Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

Pour une mise en commun

Accumuler du savoir, approfondir la compréhension peuvent être obtenus en utilisant de multiples parcours. L’émotion, la sensibilité jouent un rôle aussi important dans ce cheminement que la mémoire ou le raisonnement. Notre recherche d’une meilleure lucidité, sur le monde qui nous entoure et sur nous-mêmes, nous pousse à nous poser sans fin des questions et à adhérer à certaines des réponses que nous proposent d’autres humains ou notre propre imaginaire. Peu à peu, nous ajoutons quelques touches à cette œuvre jamais achevée qu’est la connaissance, cette image intérieure de la réalité.

Ce travail d’artisan nécessite quelques techniques et la fonction de l’école est de nous les enseigner. Toutes les disciplines scientifiques, littéraires, artistiques, mises au point au cours des millénaires qui nous ont précédé, contribuent à l’efficacité de cet atelier. L’important est de ne pas laisser cette activité trop se ralentir, car les tours de main sont vite perdus lorsqu’ils ne sont pas quotidiennement mis à l’épreuve.

Hélas, notre société nous incite peu à poursuivre ces efforts. Nous sommes pris dans un réseau d’obligations qui ne nous permet guère d’évoluer. Notre objectif devrait être alors d’apporter un regard différent de celui des innombrables sources d’information qui nous assaillent et qui, souvent, troublent notre vision du réel plus qu’elles ne le décrivent.

Peu importe les querelles des chiffres, encore moins les prévisions des mages, des voyants, des astrologues, ou bien les extravagances du superficiel... Seule compte la faculté des hommes à sculpter l’avenir. Pas l’avenir du cosmos, mais l’avenir de notre humanité, qui est entre nos mains, comme la glaise entre les mains de l’artiste. S’en préoccuper, c’est réfléchir à cette activité spécifiquement humaine qu’est l’éducation.

Lorsque le monde d’aujourd’hui ressemble à celui d’hier, que demain sera semblable, l’éducation peut se contenter de maintenir la société dans l’état qu’elle a atteint ou d’accompagner de lentes transformations. Mais lorsque les circonstances changent en profondeur, l’éducation se doit de préparer une société nouvelle. Il ne lui suffit plus d’accompagner, elle doit innover. Il nous faut rebâtir dans un nouveau paysage éducatif notre demeure humaine.

Ainsi, dans la construction de chacun de nous, la participation de l’autre est décisive, que le réalisme même voudrait que ce « je » soit prononcé « nous ». Et c’est alors que des instants de partage se dresseront à l’horizon, c’est-à-dire nous saurions exercer la discipline de la communication, de savoir mettre en commun... Nous comprendrons, peu à peu, que la réalité de chaque être humain se situe moins à l’intérieur de lui que dans les échanges qu’il peut provoquer.

Expérimentons les difficultés d’une véritable mise en commun. Car, malgré tout, elle doit être tentée, car une idée ne vit que lorsqu’elle est confrontée à l’idée d’un autre. Il est finalement impossible d’échapper à l’aboutissement de toute réflexion, quel que soit le point de départ : dans une vie humaine, les rencontres sont l’essentiel ! Rêvons d’un atelier humain de communication relationnelle pour ne pas se trouver dans un désert d’incompréhension.Rappelons-nous bien : même si un jour nous saurons tout de notre prison terrestre, elle compte un objet dont nous n’achèverons jamais la connaissance : nous !

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique Courrier n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, L’Orient-Le Jour offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires ni injurieux ni racistes.


Accumuler du savoir, approfondir la compréhension peuvent être obtenus en utilisant de multiples parcours. L’émotion, la sensibilité jouent un rôle aussi important dans ce cheminement que la mémoire ou le raisonnement. Notre recherche d’une meilleure lucidité, sur le monde qui nous entoure et sur nous-mêmes, nous pousse à nous poser sans fin des questions et à adhérer à certaines...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut