettre l’accent sur le choix de ce dernier quelque soit le délai et le temps que ça prendra. Ils poussent ce pays dans ses retranchements en ouvrant un boulevard à ses fossoyeurs à exécuter leur plan de destruction en se servant de l’excuse que le pays ne peut pas rester sans président ni gouvernement alors que le problème est ailleurs. Nous préférons mille fois le vide sidéral à l’occupation de ce pays car c’est de cela dont il s’agit. Le problème réside dans le choix d’un président intègre pour mener ce pays et qui viendrait imposer l’autorité et mettre fin aux vendus et corrompus qui ont eu raison de son existence même. Le marchandage entre nations continue sur le dos du pays et de son peuple et il serait temps grand que les libanais expriment leur volonté au lieu d’attendre les décisions des autres qui eux n’en ont cure de leur avenir ni de leur dignité puisque tout tourne autour de l’intérêt de leurs pays respectifs. La plaie de ce pays sont les maronites qui ont vendu leur âme au diable et qui ne réalisent toujours pas que leur seule force et leur raison d’être restent la cohésion et l’union sacrée face aux dangers qui les menacent. Tant que ces ignares sont tenus en laisse il ne faut pas espérer un quelconque salut pour notre nation.

    Sissi zayyat

    11 h 06, le 14 novembre 2022

  • Bien évidemment, Macron essaie de récupérer l’Arabie saoudite pour son marché. Pour clôturer une demi minute symboliquement sur la situation libanaise et BASTA.

    Wow

    19 h 13, le 13 novembre 2022

  • NE JAMAIS CONFONDRE ENTRE FABULATION ET VRAISEMBLANCE » EX. GRAND TITRE : MACRON ÉVOQUE LA CRISE DU LIBAN AVEC LE PRINCE HÉRITIER SAOUDIEN avec précision« La discussion a NOTAMMENT porté sur le LIBAN ». UNE PETITE CONCLUSION A LA FIN, les deux dirigeants ont "dit leur volonté de resserrer les liens économiques entre leurs deux pays, EN PARTICULIER DANS LE DOMAINE DE L'ÉNERGIE". À VOUS DE CHOISIR OÙ EST LE VRAI OÙ EST LE FAUX ?

    aliosha

    17 h 35, le 13 novembre 2022

Retour en haut