Rechercher
Rechercher

Moyen-Orient - Éclairage

Tractations politiques toujours au point mort en Irak

Moqtada Sadr avait annoncé fin mars mettre en pause pendant 40 jours ses efforts de formation d’un gouvernement de majorité afin de laisser l’opportunité au « tiers obstruant » – ses rivaux du Cadre de coordination chiite – de constituer un cabinet. Un délai arrivé à expiration cette semaine.

Tractations politiques toujours au point mort en Irak

Le clerc chiite irakien Moqtada Sadr prononçant un discours devant ses partisans, le 3 mai 2019. Photo AFP/File

Sept mois d’impasse et toujours pas d’issue à l’horizon. En Irak, les tractations en vue de former un nouveau gouvernement sont toujours au point mort. Le pays est plongé dans l’inconnu et l’arène politique divisée autour de deux grands blocs, l’un...

Sept mois d’impasse et toujours pas d’issue à l’horizon. En Irak, les tractations en vue de former un nouveau gouvernement sont toujours au point mort. Le pays est plongé dans l’inconnu et l’arène politique divisée autour de deux grands blocs, l’un...

commentaires (1)

En lisant cet article on se croirait dans la politique libanaise tant les similitudes sont nombreuses. Mr Sadr semble plutôt laisser le pays plonger dans le vide alors qu’il pourrait très bien appeler à des manifestations massives pour forcer les indépendants à former avec lui un gouvernement de majorité, sans les milices néo-safavides locales. Ou à minima dénoncer ces indépendants comme complices des néo-safavides. Mais Mr Sadr a-t-il vraiment l’intention de confronter le croissant néo-safavide ?

Citoyen libanais

06 h 39, le 11 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • En lisant cet article on se croirait dans la politique libanaise tant les similitudes sont nombreuses. Mr Sadr semble plutôt laisser le pays plonger dans le vide alors qu’il pourrait très bien appeler à des manifestations massives pour forcer les indépendants à former avec lui un gouvernement de majorité, sans les milices néo-safavides locales. Ou à minima dénoncer ces indépendants comme complices des néo-safavides. Mais Mr Sadr a-t-il vraiment l’intention de confronter le croissant néo-safavide ?

    Citoyen libanais

    06 h 39, le 11 mai 2022

Retour en haut