Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Les évêques maronites appellent à la bonne tenue des élections législatives et à un accord avec le FMI

Les patriarches et responsables maronites réunis à Bkerké pour leur réunion mensuelle, le 6 avril 2022. Photo ANI

Lors de leur réunion mensuelle présidée par le patriarche Béchara Raï, les évêques maronites ont appelé mercredi à "la tenue des élections législatives en temps et en heure" ainsi qu'à "la signature d'un accord avec le Fonds monétaire international" (FMI), alors que des doutes planent sur le report éventuel du scrutin et qu'une délégation du FMI est à Beyrouth depuis une semaine.

"Les pères réaffirment le devoir de la tenue des élections législatives en temps et en heure, et appellent les citoyens à faire le bon choix de leurs représentants au Parlement", ont déclaré les responsables maronites dans un communiqué publié à l'issue de leur réunion au siège de Bkerké. "Cela nécessite une participation forte des citoyens au scrutin, exerçant ainsi leur droit constitutionnel", ont-ils poursuivi.

Ils ont également exprimé leur "joie" quant à l'annonce de la visite du pape François au Liban en juin prochain, même si l'euphorie de cette annonce, faite par le président Michel Aoun hier soir, a été tempérée par le Vatican dans la foulée. Le Saint-Siège a en effet précisé que cette visite était "une possibilité à l'étude". Le patriarcat maronite "attend les détails du programme officiel de cette visite", rapporte le communiqué de Bkerké.

Sur le plan économique, les responsables religieux ont rappelé la situation critique du Liban, enlisé depuis presque trois ans dans la pire crise économique de son histoire moderne. Ils ont estimé qu'"il faut exclure le plan de redressement économique de la controverse politique, pour préserver le bien du pays et de son peuple, et signer l'accord avec le FMI". Une délégation du Fonds monétaire international se trouve à Beyrouth depuis mercredi dernier, suscitant l'espérance d'un "accord préliminaire", selon les mots du vice-Premier ministre Saadé Chami.

Enfin, les évêques ont défendu "le déclenchement du travail de la Commission nationale pour la lutte contre la corruption", une instance créée en début d'année mais qui n'a toujours débuté son travail. "Il en va des intérêts du Liban au niveau des donateurs arabes et internationaux, et cela peut améliorer la confiance dans sa capacité à relever les défis qui lui font face", ont estimé les responsables religieux.

Toujours secoué par une crise économique sans précédent depuis 2019, le Liban fait face à de nombreux enjeux politiques, économiques et électoraux. Les élections législatives du 15 mai sont perçues par beaucoup comme l'occasion de changer la classe dirigeante au pouvoir, accusée de corruption et considérée comme responsable de l'effondrement économique au pays du Cèdre. 


Lors de leur réunion mensuelle présidée par le patriarche Béchara Raï, les évêques maronites ont appelé mercredi à "la tenue des élections législatives en temps et en heure" ainsi qu'à "la signature d'un accord avec le Fonds monétaire international" (FMI), alors que des doutes planent sur le report éventuel du scrutin et qu'une délégation du FMI est à Beyrouth depuis une...