Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Israël

Plus de 20 Palestiniens arrêtés par Israël après des heurts à Jérusalem-Est


Plus de 20 Palestiniens arrêtés par Israël après des heurts à Jérusalem-Est

Des policiers israéliens arrêtant un jeune palestinien dans le camp de Chouafat à Jérusalem-Est, le 12 octobre 2022. Photo REUTERS/Ammar Awad

Plus de 20 Palestiniens ont été arrêtés après des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à Jérusalem-Est, a indiqué la police jeudi, sur fond de violences persistantes dans ce secteur occupé et annexé par Israël.

La police israélienne a indiqué avoir appelé des réservistes de l'unité des gardes-frontières pour "assurer le calme" dans et autour de la ville, après avoir interpellé entre mercredi et jeudi "23 suspects" "pour troubles à l'ordre public, jets de pierres et de cocktails Molotov et attaques contre des policiers". Les Palestiniens ont organisé mercredi des grèves et des manifestations à Jérusalem-Est et en Cisjordanie, territoires occupés par Israël depuis 1967, pour protester contre des mesures israéliennes imposées dans la foulée du meurtre de deux soldats.

L'armée et la police israéliennes ont lancé une chasse à l'homme pour retrouver l'auteur de l'attaque ayant coûté la vie à une soldate samedi au point de passage de Chouafat, un camp de réfugiés palestiniens à Jérusalem-Est, encerclé ces derniers jours par les forces israéliennes. Des heurts y ont éclaté entre les forces lourdement armées et des Palestiniens qui ont lancé des pierres dans leur direction, a constaté un journaliste de l'AFP.

Selon Kazem Abou Khalaf, un porte-parole de l'agence de l'ONU pour l'aide aux réfugiés palestiniens (Unrwa), le contrôle renforcé aux entrées du camp et la violence y ont entraîné la fermeture des écoles et des centres de santé gérés par son organisation. "La situation sur place est vraiment tendue", a-t-il dit à l'AFP. Des affrontements ont également eu lieu mercredi dans les quartiers d'Issawiya et de Silwan et deux policiers y ont été légèrement blessés, d'après la police.

Le Premier ministre israélien Yaïr Lapid a affirmé jeudi que "les forces de sécurité resteront mobilisées tant que les terroristes et ceux qui les ont envoyés ne seront pas arrêtés", selon un communiqué de son bureau.

Violences en Cisjordanie

Mardi, un autre soldat israélien avait été tué près de Naplouse dans le nord de la Cisjordanie, territoire palestinien occupé en proie à des violences depuis plusieurs mois. Des heurts entre des habitants de la localité de Huwara (nord) et des colons israéliens ont fait une dizaine de blessés côté palestinien jeudi, selon le Croissant rouge palestinien. D'autres affrontements ont éclaté dans le village de Kafr Dan près de Jénine, faisant deux Palestiniens blessés, d'après la même source.

L'armée a indiqué avoir arrêté six personnes recherchées pour "des activités terroristes" en Cisjordanie, territoire où vivent 2,9 millions de Palestiniens et environ 475.000 colons israéliens, dans des colonies jugées illégales par le droit international. Dans la foulée d'attaques anti-israéliennes meurtrières en mars et avril, l'armée israélienne y a multiplié les opérations.

Ces raids, souvent émaillés de heurts avec la population palestinienne, ont fait plus d'une centaine de morts côté palestinien, soit le bilan le plus lourd en Cisjordanie depuis près de sept ans, selon l'ONU. Mercredi, un Palestinien de 18 ans a été tué par l'armée lors d'affrontements ayant éclaté dans le camp de réfugiés d'Al-Aroub, près de Hébron (sud), alors que des jeunes protestaient contre les opérations israéliennes.


Plus de 20 Palestiniens ont été arrêtés après des affrontements avec les forces de sécurité israéliennes à Jérusalem-Est, a indiqué la police jeudi, sur fond de violences persistantes dans ce secteur occupé et annexé par Israël.La police israélienne a indiqué avoir appelé des réservistes de l'unité des gardes-frontières pour "assurer le calme" dans et autour de la ville,...