Rechercher
Rechercher

Économie - Infrastructures

Pénurie d’eau dans la capitale : encore 2 semaines de réparations


Pénurie d’eau dans la capitale : encore 2 semaines de réparations

Un camion-citerne transportant de l’eau à Beyrouth. Photo d’illustration Saïd Meallaoui.

L’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban a annoncé samedi dans un communiqué relayé par l’Agence nationale d’information qu’il faudrait « environ deux semaines » pour réparer complètement le réseau beyrouthin défectueux en en « remplaçant de grandes parties ». En effet, suite à une « erreur technique » dans une conduite alimentant la capitale libanaise, l’approvisionnement en eau a été interrompu « au milieu de la semaine dernière ». Une pénurie supplémentaire dans un Liban en crise multidimensionnelle depuis bientôt trois ans et alors que les températures estivales sont au rendez-vous en ce début de grandes vacances.

Dans son communiqué, l’Office a toutefois déclaré qu’il sera « en mesure de livrer prochainement de l’eau au réservoir principal de Bourj Abi Haïdar et de rétablir ainsi progressivement la distribution dans les régions de Hadath, Mousseitbé, Zokak el-Blatt, Hamra, Aïn Mreissé, Bachoura et Basta », toutes situées en périphérie ou au sein de la capitale. Interrogée par L’Orient Today, une habitante de Hamra a déclaré avoir été obligée d’acheter de l’eau à une entreprise privée pour compenser la panne d’approvisionnement. Pour ce faire, elle a dû payer « 1,7 million de livres libanaises pour 1 000 litres » auprès d’un fournisseur privé. Un coût qu’elle a estimé revu à la hausse par l’entreprise « car ils savent qu’il y a une pénurie », soulignant avoir l’habitude de payer « 250 000 livres » pour la même quantité. Samedi également, précédant ce communiqué de l’Office, une vidéo est apparue montrant les députés issus de la contestation de Beyrouth, Waddah Sadek et Ibrahim Mneimné, en train de se disputer avec le ministre sortant de l’Énergie et de l’Eau Walid Fayad au sujet des retards dans la réparation d’un tuyau-clé du réseau d’eau de Beyrouth, qui ne fonctionne plus depuis deux semaines. Ces députés, ainsi que leur confrère Melhem Khalaf, ont alors posté une vidéo depuis le site où se trouve le tuyau endommagé, dans la zone de Jdeidé, en périphérie de Beyrouth, déclarant qu’il s’agit du seul tuyau qui fournit de l’eau et sur lequel aucune maintenance n’a été entreprise en douze ans. « Nous sommes ici depuis cinq heures, le ministre (de l’Énergie) est venu pendant une demi-heure. Le directeur général de l’Office des eaux ne s’est même pas déplacé. Aucune équipe d’urgence n’est venue sur place non plus. Ce tuyau de six mètres représente la réalité des institutions de l’État. Les gens sont sans eau depuis 25 jours », ont-ils ainsi accusé dans cette vidéo.

Déjà courantes depuis des années, en particulier pendant l’été, les pénuries se sont considérablement aggravées avec la crise économique et financière que traverse le pays, et notamment la dépréciation de la livre libanaise et la situation dramatique dans laquelle se trouve le secteur électrique. En effet, faute de capacités financières suffisantes pour assurer entre autres le fonctionnement régulier des groupes électrogènes censés alimenter les stations de pompage pendant les coupures d’électricité, les quatre offices des eaux autonomes du pays peinent à assurer leur mission. Dans un rapport, datant de juillet 2021, l’Unicef tirait la sonnette d’alarme en annonçant que 71 % de la population libanaise pourrait souffrir d’un manque d’accès à l’eau, alors que le pays est plutôt bien pourvu en ressources hydriques.


L’Office des eaux de Beyrouth et du Mont-Liban a annoncé samedi dans un communiqué relayé par l’Agence nationale d’information qu’il faudrait « environ deux semaines » pour réparer complètement le réseau beyrouthin défectueux en en « remplaçant de grandes parties ». En effet, suite à une « erreur technique » dans une conduite alimentant la...

commentaires (1)

Chaque année depuis 13 ans à la même période; le même scénario! Il faut bien amortir le prix du camion et sa mule endormi 10 mois de l’année, et surtout les patrons des citernes et puits d’eau ! 150’000 fonctionnaires, avec chacun en moyenne 5 membres, et 25 indirects et je suis conservateur dans mes calculs! Plus de 70% de la population! Il faut arrêter de dire uniquement; politique; banques, voisins frontaliers (…) Et commencer à dire; arrêtons nous le peuple de voler et surtout d’abuser !!! Cette terre appartient à nos ancêtres et prochain et jamais au contemporain, ce dernier est de passage! Nature sauve nous de tous ces parasites!

Samir Tabet

18 h 28, le 05 juillet 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Chaque année depuis 13 ans à la même période; le même scénario! Il faut bien amortir le prix du camion et sa mule endormi 10 mois de l’année, et surtout les patrons des citernes et puits d’eau ! 150’000 fonctionnaires, avec chacun en moyenne 5 membres, et 25 indirects et je suis conservateur dans mes calculs! Plus de 70% de la population! Il faut arrêter de dire uniquement; politique; banques, voisins frontaliers (…) Et commencer à dire; arrêtons nous le peuple de voler et surtout d’abuser !!! Cette terre appartient à nos ancêtres et prochain et jamais au contemporain, ce dernier est de passage! Nature sauve nous de tous ces parasites!

    Samir Tabet

    18 h 28, le 05 juillet 2022

Retour en haut