Rechercher
Rechercher

Économie - crise

Les chiffres de l’inflation au Liban sont tombés pour avril : 206,24 %

Les chiffres de l’inflation au Liban sont tombés pour avril : 206,24 %

Les prix de l’alimentation et des boissons non alcoolisées ont augmenté de 374,38 % en avril en rythme annuel. Photo Florient Zwein/Hans Lucas

Le niveau d’inflation au Liban a poursuivi sa progression en avril, alors que le pays s’approche d’une troisième année de crise économique et financière sans précédent. L’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS) et publié hier sur son site, a en effet affiché un total de 1 092,21 points le mois dernier, soit un taux d’inflation de 206,24 % en glissement annuel. L’ACS note également une hausse de 7,1 % par rapport à mars 2022. Si cette tendance à la hausse ne surprend pas, ou plus, elle s’est tout de même renforcée en raison de la flambée des cours mondiaux des matières premières suite au conflit russo-ukrainien.

En conséquence donc, et en glissement annuel, ce sont une nouvelle fois les prix des transports qui remportent la palme de la plus forte hausse avec un taux d’inflation estimé par l’ACS à 492,09 %. Ils sont suivis des prix du secteur de la santé (430,64 %), de ceux de l’eau, de l’électricité, du gaz et des carburants (408,55 %) et de ceux de l’alimentation et des boissons non alcoolisées (374,38 %). En rythme mensuel, ce sont les coûts des vêtements et chaussures qui ont le plus augmenté (24,5 %). Ils sont suivis par ceux de l’alimentation et des boissons non alcoolisées (15,31 %), ceux du secteur de la santé (7,37 %) et de l’eau, de l’électricité, du gaz et des carburants (7,21 %).

De manière générale, les prix des moyens de communication et de l’éducation sont ceux marquant les plus faibles hausses. Sur la même période et en rythme annuel, l’ACS estime leurs taux d’inflation respectifs à 9,6 et 36,21 %, tandis qu’en glissement mensuel, elle note une hausse de 0,73 % pour les premiers et aucune pour les seconds. Enfin, les prix en rythme mensuel ont augmenté dans chaque mohafazat du pays, en commençant par le Liban-Nord (9,98 %), suivi par la Békaa (7,41 %), Nabatiyé (7,37 %), le Liban-Sud (6,69 %), le Mont-Liban (6,31 %) et la capitale (5,76 %).


Le niveau d’inflation au Liban a poursuivi sa progression en avril, alors que le pays s’approche d’une troisième année de crise économique et financière sans précédent. L’indice mensuel des prix à la consommation (IPC), calculé par l’Administration centrale de la statistique (ACS) et publié hier sur son site, a en effet affiché un total de 1 092,21 points le mois...

commentaires (1)

Vos calculs sont faux et induisent en erreur. Les prix, calculés en dollars, ont tous baissé, sauf les carburants qui suivent la tendance à la hausse mondiale actuelle. C’est la livre libanaise qui chute de façon vertigineuse. Ou plutôt qui est en train de s’ajuster à sa valeur réelle en tenant compte de la balance commerciale du pays, c’est à dire zéro ou presque. Nous avons simplement vécu au dessus de nos moyen pendant 30 ans, et ceux qui en ont le plus profité sont les riches, au détriment des plus pauvres qui payent le plus aujourd’hui. Plus une partie qui a été volée, détournée, et surtout gaspillée…

Gros Gnon

08 h 44, le 22 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • Vos calculs sont faux et induisent en erreur. Les prix, calculés en dollars, ont tous baissé, sauf les carburants qui suivent la tendance à la hausse mondiale actuelle. C’est la livre libanaise qui chute de façon vertigineuse. Ou plutôt qui est en train de s’ajuster à sa valeur réelle en tenant compte de la balance commerciale du pays, c’est à dire zéro ou presque. Nous avons simplement vécu au dessus de nos moyen pendant 30 ans, et ceux qui en ont le plus profité sont les riches, au détriment des plus pauvres qui payent le plus aujourd’hui. Plus une partie qui a été volée, détournée, et surtout gaspillée…

    Gros Gnon

    08 h 44, le 22 mai 2022

Retour en haut