Rechercher
Rechercher

Politique - Liban

Nasrallah sur le retrait de Hariri : la coopération avec le courant du Futur reste de mise

Le secrétaire général du Hezbollah parle, dans une longue interview, de la délimitation des frontières avec Israël et des propositions formulées par le Koweït à l'Etat libanais. 

 

Nasrallah sur le retrait de Hariri : la coopération avec le courant du Futur reste de mise

Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, lors d'un entretien sur la chaîne iranienne d'information en arabe, al-Alam, le 8 février 2022. Capture d'écran.

Lors d'un entretien fleuve accordé mardi soir à la chaîne iranienne d'information en arabe al-Alam, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a vanté l'Iran, attaqué les Etats-Unis, les accusant notamment d'ingérence au Liban, et abordé plusieurs dossiers locaux, notamment la délimitation des frontières avec Israël, le retrait du leader sunnite Saad Hariri de la vie politique et les propositions koweïtiennes faites à l'État libanais.

L'éditorial de Issa Goraïeb

Pièces de résistance

Le retrait de Hariri

Interrogé sur la décision de M. Hariri de se retirer de la vie politique, Hassan Nasrallah l'a qualifiée de "regrettable". "Son absence du courant du Futur a un impact significatif sur les élections, et les opportunités de coopération avec cette formation étaient et restent de mise", a-t-il ajouté, estimant que "dire que le retrait du Futur ouvrira la voie à l'extrémisme est exagéré".

Le retrait de la vie politique de l'ex-Premier ministre et l'annonce que ni lui ni sa formation ne participeraient aux législatives ont semé un vent de panique sur la scène politique, notamment parmi les alliés traditionnels du courant du Futur, comme le Parti socialiste progressiste (PSP) du leader druze Walid Joumblatt, le mouvement Amal et le Hezbollah, avec qui les haririens entretenaient ces dernières années un modus vivendi.

Influence américaine

A plusieurs reprises, le chef du Hezbollah s'en est pris aux Etats-Unis et les a accusés d'ingérence au Liban sur tous les plans. "Nous sommes confrontés à une influence politique, sécuritaire, financière et économique américaine au Liban", a-t-il dit. "Il y a des officiers américains à Yarzé (siège du ministère de la Défense), a-t-il encore lancé. On sait que l'ambassade américaine au Liban est le siège principal des renseignements américains pour la région". Il a aussi accusé l'ambassadrice américaine Dorothy Shea d'ingérence dans les élections législatives. 

Selon lui, la décision de son parti est "libanaise". "Nous prenons nos propres décisions, et le Hezbollah fait passer les intérêts du Liban en premier, a déclaré Hassan Nasrallah. Les autres doivent nous dire ce qu'ils ont fait pour le Liban (...) La décision du Hezbollah est libanaise, il faut discuter de la +libanité+ des partis qui reçoivent des ordres des ambassades". 

La délimitation des frontières 

Alors que l'émissaire américain, Amos Hochstein, est arrivé mardi à Beyrouth, Hassan Nasrallah a été interrogé au sujet de la délimitation des frontières, le Liban et Israël étant censés relancer les pourparlers indirects. Le chef du Hezbollah a assuré que cette décision revenait à l'Etat libanais. "Quoi que décide le gouvernement libanais je le respecterai. En tant que 'Résistance' je ne me mêle pas (de cette question)", a-t-il ajouté. Il a aussi  assuré qu'il n'y a pas eu de "débat en interne" au sein de son parti sur cette question.  "Nous n'intervenons pas dans les négociations sur la démarcation des frontières, car nous ne reconnaissons pas l'existence d'Israël, a-t-il poursuivi. Nous sommes contre toute normalisation, coopération ou coordination avec l'ennemi, et c'est la position officielle libanaise". 

