Rechercher
Rechercher

Sport - Natation / Mondiaux

Popovici nouveau roi de la course reine

Un drame évité de justesse à Budapest : une nageuse américaine s’évanouit et est sauvée de la noyade par sa coach.

Popovici nouveau roi de la course reine

L’adolescent roumain David Popovici (17 ans, au centre) s’est imposé comme le nouveau phénomène de la natation en décrochant l’or sur le 100 m nage libre, la course reine de la discipline, aux championnats du monde à Budapest, deux jours après son sacre sur 200 m nage libre. François-Xavier Marit/AFP

À seulement 17 ans, David Popovici s’est installé sur le trône de la course reine de la natation, le 100 m nage libre, aux Mondiaux de Budapest (Hongrie), décrochant son second titre de la semaine. En l’absence du double champion du monde en titre américain Caeleb Dressel, forfait pour le reste de la compétition pour raisons médicales, l’adolescent roumain de Bucarest s’est imposé comme le nouveau phénomène de la natation, deux jours après son sacre sur 200 m nage libre.

Le Roumain s’est imposé sur le 100 m nage libre devant le Français Maxime Grousset (23 ans) et le Canadien Joshua Liendo (19 ans) grâce à un sursaut dans les derniers mètres. « Je suis un peu plus fier de ma victoire sur 200 m, mais c’était bien aussi », a-t-il déclaré. « Maintenant, je peux me reposer un peu. Je me sens bien, je suis content d’avoir obtenu deux médailles d’or, je pense que ce sera assez lourd de les porter », a-t-il ajouté. « Je suis heureux qu’on ait écrit une petite page de l’histoire de la natation, a encore affirmé Popovici. Certains diraient une page énorme, mais nous on aime rester discrets. » Interrogé sur l’absence de Dressel, il lui a souhaité de « revenir plus fort ». L’Américain aurait-il eu peur de l’affronter en duel ? « Je ne pense pas, a-t-il répondu. C’est un trop grand garçon pour fuir quelqu’un comme moi ou franchement n’importe qui, mais j’espère qu’il va bien. »

La soirée avait donc commencé par un coup de tonnerre lorsque l’équipe américaine a annoncé que Dressel, septuple champion olympique, était contraint de déclarer forfait pour le reste de la compétition. Team USA a évoqué des « raisons médicales » sans plus de précision. La superstar des bassins s’était retirée des demi-finales du 100 m nage libre la veille, après avoir réalisé le deuxième meilleur chrono. « Pour sa santé sur le long terme, c’est la bonne décision à prendre aujourd’hui », a déclaré hier Lindsay Mintenko, directrice générale de la Fédération américaine de natation (USA Swimming), qui n’a pas donné plus de précisions pour raisons juridiques. « En fin de compte, c’est la décision de Caeleb », a-t-elle ajouté. Le nageur était déjà en train de quitter Budapest au moment où Mintenko s’exprimait. Elle a dit espérer « qu’il pourra se rétablir et se remettre sur pied rapidement ». Âgé de 25 ans, Dressel a remporté deux titres à Budapest, sur 50 m papillon dimanche dernier et avec ses coéquipiers du relais 4 x 100 m nage libre samedi. Dans la capitale hongroise, il était également engagé sur le 50 m nage libre et le 100 m papillon ainsi que plusieurs relais.

Autre forfait pour la suite de ces championnats du monde, celui de la nageuse australienne médaillée d’or Shayna Jack, qui a annoncé hier devoir renoncer après s’être blessé la main lors d’un malencontreux accident à l’entraînement. L’athlète âgée de 23 ans, qui visait une nouvelle médaille au 100 m nage libre à Budapest après avoir mené le relais australien du 4 x 100 m nage libre sur la première marche du podium, a publié sur Instagram une photo d’elle avec le bras gauche dans un plâtre. Shayna Jack a également remporté cette semaine l’argent dans le relais 4 x 100 m quatre nages mixte.

