Rechercher
Rechercher

Société - Liban

Mobilisation devant le palais de justice en soutien à deux activistes impliqués dans le braquage de la Blom Bank

L'armée annonce que quatre miliaires ont été blessés dans des échauffourées avec certains manifestants.

Mobilisation devant le palais de justice en soutien à deux activistes impliqués dans le braquage de la Blom Bank

Des manifestants rassemblés devant le palais de justice de Beyrouth, le 19 septembre 2022. Photo Mohammad Yassine

Atmosphère tendue lundi matin devant le palais de justice de Beyrouth, où des manifestants se sont regroupés pour protester contre l'arrestation de Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom, deux militants qui étaient venus en aide à la déposante Sali Hafez lorsqu’elle avait braqué une branche de la Blom Bank du quartier de Sodeco à Beyrouth  afin de récupérer ses propres fonds.

L'édito d'Anthony SAMRANI

Erreur de la banque en votre (dé)faveur

Des personnes se sont rassemblées devant les grilles du palais, certaines hurlant en direction des locaux. Selon des images qui circulent sur les réseaux sociaux, des échauffourées ont éclaté entre certains manifestants et des militaires déployés sur place. Vers midi, des personnes ont bloqué la route principale près du palais de justice selon notre journaliste sur place Mohammad Yassine.

Des manifestants bloquant la route principale près du Palais de justice de Beyrouth, le 19 septembre 2022. Photo Mohammad Yassine

En fin de journée, la tension est montée d'un cran devant le palais de Justice lorsque des manifestants ont saccagé un véhicule de l'armée, poussant les militaires à tirer en l'air pour les disperser. L'armée libanaise a annoncé sur son compte Twitter que quatre militaires ont été blessés alors qu'ils tentaient de "préserver la sécurité". "Une patrouille de l'armée a été la cible de jets de pierres et coups de bâtons", a indiqué l'institution militaire qui précise également que des protestataires ont "détruit un véhicule militaire ainsi que d'autres véhicules civils". "L'armée a été obligée de tirer en l'air pour les séparer et plusieurs fauteurs de troubles ont été arrêtés", ajoute l'institution. Ces informations ont été confirmées par  une source anonyme sur place qui s'est confiée à L'OLJ.

Route bloquée au Akkar

Plus tôt en journée, à Biré dans le Akkar, des manifestants ont coupé la route en soutien aux deux activistes, lundi matin, rapporte l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). "La voie restera bloquée jusqu'à la libération des activistes", ont clamé certains d'entre eux.

Des activistes et des amis de MM. Zakaria et Rustom ont également fermé les administrations publiques à Halba lundi après-midi, dont le Sérail, les tribunaux religieux et civil, ainsi que les bureaux de LibanPost, selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle). Les manifestants ont également fermé les institutions locales de distribution d'eau et les bureaux de la société de télécommunications Alfa, ainsi qu'Ogero et Electricite du Liban, ajoute l'Ani.

Mercredi dernier, Sali Hafez, munie d'un pistolet factice, avait braqué la Blom Bank pour réclamer son propre argent "pour (sa) sœur cancéreuse qui se meurt à l'hôpital". Appuyée par des activistes et des proches sur place, elle s'était aspergée d'essence et avait menacé de s'immoler par le feu. Après avoir obtenu environ 13.000 des 20.000 dollars déposés par sa famille dans la banque, et moins d'une heure après le début du braquage, Sali Hafez et ses soutiens ont réussi à s'échapper par une fenêtre avant l'arrivée des forces de sécurité. Deux activistes ont toutefois été arrêtés.

Lire aussi

Que risque-t-on quand on braque une banque pour réclamer son propre argent ?

Deux jours plus tard, cinq hold-up se sont produits à travers le pays, organisés par des déposants voulant récupérer leurs propres fonds dans un Liban en plein effondrement financier. Vendredi, les différents services de sécurité ont élaboré un "plan strict pour imposer la loi et l'ordre dans le pays, afin de protéger les déposants et les citoyens", selon le ministre sortant de l'Intérieur Bassam Maoulaoui. Mais peu de détails ont filtré sur ce plan. L'Association des banques du Liban a annoncé pour sa part une grève de trois jours dès ce lundi.

Arrestations

En début d’après-midi, aujourd'hui, le procureur général près la Cour de cassation, Ghassan Oueidate, a déféré Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom devant le procureur général près la Cour d’appel de Beyrouth, Ziad Abi Haïdar, qui est attendu incessamment à son bureau pour examiner leur dossier. Il sera alors devant l’alternative de les remettre en liberté, de les déférer en état d’arrestation devant le juge d’instruction de Beyrouth, ou alors de transférer le dossier devant le même juge après les avoir remis en liberté sous caution. Le juge d’instruction de Beyrouth devra dans ce cas procéder à une enquête élargie sur les faits qui leur sont reprochés, a expliqué à L’Orient-Le Jour l’avocat des deux détenus, Ali Abbas.

