Rechercher
Rechercher

Sport - Ligue 1

Mbappé sauve Paris

Entré en jeu en fin de match, Kylian Mbappé a sorti le PSG d’un très mauvais pas en offrant la victoire aux siens face à Nice (2-1), permettant aux Parisiens de garder leur fauteuil de leaders.

Mbappé sauve Paris

Kylian Mbappé célébrant son but de le victoire (2-1) du PSG acquise aux dépens de l’OGC Nice, lors de la 9e journée de Ligue 1 au Parc des Princes. Franck Fife/AFP

Pour la première fois de la saison, le PSG commençait la rencontre sans son champion du monde français. Remplaçant au coup d’envoi, Kylian Mbappé rentrait dans la rotation souhaitée par l’entraîneur Christophe Galtier pour permettre à certains de ses cadres de souffler. Face au véritable marathon dans lequel le club de la capitale est engagé d’ici au début du Mondial au Qatar (20 novembre-18 décembre), l’effectif parisien devra compter sur l’ensemble de ses forces vives pour venir à bout des onze rencontres à disputer en un mois et demi.

Mais, comme à son habitude depuis son arrivée au Parc des Princes il y a maintenant 5 ans, c’est bien le prodige de Bondy qui a délivré sa formation (83e), pourtant très mal embarquée contre les Niçois. Profitant d’une action de grande classe du milieu portugais Vitinha, Mbappé s’est retrouvé à la réception d’un centre à ras-de-terre de Nordi Mukiele pour tromper le portier danois Kasper Schmeichel d’un puissant tir de l’intérieur du pied droit.

Avec ce 8e but en neuf matchs de championnat, Mbappé rejoint son coéquipier Neymar en tête du classement des buteurs et démontre qu’il reste bel et bien le patron du PSG, malgré ses objections sur son positionnement exprimées récemment. Il a ainsi sauvé des Parisiens apparus jusque-là sans génie et sans inspiration, loin du jeu offensif flamboyant produit en début de saison.

Malgré un coup franc magnifique de Lionel Messi, son premier sous les couleurs parisiennes (29e), le reste de l’équipe n’a longtemps pas été au niveau, permettant même aux Niçois d’égaliser grâce à Gaëtan Laborde (46e).

Paris reste invaincu, toutes compétitions confondues, avant de retrouver la Ligue des champions, mercredi sur la pelouse du Benfica Lisbonne, mais il ne s’est pas spécialement rassuré dans la lignée de ses dernières sorties, guère emballantes.

Une défense peu rassurante

Le choix de Galtier de placer Mbappé sur le banc au coup d’envoi au profit de la jeune recrue Hugo Ekitike (20 ans), titulaire pour la première fois, ne s’est pas avéré payant et Paris a trop facilement laissé la maîtrise du match aux Aiglons avant l’entrée en jeu salvatrice de Mbappé.

Sans le champion du monde français, il manquait un joueur capable de percer la muraille niçoise, entreprise dans laquelle Ekitike a plutôt échoué en dépit d’un certain abattage. Marco Verratti était, lui, suspendu, et l’absence du métronome du milieu de terrain parisien a sans doute aussi pesé dans le manque de rythme général.

Le plus inquiétant pour le PSG réside dans le peu de sûreté affichée en défense. Sans Presnel Kimpembe, blessé, Galtier doit quelque peu bricoler derrière, et cela s’est nettement vu. Nordi Mukiele, titularisé dans la défense à trois parisienne, a notamment été trop passif et trop fébrile sur le but niçois.

Mais Messi, intenable, et Mbappé étaient bien là. À eux deux, ils ont été les deux arbres qui ont caché les approximations du PSG.

Marseille reste en embuscade

La veille, Marseille avait pris provisoirement la tête du championnat en assommant 3-0, sans trop forcer, des Angevins encore fragiles au stade Raymond-Kopa lors du match d’ouverture de la 9e journée de Ligue 1.

Malmené pendant la première demi-heure, l’OM a finalement profité du manque de réalisme angevin et des failles défensives du SCO, désormais la pire défense du championnat (21 buts encaissés en 9 matches), pour s’imposer grâce à Jonathan Clauss (35e), Luis Suarez (50e) et Gerson (59e).

Toujours invaincus en championnat depuis le coup d’envoi de la saison, ils restent, avec 23 points, à portée de tir du leader parisien, qui en a 25. Des débuts en fanfare qui contrastent avec des résultats décevants en Ligue des champions, où l’OM a débuté avec deux défaites face à Tottenham (2-0) et l’Eintracht Francfort (1-0).

Clauss ouvre son compteur

Dans un match mené sur un petit rythme, sous une pluie fine et de fraîches rafales, les Angevins ont en effet commencé par imposer leur pressing aux Marseillais. Mais Nabil Bentaleb a vu le poteau repousser une belle frappe (18e) et Adrien Hunou, trouvé seul dans la surface, n’a pas cadré la sienne (34e).

Derrière, Clauss, bien décalé sur la gauche par Suarez, a déboulé dans la surface pour ouvrir la marque avec l’aide du poteau entrant (0-1, 35e), faisant soulever le stade Raymond-Kopa, où le « Aux armes » marseillais résonnait bien plus fort que les « Allez le SCO ».

Un premier but sous le maillot marseillais pour l’international français qui dépannait dans le couloir gauche en raison de la suspension de Nuno Tavares. Revigorés, les Marseillais ont accéléré le rythme dès le début de seconde période.

C’est Clauss qui s’en est à nouveau chargé : interceptant un ballon mal négocié par la défense angevine, l’ailier s’est rapidement projeté pour trouver Suarez seul dans la surface (0-2, 50e). L’ancien Lensois a ensuite combiné dans la surface avec Samuel Gigot qui a servi Gerson, à son tour oublié dans la surface (0-3, 59e).

Face à des Angevins de plus en plus fébriles, l’OM a déroulé sans forcer et Igor Tudor (depuis les tribunes car suspendu et remplacé sur le banc par son adjoint Hari Vukas) en a profité pour faire sortir Clauss (sous les acclamations du stade), Gerson et Dimitri Payet, en prévision d’un match au Vélodrome déjà crucial pour la suite de sa campagne européenne face au Sporting Portugal.

Source : AFP


Pour la première fois de la saison, le PSG commençait la rencontre sans son champion du monde français. Remplaçant au coup d’envoi, Kylian Mbappé rentrait dans la rotation souhaitée par l’entraîneur Christophe Galtier pour permettre à certains de ses cadres de souffler. Face au véritable marathon dans lequel le club de la capitale est engagé d’ici au début du Mondial au Qatar...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut