Rechercher
Rechercher

Politique - Frontière maritime

Raï critique l'envoi de drones vers Karish, le Hezbollah salue une "preuve de la force du Liban"

Le mufti jaafarite Ahmad Kabalan appelle à la formation d'un gouvernement "qui n'accepte pas les provocations de Washington, de l'Occident et de certains Arabes".

Le patriarche maronite, Béchara Raï. Photo d'archives AFP

En ce week-end de la fête musulmane de l'Adha, les questions de la formation d'un gouvernement au Liban et des négociations avec Israël sur la frontière maritime entre les deux pays se sont invitées dans les différents discours et prêches du dimanche. C'est ainsi qu'un responsable du Hezbollah a défendu l'envoi par le parti pro-iranien de drones en direction du champ gazier de Karish, au large de l'Etat hébreu, tandis que cette manœuvre a été critiquée par le chef de l'Eglise maronite, Béchara Raï, qui a estimé que "l'Etat ne peut négocier pendant que d'autres abordent ces négociations par la voie militaire".

"Les drones envoyés par le Hezbollah prouvent que le Liban est fort et non faible, et qu'il peut protéger ses ressources", a lancé le cheikh Nabil Kaouk, membre du conseil central de ce parti, dans un discours prononcé lors d'une cérémonie au Liban-Sud. À cette occasion, il a critiqué certaines formations, qu'il n'a pas nommées, pour avoir adopté des positions, sur certains dossiers, "qui visent à satisfaire les ambassades", une accusation généralement lancée à l'intention des Forces libanaises, du leader maronite Samir Geagea. Il a indiqué, par ailleurs, que la "priorité" du parti chiite est la formation d'un gouvernement "au service des gens et qui apaise les souffrances", tandis que "pour d'autres, la priorité est de continuer les règlements de comptes politiques". 

Eclairage

Après les drones du Hezbollah, l’escalade ou le compromis ?

L'appel à une formation rapide d'un cabinet a également été lancé par le mufti jaafarite, Ahmad Kabalan, qui a prôné dans son prêche de l'Adha à Bourj el-Barajneh la mise sur pied d'une équipe "qui donne la priorité à la vie quotidienne" des Libanais, dont 80 % se trouvent sous le seuil de pauvreté dans un contexte de crise économique sans précédent. "Malheureusement, l'Adha arrive dans le pire effondrement jamais connu, la joie de la fête est absente, la population est lésée", a déclaré M. Kabalan dans son prêche. "Est-ce que la catastrophe actuelle qui menace l'existence du Liban ne devrait pas les pousser (les forces politiques) à former un gouvernement courageux, qui n'accepte pas les provocations de Washington, de l'Occident et de certains Arabes ?", a demandé le dignitaire chiite, idéologiquement proche du Hezbollah.

Le patriarche prend le contrepied du Hezbollah
De son côtéle patriarche maronite a évoqué la formation du cabinet, qui piétine suite à un imbroglio autour de la première mouture présentée par le Premier ministre désigné Nagib Mikati au président Michel Aoun le 29 juin dernier, en déplorant les "circonvolutions perpétuelles" de cette procédure. Il a jugé que "le fait de laisser le pays sans gouvernement à l'approche de la fin du mandat de Michel Aoun représente un affaiblissement de la légalité libanaise comme base pour les négociations avec la communauté internationale", alors que ce mandat prend fin en octobre prochain.

Idées

Le dossier de la frontière maritime avec Israël, une nouvelle carte dans le jeu iranien ?

En ce qui concerne les négociations sur la frontière maritime et l'envoi de drones par le Hezbollah, le prélat a, sans surprise, pris le contrepied des positions du parti chiite. "Le Liban peut extraire ses ressources pétrolières et gazières promises sans aucune diminution de ses droits. Le succès des négociations (sur la frontière, préliminaires à toute exploitation, ndlr) dépend principalement de l'unité de la position du Liban, sous le signe de la légalité", a-t-il dit dans son homélie dominicale.

"L'Etat ne peut pas négocier pendant que d'autres abordent ces négociations par la voie militaire", a-t-il affirmé, estimant que "personne ne peut prédire si la région se trouve à la veille de développements militaires ou pacifiques". Le patriarche maronite a souhaité la "neutralité" sur ce dossier, un concept qu'il invoque dans tous ses prêches, appelant à éloigner les négociations du "jeu politique, des échéances locales et des conflits".

Concernant toujours les négociations sur la frontière maritime avec Israël, L’Orient-Le Jour a appris que le médiateur américain chargé du dossier, Amos Hochstein, accompagnera le président américain Joe Biden lors de sa prochaine tournée au Moyen-Orient et se réunira de nouveau avec les responsables israéliens pour évoquer le sujet. Il devrait, ensuite, se rendre au Liban pour communiquer aux autorités la réponse finale israélienne.

En ce week-end de la fête musulmane de l'Adha, les questions de la formation d'un gouvernement au Liban et des négociations avec Israël sur la frontière maritime entre les deux pays se sont invitées dans les différents discours et prêches du dimanche. C'est ainsi qu'un responsable du Hezbollah a défendu l'envoi par le parti pro-iranien de drones en direction du champ gazier de Karish, au...

commentaires (12)

Envoyez des drones là où l’Iran vous ordonne de le faire mais sachez qu’une grande majorité de libanais désapprouvent totalement vos comportements hormis vos esclaves du CPL. Et si par malheur Israël venait à commettre des actes de représailles à votre encontre, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer car nous ne serons plus solidaires de vous cette fois-ci. Bien au contraire nous désavouerons internationalement vos agissements irréfléchis. D’ailleurs nous mettons au défi votre maitre sublime caché à 40 mètres sous terre de sortir et vivre à l’air libre puisqu’il considère qu’il est aussi fort, Israël aurait la trouille de lui envoyer un missile de crainte de vos représailles avec vos 100.000 combattants et vos 200.000 missiles

Lecteur excédé par la censure

19 h 46, le 10 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (12)

  • Envoyez des drones là où l’Iran vous ordonne de le faire mais sachez qu’une grande majorité de libanais désapprouvent totalement vos comportements hormis vos esclaves du CPL. Et si par malheur Israël venait à commettre des actes de représailles à votre encontre, vous n’aurez que vos yeux pour pleurer car nous ne serons plus solidaires de vous cette fois-ci. Bien au contraire nous désavouerons internationalement vos agissements irréfléchis. D’ailleurs nous mettons au défi votre maitre sublime caché à 40 mètres sous terre de sortir et vivre à l’air libre puisqu’il considère qu’il est aussi fort, Israël aurait la trouille de lui envoyer un missile de crainte de vos représailles avec vos 100.000 combattants et vos 200.000 missiles

    Lecteur excédé par la censure

    19 h 46, le 10 juillet 2022

  • Cette obsession diabolique que le hezbollah manie de distiller à foison la persécution, des chefs hezbollahis , tournerait presqu'au ridicule.. à vouloir sans cesse débiter cette suite monotone et répétitive de paroles .. c'est la faute à de Washington, de l'Occident et de certains Arabes si tous les malheurs nous tombent dessus ... dire que certains dirigeants occidentaux ignorent jusqu'à l'existence du Liban ( dans sa configuration actuelle) et ont bien d'autres chats à fouetter , pendant ce temps "nos" gardiens de la révolution lancent trois drones qui se font tirer dessus lamentablement et ils déclarent que le "message" a bien été envoyé !!

    C…

    19 h 23, le 10 juillet 2022

  • En tant que première personne d’un si beau pays, un bon et intelligent président doit faciliter la tâche de son premier ministre pour la formation d’un gouvernement, en mettant de côté ses propres intérêts et en forçant les autres politiciens à se comporter comme lui. En un mot, il doit donner le bon exemple aux autres et se comporter comme le père de toute la nation sans exception.

    Georges Bitar

    18 h 36, le 10 juillet 2022

  • DRONES VERS KARISH = L,IRAN. - DITES LES CHOSES PAR LEUR NOM PATRIARCHE RAI.

    MON CLAIR MOT A GEAGEA CENSURE

    18 h 22, le 10 juillet 2022

  • Hypocrites, vendus et fiers de l’être. Comment en est on arrivé à ce stade de décadence ou des gens de cette trempe osent parler de l’intérêt du pays et du peuple alors qu’ils ne cessent de les poignarder aussi bien dans le dos que dans le cœur.

    Sissi zayyat

    18 h 02, le 10 juillet 2022

  • Nous préférons mille fois satisfaire les pays qui nous aident à ceux qui nous ruinent et nous assassinent. That’s it. Il n’y a que les vendus qui trouvent l’envoie des drones comme étant un acte positif ou fort. Tous les libanais patriotes trouvent ça lâche et qualifient cet acte comme étant un acte de trahison de son pays pour saboter les négociations et satisfaire les intérêts d’un pays étranger qui n’est autre que l’Iran. Assez la ramener, le pays n’en peut plus de vos manœuvres outrancières.

    Sissi zayyat

    17 h 57, le 10 juillet 2022

  • Messieurs Kabalan et Kaouk, nous ne voulons pas d’un gouvernement dirigé par la volonté de vos armes et encore moins d’un gouvernement dont les ministres chrétiens sont vos pantins du CPL. Qu’il n’y ait pas de gouvernement et que le pays explose une fois pour toutes. On verra qui de nous deux est capable de reconstruire un pays démocratique et respectueux des libertés individuelles.

    Lecteur excédé par la censure

    17 h 41, le 10 juillet 2022

  • Les drones visent à satfaire l’ambassade d’Iran , oui ! Personne n’a mandaté le Hez , si ce n’est l’Iran , pour envoyer de messages à qui que ce soit !

    LeRougeEtLeNoir

    16 h 43, le 10 juillet 2022

  • C’est une guerre sans merci que iraniens livrent sur notre sol par le biais de leurs traîtres esclaves , sans noms ! Nous avons besoin d’un président patriote pour neutraliser ces enturbannés sans foi ni loi.

    Wow

    16 h 25, le 10 juillet 2022

  • "Les drones envoyés par le Hezbollah prouvent que le Liban est fort"? Au contraire, ils prouvent que le Liban est faible puisqu'une milice illégale peut impunément intervenir dans le but de saper les négociations.

    Yves Prevost

    15 h 42, le 10 juillet 2022

  • C'est que nous avons aussi l'édition dominicale de notre Théâtre National, animée, celle-là, par des guignols enturbannés de blanc ou de noir, ainsi que leurs collègues couverts de leurs mitres et atours somptueux. Malheureusement, nous constatons que ces représentations dominicales ne remplissent pas nos estomacs, ni éclairent nos nuits...et nous font douter si leurs divers "dieux" existent aussi pour nous, le petit peuple tout simple...???- Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 36, le 10 juillet 2022

  • Aoun est seul responsable de la perpétuer la crise existentielle qui frappe le pays. Au lieu de faciliter la tâche du premier ministre désigné pour former son gouvernement, il se pose comme toujours en obstacle comme il l'a toujours fait durant ces 6 années. Aucune solution à espérer avant sa retraite à Rabieh.

    Esber

    15 h 35, le 10 juillet 2022

Retour en haut