Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Libye

Début du procès des jihadistes présumés de l'EI à Syrte


Début du procès des jihadistes présumés de l'EI à Syrte

Des proches de combattants décédés dans des affrontements avec l'EI en Libye assis devant des jihadistes présumés de cette organisation assis dans le box des accusés, dans le tribunal de Misrata, en Libye, le 8 août 2022. Photo REUTERS/Ayman al-Sahili

Le procès en Libye d'une cinquantaine de jihadistes présumés de l'organisation Etat islamique (EI), qui avait fait de la ville de Syrte son bastion en 2015-2016, s'est ouvert lundi à Misrata, avant d'être ajourné au 25 septembre.

Selon des sources judiciaires, 56 jihadistes présumés, sur un total de 320 qui seront jugés, ont comparu pour la première fois dans un tribunal de Misrata, ville située dans l'ouest du pays à quelque 200 kilomètres de la capitale Tripoli. Placés dans le box des accusés, vêtus d'uniformes bleus, ils sont apparus dans une salle bondée, où étaient présents des dizaines de proches des forces loyales à l'ancien Gouvernement d'union nationale (GNU), ayant perdu la vie en combattant l'EI à Syrte (nord). De nationalités syrienne, tunisienne, soudanaise ou libyenne, les accusés avaient été arrêtés et placés en détention en décembre 2016, après la reprise de Syrte, ville côtière située à 450 km à l'est de Tripoli, des mains de l'EI.

L'audience a été ajournée au 25 septembre.

"Deux chefs d'accusation pèsent" sur eux, a déclaré à l'AFP à l'issue de l'audience l'avocat Lotfi Mohaychem, qui représente des familles de combattants anti-EI. "Le premier est l'appartenance à une organisation terroriste (...), le deuxième est le meurtre, en l'occurrence de combattants de l'opération al-Bunyan al-Marsous", nom de l'opération menée par les forces régulières contre l'EI, selon l'avocat.

L'EI s'était emparé de Syrte en juin 2015 en profitant de l'absence de l'Etat en Libye, plongée dans le chaos depuis la chute du dictateur Mouammar Kadhafi en 2011 après une révolte populaire. Les jihadistes de l'organisation radicale avaient défendu la ville avec acharnement pendant des mois, en utilisant des tactiques de guérilla urbaine, boucliers humains et des mines antipersonnel. Dans leur contre-offensive, les forces locales avaient bénéficié du soutien de l'armée américaine qui avait mobilisé drones, navires de combat et avions de chasse jusqu'à la reprise de la ville. 


Le procès en Libye d'une cinquantaine de jihadistes présumés de l'organisation Etat islamique (EI), qui avait fait de la ville de Syrte son bastion en 2015-2016, s'est ouvert lundi à Misrata, avant d'être ajourné au 25 septembre.
Selon des sources judiciaires, 56 jihadistes présumés, sur un total de 320 qui seront jugés, ont comparu pour la première fois dans un tribunal de Misrata,...