Le règne des adolescents

Une autre adolescente, encore plus jeune, s’est également illustrée dans la Duna Arena de la capitale hongroise. La Canadienne Summer McIntosh, qui aura 16 ans en août, a décroché l’or du 200 m papillon, après l’argent du 400 m nage libre lors de la première journée de compétition. « C’est l’un de mes plus grands rêves dans le monde de la natation d’être championne du monde et surtout de le faire sur 200 m papillon (...). C’est l’une de mes épreuves préférées », a-t-elle déclaré. McIntosh a devancé l’Américaine Hali Flickinger, la Chinoise Zhang Yufei, championne olympique à Tokyo, terminant troisième. « J’ai juste littéralement tout donné et fait tout ce que je pouvais, et mis toute mon énergie et toute ma concentration, et j’ai juste tendu la main vers le mur et mis ma main aussi vite que possible », a expliqué McIntosh.

Dans les autres finales individuelles, le Français Léon Marchand a réalisé le doublé en quatre nages en décrochant le titre du 200 m après celui du 400 m samedi dernier (premier jour des Mondiaux). « Depuis samedi, je me réveille, je suis au paradis. Je suis trop content d’être là », a-t-il raconté dans un immense sourire. Marchand a pris la tête sur la brasse et l’a conservée dans la dernière longueur pour terminer en 1 min 55 sec 22/100es, devançant l’Américain Carson Foster et le Japonais Daiya Seto. Le Français s’impose dans la course qui avait vu son père Xavier décrocher la médaille d’argent aux Mondiaux de 1998 à Perth, en Australie. « Il est vice-champion du monde en 1998 ; moi, je suis champion du monde en 2022 », a fait remarquer Léon. « C’est plutôt cool », a-t-il déclaré.

De son côté, Kylie Masse a apporté au Canada une seconde médaille d’or en s’imposant sur le 50 m dos. La nageuse âgée de 26 ans avait remporté l’or au 100 m dos lors des deux précédentes éditions des championnats du monde et a décroché l’argent cette fois à Budapest. Enfin, dans le relais féminin du 4 x 200 m nage libre qui a clôturé la soirée, les États-Unis ont remporté l’or, l’Australie l’argent et le Canada a tenu bon pour le bronze. Dans les rangs canadiens, Summer McIntosh a décroché sa seconde médaille de la soirée.

D’autre part, un drame a failli endeuiller les Mondiaux : la coach de l’équipe américaine de nage artistique et synchronisée a plongé dans le bassin pour sauver une de ses nageuses coulant après s’être évanouie. Anita Alvarez ne respirait plus après sa performance lors de la finale de natation synchronisée solo libre, et a sombré dans le fond du bassin. Andrea Fuentes s’est alors jetée à l’eau pour la secourir. « Nous avons eu très peur. J’ai dû sauter parce que les sauveteurs ne le faisaient pas », a expliqué Fuentes. Elle est descendue au fond du bassin et a remonté Alvarez vers la surface avant de recevoir de l’aide pour porter la nageuse en détresse au bord de la piscine. « J’ai eu peur car je voyais qu’elle ne respirait pas, mais maintenant, elle va bien », a rassuré Fuentes. Quadruple médaillée olympique, elle a expliqué que sa nageuse avait fait un malaise à cause de l’effort fourni pendant sa performance. Une civière a emmené Alvarez au centre médical de la piscine, laissant coéquipiers et spectateurs sous le choc. L’équipe américaine de natation a publié un communiqué se voulant rassurant sur la santé d’Alvarez. À 25 ans, Anita Alvarez participe à ses troisièmes championnats du monde. Elle avait déjà perdu connaissance à plusieurs reprises pendant les épreuves qualificatives aux Jeux olympiques l’an dernier.

Source : AFP


À seulement 17 ans, David Popovici s’est installé sur le trône de la course reine de la natation, le 100 m nage libre, aux Mondiaux de Budapest (Hongrie), décrochant son second titre de la semaine. En l’absence du double champion du monde en titre américain Caeleb Dressel, forfait pour le reste de la compétition pour raisons médicales, l’adolescent roumain de Bucarest s’est...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut