Rechercher
Rechercher

Politique - Diplomatie

Mikati à Doha : Les monarchies du Golfe vont rétablir leurs relations avec le Liban

Le Premier ministre annonce une visite du chef de la diplomatie qatarie au Liban « dans les prochaines semaines ».

Mikati à Doha : Les monarchies du Golfe vont rétablir leurs relations avec le Liban

Le Premier ministre Nagib Mikati au Forum de Doha samedi, en compagnie de l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani. Photo AFP/Doha Forum/Handout

Le Premier ministre Nagib Mikati a affirmé samedi, du Qatar où il assistait au Forum de Doha, que les monarchies du Golfe allaient rétablir leurs relations avec le Liban et que le Liban avait « besoin d’un soutien arabe ». Les relations diplomatiques entre Beyrouth et les monarchies du Golfe ont connu un sérieux coup depuis octobre dernier, sur fond de divergences sur le rôle du Hezbollah dans la région.

Lors d’un discours prononcé dans le cadre de la séance d’ouverture du forum, le chef du gouvernement a également annoncé que l’émir du Qatar, cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, lui a promis que le chef de la diplomatie qatarie allait se rendre au Liban dans les prochaines semaines.

« Nous avons besoin des relations arabes, surtout avec l’Arabie saoudite. Nous avons besoin d’un soutien arabe (...). Nous sommes conscients que le Qatar est à nos côtés, ainsi que tous les pays arabes. Si Dieu le veut, tous les pays arabes, et surtout les monarchies du Golfe, vont rétablir leurs relations avec nous, et nous avons besoin de ce soutien arabe à notre pays », a affirmé M. Mikati. Et d’insister : « Le Liban doit maintenir d’excellentes relations avec les pays arabes. (…) Ce qui s’est passé dernièrement était un orage qui va se dissiper avec les visites que j’effectuerai dans les pays arabes. »

Lire aussi

La feuille de route arabe "ne menace pas la paix civile", affirme Maoulaoui

Évoquant la grave crise économique qui frappe le Liban depuis 2019, le Premier ministre a estimé qu’elle est « le résultat d’accumulations lors des trente dernières années et que cela ne peut être traité du jour au lendemain ». Il a affirmé, dans ce cadre, que son gouvernement « œuvre sérieusement pour une relance » économique. « Il ne nous manquait plus que la guerre entre la Russie et l’Ukraine pour que cela nous mette encore plus de pression », a déploré M. Mikati, en référence à l’invasion russe de l’Ukraine lancée le 24 février qui a des conséquences économiques mondiales, notamment sur les approvisionnements en blé et les cours mondiaux du pétrole et du gaz.

Le chef du gouvernement a également annoncé qu’une délégation du Fonds monétaire international (FMI) est attendue à Beyrouth demain mardi, alors que les pourparlers entre le Liban et le FMI n’ont toujours pas abouti à une assistance financière. « Nous espérons après ce nouveau round de négociations, qui durera deux semaines, signer un accord préliminaire avec le FMI », a ajouté M. Mikati qui, lors de sa visite à Doha, était accompagné des ministres de la Santé Firas Abiad, de l’Environnement Nasser Yassine, de l’ambassadrice du Liban au Qatar Farah Berry, et de son consultant diplomatique Boutros Assaker.

Boukhari à Beyrouth cette semaine ?

En marge des travaux du forum, M. Mikati a eu un entretien avec l’émir du Qatar, selon la présidence du Conseil. « J’ai senti durant mon entretien avec l’émir qu’il était conscient des problèmes dont souffre le Liban et qu’il se tenait à ses côtés. Il m’a promis que dans les prochaines semaines, le ministre qatari des Affaires étrangères va se rendre à Beyrouth afin d’examiner personnellement les besoins du Liban », a indiqué M. Mikati. Celui-ci a également été reçu par le Premier ministre qatari, cheikh Khaled ben Khalifa ben Abdel Aziz al-Thani.

Lire aussi

Les raisons du retour des pays du Golfe au Liban

Ces entretiens interviennent au lendemain d’une réunion dans la capitale qatarie entre M. Mikati et le chef de la diplomatie koweïtienne, cheikh Ahmad Nasser al-Mohammad al-Ahmad al-Jaber al-Sabah, qui avait salué les positions du gouvernement libanais en faveur du rétablissement des liens du Liban avec le Conseil de coopération du Golfe (CCG). Il avait également souhaité que Beyrouth « ne soit pas une plateforme pour une quelconque agression verbale ou concrète », faisant allusion au Hezbollah, régulièrement dénoncé par les pays membres du CCG.

Selon des informations obtenues par L’Orient-Le Jour, une réunion du Conseil de coopération du Golfe devait se dérouler hier dimanche, et devait déboucher sur un retour des ambassadeurs du CCG qui avaient quitté Beyrouth en octobre. Cette réunion, a-t-on su hier, a été reportée en raison des rencontres, en Israël, entre les ministres des Affaires étrangères des États-Unis, d’Israël, des Émirats arabes unis, du Maroc, de Bahreïn et d’Égypte. Toutefois, selon les mêmes sources, il est quasiment confirmé que l’ambassadeur d’Arabie saoudite, Walid Boukhari, devrait être de retour cette semaine à Beyrouth, et peut-être l’ambassadeur du Koweït aussi.

Sur le même dossier, le ministre libanais de l’Intérieur Bassam Maoulaoui a appelé hier le gouvernement à s’engager au respect des résolutions internationales qui figurent dans la feuille de route arabe visant à aider le Liban à rétablir ses liens avec les pays du Golfe, et qui appelle au désarmement du Hezbollah, une question qui divise la classe politique locale. Il a dans ce cadre estimé que cela ne « menace pas la paix civile » dans le pays, dans une critique à l’arsenal du parti chiite. Revenant sur la feuille de route arabe transmise au Liban par le Koweït, le responsable a une nouvelle fois souligné la nécessité que « le gouvernement s’engage à respecter et appliquer les résolutions internationales ».


Le Premier ministre Nagib Mikati a affirmé samedi, du Qatar où il assistait au Forum de Doha, que les monarchies du Golfe allaient rétablir leurs relations avec le Liban et que le Liban avait « besoin d’un soutien arabe ». Les relations diplomatiques entre Beyrouth et les monarchies du Golfe ont connu un sérieux coup depuis octobre dernier, sur fond de divergences sur le rôle...

commentaires (1)

j'etais redacteur a l'OLJ le titre de cet article aurait imprime en MANCHETTE que quoique on en dise les ARABES insistent comme au 1er jour : le liban DOIT respecter leur feuille de route. PS. sachant qu'une note d'espoir est utile ... mais utile pour qui , pourquoi ?

Gaby SIOUFI

11 h 10, le 28 mars 2022

Tous les commentaires

Commentaires (1)

  • j'etais redacteur a l'OLJ le titre de cet article aurait imprime en MANCHETTE que quoique on en dise les ARABES insistent comme au 1er jour : le liban DOIT respecter leur feuille de route. PS. sachant qu'une note d'espoir est utile ... mais utile pour qui , pourquoi ?

    Gaby SIOUFI

    11 h 10, le 28 mars 2022

Retour en haut