Le leader chiite a en outre prévenu que le Hezbollah répondra "à toute opération militaire de l'ennemi israélien", affirmant avoir "activé le système de défense aérienne dans la Résistance islamique" et rappelant la fois où deux drones israéliens sont tombés dans banlieue sud de Beyrouth en 2019. "Nous n'aimons pas la guerre, et nous ne la cherchons pas, mais nous ne la craignons pas et nous n'abandonnons pas notre pays et les intérêts de notre pays", a-t-il déclaré, affirmant qu'il y a des "choses cachées pour surprendre l'ennemi lors de toute guerre à venir".

Les propositions du Koweït 

Interrogé sur les propositions faites par le Koweït au Liban, Hassan Nasrallah a affirmé que "personne ne nous a demandé une réponse, la réponse est attendue du gouvernement libanais". Il a toutefois critiqué la méthode koweïtienne, affirmant qu'il aurait mieux valu dialoguer. Il a aussi indiqué que son parti n'interférait pas dans les affaires internes des pays. "Nous n'interférons ni dans les Emirats, ni en Arabie saoudite, a-t-il dit. Nous n'interférons pas dans les affaires internes des pays".  "Celui qui demande au Liban ou à une partie de ne pas s'ingérer dans ses affaires intérieures doit d'abord cesser de s'ingérer dans nos affaires intérieures", a lancé le secrétaire général du parti pro-iranien.

Le décryptage de Scarlett Haddad

Initiative koweïtienne : le Liban cherche à gagner du temps

Le Koweït avait soumis fin janvier douze propositions aux autorités libanaises, lors d'une visite de son chef de la diplomatie à Beyrouth. Cette feuille de route comprenait plusieurs requêtes générales de la communauté internationale, comme l’appel au respect de la résolution 1559, adoptée en 2004 et qui porte, entre autres, sur "le désarmement et la dissolution de toutes les milices" et "l’extension du contrôle du gouvernement libanais sur tout son territoire", une condition formulée à maintes reprises par les pays du Golfe, dans une allusion à l'arsenal du Hezbollah.

L'Iran, un pays "fort" 

Le chef du Hezbollah a en outre vanté l'Iran, le qualifiant d'un "pays fort et souverain" auquel "les États-Unis craignent de faire la guerre". Il a estimé que "la République islamique d'Iran est un modèle d'indépendance et de liberté dans le monde islamique et dans le monde entier". "L'Iran est un pays avec une réelle indépendance et une souveraineté complète, et c'est le peuple qui gouverne en Iran", d'après lui. Hassan Nasrallah a soutenu que "les États-Unis n'ont pas pu et ne pourront pas arrêter le développement du programme nucléaire iranien. La République islamique n'est pas en train d'utiliser le nucléaire au niveau militaire", a-t-il ajouté.

Les négociations sur le nucléaire iranien ont repris mardi à Vienne, avec l'objectif affiché par l'ensemble des protagonistes de conclure un accord au plus vite. Les pourparlers, qui ont débuté au printemps 2021, se déroulent entre les Iraniens et les parties restantes à l'accord (Allemagne, Chine, France, Royaume-Uni et Russie), avec la participation indirecte des Américains. Les États-Unis se sont retirés en 2018, sous la présidence de Donald Trump qui jugeait insuffisant ce texte conclu trois ans plus tôt pour empêcher l'Iran de se doter de la bombe atomique.



Lors d'un entretien fleuve accordé mardi soir à la chaîne iranienne d'information en arabe al-Alam, le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a vanté l'Iran, attaqué les Etats-Unis, les accusant notamment d'ingérence au Liban, et abordé plusieurs dossiers locaux, notamment la délimitation des frontières avec Israël, le retrait du leader sunnite Saad Hariri de la vie...

commentaires (18)

Quand le prédateur s’exprime,,,

Wow

18 h 34, le 10 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (18)

  • Quand le prédateur s’exprime,,,

    Wow

    18 h 34, le 10 février 2022

  • Le Liban est un Etat républicain, laïque, souverain et indépendant. En tant que tel, il lui appartient de décider de la guerre ou de la paix avec qui ce soit dans le monde entier. Il n’a aucune leçon à recevoir de quiconque. Depuis 1949, une armistice nous engage à respecter les autres pays, dont l’ennemi israélien, et à demander la réciprocité. L’appel à la guerre continuellement répété par certaines formations qui prônent allégeance à des États étrangers ne nous concerne pas.

