Rechercher
Rechercher

Nos Lecteurs ont la Parole

À l’école libanaise


Ce texte écrit en 2012 reste immuable comme le Liban. Le temps, les circonstances, les personnes changent… le salut du Liban reste le même tôt ou tard, aujourd’hui comme hier. Quelques légères adaptations ont été faites pour actualiser le texte.

Cette école que les siècles ont dû forger à force de sueur et de sang a-t-elle acquis à travers le temps la notoriété et l’immunité que les rudes épreuves n’arriveront plus à déstabiliser ?

Qu’y a-t-il à attendre d’un peuple de commerçants, ils vendraient père et mère pour une poignée d’argent, lançait Alexandre le Grand aux portes de Tyr qu’il encerclait il y a deux millénaires et demi… Berytus et Sidon venaient de faire défection et au lieu de secourir le frère phénicien de Tyr, ils s’allièrent au légendaire conquérant macédonien, obligeant leurs compatriotes à s’immoler avec leur ville par le feu pour échapper à la honte de la capitulation.

Si les peuples fiers sont difficiles, les peuples intelligents sont souvent individualistes pour ne pas dire isolationnistes… Un vieux adage montagnard dit que si les Libanais à travers leur longue histoire avaient investi le quart de leur génie dans leur unité face à l’étranger quel qu’il soit, ils auraient bâti un pays aussi fort protégé et respecté que peuvent l’être les grandes nations souveraines de ce monde.

Le temps n’est-il pas venu de regarder vers l’intérieur des frontières en cherchant à pactiser avec le proche voisin, celui du quartier, même de l’immeuble, dans un pays si intriqué, au lieu d’aller chercher les renforts à de milliers de kilomètres, là où s’effectue le cercle immédiat des intérêts de la vie… Ce temps si souvent ajourné ne fut-il pas autant d’occasions ratées et perdues ? Pour un peuple qui parle le même dialecte et écrit la même langue, mange et s’émeut de la même façon, il est curieux qu’il ait toujours cherché à privilégier les querelles du ciel sur celles de la terre, car jugées peut-être plus terre à terre !

N’est-il pas temps d’en finir avec ces attitudes ô combien coûteuses ?

Le soutien que les chrétiens ont toujours cherché depuis le Christ ailleurs que chez leurs voisins leur a-t-il été toujours bénéfique ? L’hinterland sunnite arabe a-t-il si souvent secouru le sunnisme libanais sans le lier, le soumettre ou l’inféoder ? Quant au sunnisme non arabe turc asiatique ou africain n’a-t-il pas été catastrophique au propre comme au figuré ? Faut-il rappeler que les Ottomans ont cherché il y a à peine un siècle à obliger les Libanais pourtant bien arabophones à abandonner leur langue (celle du Coran) pour adopter le turc comme langue officielle ? Et ironie de l’histoire, ce sont bien les infidèles « gens du livre » surtout maronites qui protégèrent cette langue à travers leurs imprimeries clandestines dans cette majestueuse vallée imprenable de Qadicha, puis assurèrent renouveau et renaissance avec Rihani, Gebran ou Saïd Akl ?

Le chiisme irakien de Najaf ou iranien de Qom a-t-il toujours soutenu le combat du chiisme libanais pour plus de respect, de justice et de reconnaissance ? Le proche intérêt du paysan chiite de la Békaa et du Jabal Amel n’est-il pas pour toujours plutôt du côté du Akkar, de la Békaa du centre et de l’ouest ou du Mont-Liban-Sud et du Chouf ? Le chiite iranien n’est-il pas en fin de compte qu’un Perse, héritier d’une grande civilisation multimillénaire et qui a toujours méprisé les Arabes au propre comme au figuré.

Qu’auront à dire demain les chiites libanais et avec quels arguments vont-ils convaincre, si l’Iran viendrait à négocier et traiter avec Israël via des Hockstein que le gaz providentiel rendrait incontournable ? L’Iran négocie pour son nucléaire déjà avec le grand Satan d’antan, cet Oncle Sam accusé depuis Khomeyni de tous les malheurs du genre humain…

Les petites nations par la surface de leur territoire, le nombre de leurs habitants et leur peu de moyens n’ont jamais été bien servies par le jeu des grandes… Tchéquie, Pologne, Belgique, Pays baltes en sont des exemples en Europe lors des conflits entre les nations majeures que sont la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Seule cette intelligente et neutre Suisse à laquelle on nous compare toujours tire depuis huit siècles (déjà) ses marrons du feu.

Libanais, n’est-il pas venu enfin le temps ou l’expérience des malheurs à répétition, finira par forger ce sentiment sacré d’une nation unique pour tous, et qui à l’occasion de la fête de l’Armée aura pour seule éternelle école celle de la grande armée de Fakhreddine, son épopée et son abnégation.

Les textes publiés dans le cadre de la rubrique Courrier n’engagent que leurs auteurs. Dans cet espace, L’Orient-Le Jour offre à ses lecteurs l’opportunité d’exprimer leurs idées, leurs commentaires et leurs réflexions sur divers sujets, à condition que les propos ne soient ni diffamatoires ni injurieux ni racistes.


Ce texte écrit en 2012 reste immuable comme le Liban. Le temps, les circonstances, les personnes changent… le salut du Liban reste le même tôt ou tard, aujourd’hui comme hier. Quelques légères adaptations ont été faites pour actualiser le texte.Cette école que les siècles ont dû forger à force de sueur et de sang a-t-elle acquis à travers le temps la notoriété et l’immunité...

commentaires (2)

Instruction civique complète! Tout est enseigné de façon à la rendre assimilable par les élèves du primaire jusqu'aux adultes "non éduqués" par cette discipline! L'effort devrait être fait par le Ministère de l'Education Nationale ! Rêver n'est pas encore interdit! Bravo et merci Dr.

Zaarour Beatriz

00 h 06, le 18 août 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • Instruction civique complète! Tout est enseigné de façon à la rendre assimilable par les élèves du primaire jusqu'aux adultes "non éduqués" par cette discipline! L'effort devrait être fait par le Ministère de l'Education Nationale ! Rêver n'est pas encore interdit! Bravo et merci Dr.

    Zaarour Beatriz

    00 h 06, le 18 août 2022

  • Être Suisse, oui, mais cen'est pas facile de l'être , il faut venir voir comment dans ce pays , le réglement , la loi, le respect , le sens civique est incrusté dans la mentalité ...il nous faudrait des siècles d'entainement intensif pour arriver à leur cheville : Aucun pneu dans les parking ne dépasse la ligne blanche, aucune hâte n'est permise lorsque le chauffeur voit de près ou de loin un citoyen qui s'aprête à traverser la rue, aucun invité ne parle à haute voix pour ne pas déranger les voisins même quand ils sont vieux et sourds , etc etc Je vois mal le libanais moyen s'adonner à ces infinies pratiques sans perdre ses nerfs de méditerrannéen !

    Chucri Abboud

    13 h 55, le 17 août 2022

Retour en haut