Rechercher
Rechercher

Société - Sécurité

Les rapts se multiplient dans certaines zones sensibles de la Békaa

Deux otages ont été libérés par l’armée, mais les gangs gagnent en audace et rien ne semble les arrêter.

Les rapts se multiplient dans certaines zones sensibles de la Békaa

Akram Jomaa accueilli à bras ouverts dans son village de Lala après sa libération. Capture d’écran

Les opérations d’enlèvement se sont multipliées récemment dans la Békaa, perpétrées par des ravisseurs qui visent des individus aisés en vue d’exiger une rançon auprès de leur famille en échange de leur libération.

Le dernier de ces incidents a été le kidnapping, le 27 avril, d’Akram Jomaa sur la route dite de la canalisation d’irrigation du Litani, alors qu’il avait garé sa voiture de marque Lexus pour faire son jogging à 19h avant l’iftar. Une source du village de Lala, la localité d’origine de Jomaa, assure que l’homme a tenté de résister à ses ravisseurs, qui semblaient inexpérimentés : ils ont ainsi abandonné leur véhicule de type Rapid en panne au milieu de la route et emmené la victime dans sa propre voiture jusqu’à Baalbeck. Ses téléphones portables ont été trouvés à l’endroit où il a été enlevé. Toutefois, il n’a pas fallu plus de quelques heures aux services secrets de l’armée pour libérer l’otage, qu’ils ont emmené au poste de Ablah pour recueillir sa déposition. Il a ensuite pu rentrer dans son village où un accueil chaleureux lui a été réservé.

Le même jour, l’armée est parvenue à faire libérer l’Égyptien Sadek Rolly, un comptable de la société de production al-Sabbah. Celui-ci a été enlevé le 16 avril dernier sur la route de Rayak-Baalbeck par des individus armés qui ont percuté le véhicule transportant l’équipe de tournage d’un feuilleton dont il fait partie. L’armée a effectué des perquisitions dans la région durant plusieurs jours. L’homme a finalement été libéré par ses ravisseurs le 27 avril dans une plaine de Baalbeck, non loin de Deir el-Ahmar. Il a été transporté vers un centre militaire où il est arrivé dans un état de peur extrême.

Les épisodes d’enlèvement ne sont pas seulement plus nombreux, mais révèlent une audace de plus en plus évidente de la part des gangs armés. Un des ravisseurs du comptable égyptien, surnommé Mohammad Roma, a même été jusqu’à envoyer des messages de menaces très explicites aux services de renseignements de l’armée. Un de ses messages enregistrés a largement circulé ces derniers jours. Toutefois, une source de sécurité interrogée par L’Orient-Le Jour dément que des menaces directes aient été adressées à des officiers ou des soldats.

Ce n’est pas la première fois en tout cas que de telles menaces sont proférées contre l’armée par le biais de messages enregistrés envoyés via des groupes WhatsApp. C’est notamment le cas à chaque fois que les militaires parviennent à libérer une victime d’enlèvement. En juin dernier déjà, des menaces enregistrées étaient parvenues au chef des renseignements de l’armée dans la Békaa, le général Mohammad el-Amine, après des accrochages entre la troupe et des gangs.

Au-delà des frontières

Cette récente multiplication des rapts rappelle d’autres épisodes passés, tels que celui de l’enlèvement de l’homme d’affaires émigré Abdallah Nassereddine à son domicile à Kamed el-Loz, ou encore celui de Adnane Dabaja, également homme d’affaires, à Karaoun, qui avait été libéré ultérieurement. Dans cette région, l’insécurité semble ne plus avoir de limite.

Au-delà de la Békaa, les gangs donnent l’impression d’étendre leur activité vers d’autres régions. Ils sont parvenus récemment à attirer dans leurs filets un jeune émigré, Hassan Atoué, qui visitait sa famille dans son village de Harouf, au Liban-Nord. Ils lui ont fait croire qu’ils avaient une agence de voyages et de tourisme, lui donnant rendez-vous sur l’autoroute de Hermel, dans la Békaa-Nord.

Ces incidents ne concernent pas que des Libanais. Le 3 mars dernier, quatre éléments armés ont enlevé le Syrien M.T. près du site de Baalbeck. Les profils des victimes sont également divers. Vers la mi-mars, H.A., un ferrailleur propriétaire d’une petite industrie, a été enlevé par quatre individus armés, également dans les environs des temples.

Ces nombreux incidents, où les protagonistes finissent souvent en Syrie, ont suscité une réaction de l’autre côté de la frontière. Ainsi, le 25 avril, les forces de l’ordre syriennes ont effectué des perquisitions auprès de nombre de personnes suspectées d’avoir trempé dans des rapts au Liban avant de regagner le territoire syrien, selon des sources bien informées. Parmi ces suspects, l’homme cité plus haut, Mohammad Roma, et ses complices, dont un certain H. Jaouhari. Toujours selon ces mêmes sources, les perquisitions ont atteint des villages syriens habités par des Libanais, entre autres Zita, el-Aakrabié et el-Samakiat. Les forces de l’ordre syriennes auraient ainsi réussi à arrêter plusieurs personnes (dont des Libanais) ayant participé avec les mafias à attirer les victimes dans des pièges.

Les opérations d’enlèvement se sont multipliées récemment dans la Békaa, perpétrées par des ravisseurs qui visent des individus aisés en vue d’exiger une rançon auprès de leur famille en échange de leur libération.Le dernier de ces incidents a été le kidnapping, le 27 avril, d’Akram Jomaa sur la route dite de la canalisation d’irrigation du Litani, alors qu’il avait garé...
commentaires (7)

Chers amis, malheureusement c’est le pays entier qui est rapté !

Wow

14 h 00, le 01 mai 2022

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • Chers amis, malheureusement c’est le pays entier qui est rapté !

    Wow

    14 h 00, le 01 mai 2022

  • La où les résistants de pacotilles se trouvent, il y a rapts, assassinats et terreur. Que faut il d’autres aux habitants de ses régions pour se rendre à l’évidence de la nocivité de ces vendus qui leur pourrissent la vie pour se lever tous ensemble et les renverser afin qu’ils puissent enfin vivre avec leurs enfants dans un état de droit sans se cacher ou être obligés de leur baiser la main pour pouvoir simplement exister.

    Sissi zayyat

    14 h 11, le 30 avril 2022

  • LES INTIMIDATIONS, LES MENACES VOIRE MEME LES ASSASSINATS SONT DU FOLKLORE LIBANAIS JOUE PAR LES MERCENAIRES IRANIENS ET LEURS PARAVENTS CHRETIENS AVANT TOUT MAIS AUTRES AUSSI. DANS UN PAYS OU UNE DES COMMUNAUTES EST ARMEE JUSQU,AUX DENTS ET NOMME QUI DOIT SE PRESENTER AUX ELECTIONS LEGISLATIVES ET PRESIDENTIELLES ET LES IMPOSE PAR INTIMIDATIONS ET MENACES CES LEGISLATIVES ET PRESIDENTIELLES SONT DE LA BLAGUE. ELLES DEVRAIENT ETRE BOYCOTTEES PAR TOUS LES AUTRES LIBANAIS JUSQU,AU DESARMEMENT ET LIQUIDATION COMPLETS DES MILICES IRANIENNES ET DE LEURS PARAVENTS ET ACCESSOIRES. LIBANAISES/LIBANAIS VOUS VOUS CREVEZ LES YEUX AVEC VOS PROPRES DOIGTS.

    LA LIBRE EXPRESSION

    06 h 43, le 30 avril 2022

  • C est le paradis là ou le Hezb est élu. Quel talent de gestion et de protection, en effet les Libanais sont bien protégé avec eux ! Yalla et surtout voter mal, voter encore pour la république d'Iran

    Aboumatta

    16 h 56, le 29 avril 2022

  • oui votez pour le Hezb a Baalbak-Hermel

    Jack Gardner

    16 h 32, le 29 avril 2022

  • Avant la guerre de 75, les gens se faisaient arrêter par des gangs sur des routes isolés se faisaient voler leur voiture et étaient dépouillés... Signe de la déliquescence de l'état et la présence d'un état dans l'état les palestiniens. Aujourd'hui le Hezbollah ...

    Zeidan

    09 h 59, le 29 avril 2022

  • KIDNAPPING EN UNE FOIS = PAYEMENT EN GROS , KIDNAPPING A COURT TERME = PAYEMENT EN DÉTAIL = ÉLECTION . DONC TOUT LE MONDE DEVIENT RICHE .

    aliosha

    08 h 59, le 29 avril 2022

Retour en haut