Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Iran

Un autre colonel des gardiens de la révolution tué dans les heurts dans le Sud-Est

Un autre colonel des gardiens de la révolution tué dans les heurts dans le Sud-Est

Un défilé des gardiens de la révolution iranienne. Photo AFP

Un second officier supérieur des gardiens de la révolution, l'armée idéologique iranienne, blessé dans des affrontements avec des "terroristes" dans le sud-est du pays, est décédé, a annoncé samedi un communiqué de cette organisation. Il n'était pas clair dans l'immédiat si ces heurts étaient liés aux manifestations qui ont lieu à travers le pays depuis le décès le 16 septembre d'une jeune Kurde iranienne, Mahsa Amini, arrêtée par la police des mohurs.

"Le colonel Hamid Reza Hachemi, un autre membre des services de renseignements des gardiens, a succombé à ses blessures subies lors des affrontements vendredi avec des terroristes", selon le communiqué. Ce décès porte à 20 le nombre de personnes, dont deux colonels des gardiens de la révolution, tuées vendredi au Sistan-Baloutchistan (sud-est) dans des heurts qualifiés d'"incidents" par le gouverneur régional du Sistan-Baloutchistan, Hossein Khiabani. Selon M. Khiabani, 20 personnes ont également été blessées dans les affrontements.

La province du Sistan-Balouchistan est une région déshéritée frontalière du Pakistan et de l'Afghanistan et théâtre fréquent d'attentats ou d'accrochages entre forces de l'ordre et groupes armés.

Plus tôt vendredi, des médias d'Etat avaient indiqué que les forces de sécurité avaient tiré en direction d'hommes armés ayant attaqué un commissariat à Zahedan, capitale provinciale.

La répression des manifestations qui agitent l'Iran depuis le 16 septembre a provoqué la mort de plusieurs dizaines de manifestants. Des membres des forces de sécurité ont également péri. Plus d'un millier de personnes ont par ailleurs été arrêtées à travers le pays. 


Un second officier supérieur des gardiens de la révolution, l'armée idéologique iranienne, blessé dans des affrontements avec des "terroristes" dans le sud-est du pays, est décédé, a annoncé samedi un communiqué de cette organisation. Il n'était pas clair dans l'immédiat si ces heurts étaient liés aux manifestations qui ont lieu à travers le pays depuis le décès le 16 septembre...