Toujours selon M. Abbas, un mandat d'arrêt aurait été délivré contre Abed Soubra, le braqueur de la Blom Bank de Tarik Jdidé, qui avait été détenu après avoir quitté la banque vendredi soir sans avoir pu obtenir son argent. Il devrait être déféré devant le juge d'instruction de Beyrouth.

Quant à Jawad Slim, qui avait braqué vendredi la Banque du Liban et du Golfe (LGB) de Ramlet el-Baïda à Beyrouth, il est actuellement interrogé par la police à la caserne Hélou de Mar Elias, affirme à L’Orient-Le jour son avocate, Ourouba Haraké. Son dossier devrait ensuite être transmis au magistrat Oueidate, qui pourrait soit entamer le processus de poursuites à son encontre, soit le relâcher.

Une haute source judiciaire affirme à L’OLJ que le même procédé, en l’occurrence l’étude du dossier par le parquet de Beyrouth, est adopté pour traiter le cas de Rami Charafeddine, qui avait retiré une somme de 30 000 dollars après son incursion dans une branche de la BankMed à Aley, le jour même du braquage effectué par Sali Hafez mercredi dernier.

Cette même source ajoute que les dossiers de Mohammad Korkomaz et son fils, qui avaient été arrêtés après avoir pu retirer 19.200 $ de la Banque Byblos à Ghazieh (Liban-Sud) vendredi dernier, ne relèvent pas du parquet de Beyrouth mais du Liban-Sud.

Quant au lieutenant Karim Serhal, qui avait braqué une branche de la Bank Med à Chhim (Chouf), vendredi dernier également, après avoir obtenu 25.000 dollars sur les 200.000 de son épargne, il a été arrêté par l’armée et est actuellement interrogé par le Tribunal militaire.

Enfin, Mohammad Moussaoui, qui a obtenu 20.000 dollars de son compte après avoir braqué la Banque libano-française (BLF) à Kafa’at (banlieue sud), vendredi dernier également, il n’a pas été arrêté. En réponse à une remarque sur le fait qu’un braquage qui se déroule dans la banlieue sud, fief du Hezbollah, n’entraîne pas de poursuites contre son auteur, une source des FSI affirme à l’Orient-Le jour que M. Moussaoui fait l’objet d’un mandat de recherche. Interrogé par L’OLJ, Achraf Moussaoui, avocat du braqueur, affirme qu’aucun service sécuritaire n’a convoqué son client. Il affirme que ce dernier comparaîtrait en cas de convocation. L’avocat se demande toutefois "comment Mohammad Moussaoui pourrait se présenter devant la justice, alors que le corps de la magistrature est en grève", appréhendant dans ce contexte "une arrestation qui risque de se prolonger".

Pour sa part, Sali Hafez reste en cavale. Elle avait affirmé il y a quelques jours dans un entretien télévisé qu’elle serait prête à se rendre si les deux hommes qui l’avaient aidée dans son braquage étaient remis en liberté.


Atmosphère tendue lundi matin devant le palais de justice de Beyrouth, où des manifestants se sont regroupés pour protester contre l'arrestation de Abdel Rahman Zakaria et Mohammad Rustom, deux militants qui étaient venus en aide à la déposante Sali Hafez lorsqu’elle avait braqué une branche de la Blom Bank du quartier de Sodeco à Beyrouth  afin de récupérer ses propres fonds. ...

commentaires (4)

BRAQUER DES VOLEURS QUI VOUS ONT DEVALISE DE TOUTES VOS ECONOMIES EST-CE UN CRIME ? PAS DUN TOUT !

LA LIBRE EXPRESSION.

19 h 23, le 19 septembre 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • BRAQUER DES VOLEURS QUI VOUS ONT DEVALISE DE TOUTES VOS ECONOMIES EST-CE UN CRIME ? PAS DUN TOUT !

    LA LIBRE EXPRESSION.

    19 h 23, le 19 septembre 2022

  • J'aimerais tant voir les crapules bancaires manifester devant le palais de justice a l'occasion de la lourde condamnation de l'un d'eux pour escroquerie en bande organisee, faillite frauduleuse, vol caracterise des depots des epargnants, non-assistance a personnes en danger etc.... Malheureusement, la justice dans ce pays est a sens unique. Honte sur les juges venaux et les responsables securitaires corrompus jusqu'a la moelle.

    Michel Trad

    16 h 20, le 19 septembre 2022

  • Ces gens ont perdu la boussole. Qu'ils aillent donc se plaindre auprès des députés qu'ils ont élus, au lieu de réclamer la libération de criminels...

    Mago1

    14 h 54, le 19 septembre 2022

  • Ils manifestent devant qui? Les juges ne sont plus en grève?

    Gros Gnon

    12 h 28, le 19 septembre 2022

Retour en haut