    Honneur et Patrie

    21 h 03, le 09 février 2022

  •  "Nous prenons nos propres décisions, et le Hezbollah fait passer les intérêts du Liban en premier, a déclaré Hassan Nasrallah...."... hèhèhè.... hassan est plus geagea que samir maintenant?... ou commence-t-il à radoter oubliant que son hezb n'est même pas inscrit au Liban, qu'il nous rappelle régulièrement de mettre les accords conclus dans de l'eau et d'en boire l'elixir, ou aussi son cri de 300 décibels d'allégeance in-con-di-tionnelle au grand manitou iranien et son armée ! Ou plutôt et tout simplement il prend tout les libanais pour des huberlus à la mémoire courte et qui sont éblouis par ses tours d'illusionniste... bof, du cinéma porno pour naïfs...

    Wlek Sanferlou

    17 h 32, le 09 février 2022

  • T.O.Z. Il ne va pas tarder à se la boucler une fois pour toutes, lui, ses suiveurs et ses suivis, blitzés en moins de 5 sec ...

    Remy Martin

    17 h 23, le 09 février 2022

  • Quel ............Non mais... C'est quoi cette libanité ? lorsqu'il apparait sur la photo avec 2 enturbannés intégristes étrangers. Nos politiciens libanais chrétiens n'apparaissent jamais avec les photos en grand du PAPE . Les sunnites n'apparaissent jamais avec les imam de AL AZHAR ...Il doit disparaitre de la circulation avec tous ses miliciens financés par l'iran. Miliciens de la terreur. Ils n'ont rien à faire au liban. Ils représentent un facteur d'instabilité. Qu'ils dégagent. Le liban fera la paix avec les arabes, avec son voisin du sud ( ou au moins, nous reviendrons à l'armistice des années 40-50 ) et on trouvera un terrain d'entente avec l'ennemi voisin qui se fait passer pour un frérot qui a assassiné Bachir et Kamal entre autres. Bref, que cet intégriste chiite enturbanné dégage: Il fait tache voire parasite incrusté non souhaité , dans le liban dont tout le monde rêve de reconstruire. Tant que ces gens sont là, ils vont "menacer, lancer des guerres de libération" et en face, évidemment, pour se protéger, ils vont continuer à survoler le liban. Tant que le liban ne sera pas une terre "sûre" et pacifiée, l'instabilité sera là. Et ce barbu intégriste islamite du temps des hommes des cavernes est le champion de l'instabilité au liban avec l'implication de notre pays dans une guerre qui ne nous concerne pas ( et plus jamais ). N'en déplaise aux gens qui vivent encore dans la mentalité gauchissante et militante guerrière des années 50

    radiosatellite.online

    17 h 11, le 09 février 2022

  • Notre champion national de la modestie et de la sagesse...se poser devant les photos de Khameneï et de Khomeiny, deux enturbannés de noir iraniens...lui qui ose prétendre que la décision de son parti est "libanaise", tout en déclarant depuis toujours qu'il applique les directives de l'Iran et qu'il est financé et armé par ce pays...Personne pour lui dire qu'il devient ridicule à force de se contredire et de raconter n'importe quoi...??? - Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 41, le 09 février 2022

  • TRAITRES SUNNITES CEUX QUI SERONT ELUS PAR DES VOIX CHIITES/HEZBOLLAHI.

    L,AUTHENTIQUE LIBRE EXPRESSION.

    13 h 45, le 09 février 2022

  • Same shit different day...

    Jack Gardner

    11 h 44, le 09 février 2022

  • Quand on a peur d'avoir froid, on rejette pas sa couverture.

    Citoyen

    10 h 14, le 09 février 2022

  • "… il faut discuter de la +libanité+ des partis qui reçoivent des ordres des ambassades …" - Est-ce que les ordres de Soleimani comptent comme pour une ambassade?

    Gros Gnon

    09 h 44, le 09 février 2022

  • Ce monsieur ne craint pas le ridicule, il avoue publiquement etre un agent iranien et il se permet d’accuser des Libanais d’etre en contact avec des ambassades ! Bien entendu ni le CPL ni Frangieh n’y trouveront a redire. Ils se sont mis depuis longtemps sous la botte de la milice. Seuls les souverainistes et la revolution pourront un jour sauver notre pays

    Goraieb Nada

    07 h 52, le 09 février 2022

  • Comme d'habitude, un tissu de contre-vérités flagrantes énoncées avec le plus grand sérieux. - "Nous sommes confrontés à une influence politique, sécuritaire, financière et économique américaine au Liban". Émanant du chef s’une milice créée, armée, financée et dirigée par l’Iran, l’affirmation ne manque pas de sel! "La décision du Hezbollah est libanaise", prétend-il. Comment faut-il alors interpréter des expressions telles que; "Nous sommes fidèles aux ordres de la sage, juste et UNIQUE autorité du wilayat-el faqih" (charte du Hezbollah), ou celle prononcée par Nasrallah lui-même en 2006: "Le Hezbollah ne se bat pas pour le Liban, mais pour la Oumma"? - "Nous n'aimons pas la guerre, et nous ne la cherchons pas " ajoute-t-il, alors que la guerre est sa seule raison d’être. En 2006,m qui l’a cherchée? - "Nous n'interférons ni dans les Emirats, ni en Arabie saoudite". Lui-même s’en est vanté précédemment! Comme dirait le capitaine Haddock: "Racontez ça à un cheval de bois, et il vous flanquera une ruade!

    Yves Prevost

    07 h 39, le 09 février 2022

  • Des que les occidentaux sont tombés dans le piège des négociations sur le nucléaire avec l’Iran ils sont tombés dans le piège ….. Trump l’avait compris !!

    Bery tus

    06 h 01, le 09 février 2022

  • C'est simplement un tissu de mensonge que ce mec nous a debite. C'est toujours la meme rengaine, nous sommes libanais (tu parles charles!!), nous prenons nos propres decisions (menteur!) et nous travaillons pour l'interet du Liban (encore une fois menter et triple menteur)...

    IMB a SPO

    03 h 12, le 09 février 2022

  • Que c’est malheureux pour notre pays d’avoir un énergumène comme lui. Comment faire pour s’en débarrasser?

    Achkar Carlos

    00 h 01, le 09 février 2022

  • Nous avons plus que soupé des conneries qu'il raconte, il n'a qu'à aller vivre en Iran, ça nous fera des vacances.

    Zeidan

    23 h 34, le 08 février 2022

  • Purée que de poncifs mille fois ruminés et régurgités. Une anthologie de la vacuité malsaine.

    Je partage mon avis

    23 h 31, le 08 février 2022

  • Nasnoussy nous prend vraiment pour des sacoches ! Des décisions "Libanaise", il se moque de qui exactement ? Le Hezbollah ne se mêle pas des négociations des frontières avec Israël, et Pinocchio est un transgenre ! Le Hezbollah n'aime pas la guerre, Ah, là là, juillet 2006, mai 2008, 14 octobre 2022, ce sont juste des manœuvres militaires pour dégourdir les jambes des coupes gorges. Ingérence des USA aux pays, et L'Iran n'a absolument aucune influence au Liban et dans la région. Nasnoussy, c'est un secret de Polichinelle, L'IRAN est partout au Liban, juste à voir les drapeaux de l'Iran plus grand que ceux du Liban... Aucune normalisation avec Israël, car le Hezbollah ne reconnaît pas son existence. Alors pourquoi il prononce le nom du pays ? Il dit que le Liban a la même position. En Négociant, les frontières maritimes, le Liban reconnaît l'existence d'Israël. Mais cela, on n'en parle pas... Tout est mensonge, assassinat, corruption, trafic de drogue, de terrorisme et surtout de TRAÎTRISE ! Nasnoussy, qu'elle est la date de l'indépendance du Liban ? J'ai un trou de mémoire !

    Marwan Takchi

    23 h 18, le 08 février 2022

Retour en haut