Rechercher
Rechercher

Culture - Livre

Quand Marianne Saradar Barakat recense les vices (et les vertus) de la bourgeoisie libanaise...

Quand Marianne Saradar Barakat recense les vices (et les vertus) de la bourgeoisie libanaise...

Un recueil signé Marianne Saradar Barakat disponible à la librairie Antoine. Photo DR

Elle a indéniablement le talent des titres qui vous interpellent, Marianne Saradar Barakat. Après un premier livre – forcément autobiographique – finement intitulé Le bonheur à la sueur de mon front, sorti en 2019 en France aux éditions Baudelaire, la voilà qui publie, sous le label de la librairie Antoine cette fois, Vices (et autres vertus) : la bourgeoisie libanaise dans tous ses états.

Un titre accrocheur, s’il en faut, qui promet aux curieux que nous sommes tous (à différents degrés !) un florilège de portraits piquants et de récits caustiques épinglant les petites débauches, gros ridicules et autres travers du microcosme bourgeois libanais.

Un ouvrage dont même la couverture illustrée d’un portrait de pin-up libanaise façon pop art laisse imaginer que ses pages recèlent de petites histoires dépeignant avec drôlerie et légèreté les caractères typiques de cette catégorie sociale qui cultive – sous toutes les latitudes certes, mais au Liban encore plus qu’ailleurs – le goût des apparences et un certain snobisme…

Mais voilà, si la critique sociale jaillit naturellement sous la plume claire et affûtée de Marianne Saradar Barakat, le lecteur ne devra pas vraiment s’attendre à un texte humoristique.

Dans ce second opus, la journaliste, bien connue des lectrices de Femme Magazine pour ses billets d’humeur, reste encore très imprégnée d’une écriture certes corrosive mais à visée essentiellement informative.

Entre critiques et conseils beauté…

En ex-chroniqueuse habituée à dépeindre les modes et les événements qui font l’air du temps et à décortiquer les comportements et nouvelles addictions de ses contemporains, elle revient dans cet ouvrage sur les différents travers de ses concitoyens.

Enfin, de ses concitoyennes surtout, même si elle épingle aussi un peu les hommes pour leur machisme ou leur culture du mensonge !

Lire aussi

Issa Makhlouf, humaniste éclairé

Mais ce sont les Libanaises, dont elle brosse les « vices comportementaux » aussi bien au volant que dans les bureaux de vote, avec les hommes ou avec leurs employées de maison, qu’elle passe au scalpel de son regard aiguisé…Si dans une large partie de son texte elle portraiture sans complaisance ces femmes frivoles, férues de chirurgie esthétique, de shopping et grandes chasseuses de maris fortunés, elle consacre néanmoins certains chapitres à défendre leur cause contre les violences conjugales impunies, notamment… Puis, étonnement, la voilà qui leur dispense, quelques pages plus loin, des conseils de mode et de beauté. Du coup, le lecteur se sent un peu perdu.

Au fil de la lecture, il tombera ainsi autant sur des chapitres de psychologie pratique (rapports de couple, relation à l’argent, liens mère-enfant…) que sur une sorte de catalogue comparatif des différentes pratiques de chirurgie gynécologique esthétique ou encore, sous la rubrique « Snobismes », une énumération des dernières créations technologiques entrées dans les toilettes.

Un mélange de genres et de sujets qui contribue à donner à ce livre un faux air de recueil de morceaux choisis parmi les textes que l’auteure a signés au sein du fameux mensuel féminin francophone libanais. Ses fans apprécieront.

En revanche, ceux qui espéraient une caricature enjouée et second degré des codes bourgeois typiquement de chez nous passeront leur chemin. Marianne Saradar Barakat compile peut-être dans cet « ethno-guide » (qui rappelle un peu la série des Pintades) pas mal d’informations « psycho-sociétales » d’un certain intérêt mais, contrairement à ce qu’en promet le titre, ses pages ne vous feront pas rentrer dans les coulisses croustillantes d’une « bourgeoisie libanaise dans tous ses états ».

* « Vices (et autres vertus) : la bourgeoisie libanaise dans tous ses états » de Marianne Saradar Barakat (éditions Antoine, 234 pages).


Elle a indéniablement le talent des titres qui vous interpellent, Marianne Saradar Barakat. Après un premier livre – forcément autobiographique – finement intitulé Le bonheur à la sueur de mon front, sorti en 2019 en France aux éditions Baudelaire, la voilà qui publie, sous le label de la librairie Antoine cette fois, Vices (et autres vertus) : la bourgeoisie libanaise dans tous...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut