Rechercher
Rechercher

Environnement - Liban

De nouveaux problèmes financiers interrompent la collecte de déchets au sud de Beyrouth

« Nos ouvriers sont en grève depuis le début du mois. La raison, c’est que les banques ne débloquent pas leurs salaires, et qu’ils se trouvent donc dans l’impossibilité de les retirer », explique le PDG de City Blu.

De nouveaux problèmes financiers interrompent la collecte de déchets au sud de Beyrouth

Des déchets amoncelés dans une rue de la banlieue-sud de Beyrouth, dans une capture d'écran qui circule sur les réseaux sociaux le 4 avril 2022. Photo Twitter/@LarissaAounSky

Les crises de collecte des déchets dans la capitale et les environs se suivent et se ressemblent. Depuis début avril, les ordures s’accumulent dans les quartiers de la banlieue sud de Beyrouth, ainsi que dans les cazas de Baabda, Aley et Chouf. Toutes ces régions sont desservies par la compagnie privée City Blu, qui travaille pour le compte de l’État et transporte les déchets vers la décharge de Costa Brava, sur le littoral de Choueifate, au sud de Beyrouth.

Interrogé sur les raisons de cette interruption de la collecte, Milad Mouawad, PDG de City Blu, confirme à L’OLJ que les raisons sont financières. « Nos ouvriers sont en grève depuis le début du mois, dit-il. La raison, c’est que les banques ne débloquent pas leurs salaires, et qu’ils se trouvent donc dans l’impossibilité de les retirer. »

Lire aussi

Du déchet à l’ordure

M. Mouawad indique que la masse salariale est de 5 milliards de livres par mois, « pour la plupart de petits salaires ». « Nous étions en train de les leur assurer de manière à ce qu’ils puissent les retirer en espèces de la banque, poursuit-il. Or la Banque du Liban impose des quotas de retraits aux banques. Cela signifie, pour nous, une surcharge de 33 % à payer, afin que la totalité des salaires puisse être retirée. En d’autres termes, les 5 milliards devraient nous coûter 1,65 milliard de plus, ce qu’il n’est pas en notre capacité de débourser. »

Quelles solutions à cette nouvelle crise qui plonge des quartiers densément peuplés dans les monticules de déchets ? Selon M. Mouawad, des contacts ont été effectués avec le Premier ministre Nagib Mikati, qui a lui-même appelé la BDL et promis un déblocage des fonds auprès de la banque. Si ces contacts sont fructueux, la collecte pourrait reprendre mardi, d’après lui… jusqu’à la prochaine crise.


Les crises de collecte des déchets dans la capitale et les environs se suivent et se ressemblent. Depuis début avril, les ordures s’accumulent dans les quartiers de la banlieue sud de Beyrouth, ainsi que dans les cazas de Baabda, Aley et Chouf. Toutes ces régions sont desservies par la compagnie privée City Blu, qui travaille pour le compte de l’État et transporte les déchets vers la...

commentaires (2)

pourquoi donc l'indépendance de cette region & d'autres aussi, independance ouverte , affichee quoique illegale s'arrete la ou la machine de l'etat -qu'ils denigrent-grince? -je parle des khamenais mode libanais !- pourquoi ne pas monayer ce service tellement primordiale pour la sante des residents? Ah j'y suis maintenant : ca leur fait autant d'economies dans leur systeme economico-financier. quant au reste tant pis pour leurs ouailles si elles en crevent!

Gaby SIOUFI

11 h 27, le 05 avril 2022

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • pourquoi donc l'indépendance de cette region & d'autres aussi, independance ouverte , affichee quoique illegale s'arrete la ou la machine de l'etat -qu'ils denigrent-grince? -je parle des khamenais mode libanais !- pourquoi ne pas monayer ce service tellement primordiale pour la sante des residents? Ah j'y suis maintenant : ca leur fait autant d'economies dans leur systeme economico-financier. quant au reste tant pis pour leurs ouailles si elles en crevent!

    Gaby SIOUFI

    11 h 27, le 05 avril 2022

  • Les banques ne savent peut être pas que les ouvriers aussi doivent manger et vivre décemment .je pense qu il faudrait leur mettre les ordures dans leur assiette cela les ferai réfléchir… mais savent ils réfléchir et penser aux autres .. . j en doute

    fadi labaki

    09 h 09, le 05 avril 2022

Retour en haut