Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Élections au Liban

Quel impact sur l'économie en crise?


Une femme photographie une borne de retrait bancaire vandalisée à Beyrouth, le 15 janvier 2020. Photo ANWAR AMRO / AFP

Dès le lendemain des élections législatives prévues le 15 mai au Liban, le nouveau Parlement devra s'atteler à plusieurs dossiers urgents, dont celui des réformes qui permettraient de débloquer une aide financière internationale et sortir le pays d'une profonde crise économique inédite.

Après la signature d'un accord de principe début avril avec le Fonds monétaire international (FMI), un engagement fort a été requis de Beyrouth pour mettre en œuvre des réformes ambitieuses nécessaires afin d'obtenir un plan d'aide de trois milliards de dollars. Cependant, aucune mesure concrète n'a été prise par le Parlement sortant pour pallier la crise et il reviendra au nouveau de les mettre en place.

Quelle est la situation après deux ans de crise?

Causée par des décennies de mauvaise gestion et de corruption d'une classe dirigeante quasi inchangée depuis des dizaines d'années, la crise économique a été exacerbée par la pandémie, l'explosion meurtrière au port de Beyrouth et désormais par la guerre en Ukraine. Qualifiée par la Banque mondiale (BM) comme l'une des pires de l'Histoire moderne, cette crise a décimé les institutions de l'État qui est incapable de fournir les services de base tels que l'électricité, les médicaments et le carburant.

Les coupures d'électricité ont fortement augmenté paralysant la vie de la population, alors que les générateurs privés - auxquels la majorité des citoyens ont recours - sont contraints de rationner leur production à mesure que le prix du carburant augmente.  La monnaie locale a perdu près de 90% de sa valeur et le salaire minimum mensuel, de 675.000 livres libanaises, ne vaut guère plus de 25 dollars (environ 24 euros) sur le marché noir. Près de 80% de la population vit désormais en dessous du seuil de pauvreté de l'ONU et les épargnants subissent des restrictions bancaires étouffantes.

Quels sont les dossiers urgents?

Le Parlement sortant était censé adopter la loi de contrôle des capitaux, destinée à encadrer le retrait et le transfert de devises, et le budget de l'Etat, mais les députés n'ont cessé de tergiverser à l'approche des élections. Selon le vice-Premier ministre Saadé Chami, le nouveau Parlement devra adopter ces deux lois, ainsi qu'une législation destinée à restructurer le secteur bancaire et amender la loi sur le secret bancaire.

"Nous espérons que le nouveau Parlement adoptera rapidement ces quatre projets de loi, qui sont des actions préalables, pour un accord final avec le FMI", a déclaré à l'AFP M. Chami, qui dirige la délégation libanaise chargée de négocier avec le FMI. Le Liban avait évalué en début d'année les pertes du secteur financier à 69 milliards de dollars (60 milliards d'euros). C'est ce montant qui avait été retenu comme base de négociation avec le FMI.  Accordé pour une durée de quatre ans au titre du mécanisme élargi de crédit, le plan d'aide doit au préalable recevoir l'aval de la direction du FMI et de son conseil d'administration, a précisé en avril le Fonds dans un communiqué.

Quels défis pour le nouveau Parlement?

Selon les experts, les législatives ne devraient pas apporter de changement important à un paysage politique dominé par les partis traditionnels, même si des candidats anti-système pourraient réaliser des percées. "Je m'attends à un parlement plus fragmenté où l'opposition pourra se ressaisir et être un moteur de changement et de réforme", estime Sami Nader, directeur de l'Institut du Levant pour les affaires stratégiques.

Pour le Premier ministre Najib Mikati, le Liban "n'a d'autre choix" que le FMI. "Réaliser les actions requises accélèrera la solution" pour le Liban, a-t-il insisté, citant des responsables au sein de l'institution. Le défi principal concerne notamment la loi sur la restructuration du secteur bancaire, mesure fondamentale pour soutenir la croissance selon le FMI. Mais elle sera difficile à mettre en place car elle vise les intérêts communs des banques et de la classe politique.

Notre pays doit "avant tout, faire preuve d'engagement et de crédibilité en ce qui concerne les réformes, avant que la communauté internationale ne s'engage à tout soutien financier", reprend M. Chami. "La balle est dans notre camp".


Dès le lendemain des élections législatives prévues le 15 mai au Liban, le nouveau Parlement devra s'atteler à plusieurs dossiers urgents, dont celui des réformes qui permettraient de débloquer une aide financière internationale et sortir le pays d'une profonde crise économique inédite.Après la signature d'un accord de principe début avril avec le Fonds monétaire international...