Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Geagea renvoie ses accusations à Aoun, qui l'avait qualifié de "provocateur"


Geagea renvoie ses accusations à Aoun, qui l'avait qualifié de

Le chef des Forces libanaises Samir Geagea. Photo ANI

Le chef des Forces libanaises (FL) Samir Geagea a réagi jeudi aux propos de son rival sur la scène politique chrétienne, le président Michel Aoun, qui l'avait accusé d'être "un provocateur", estimant qu'"un vase ne répand que ce qu'il contient".

"Je remercie le président de la République pour la noble émotion qu’il a manifestée à mon égard lors d'une entrevue accordée aujourd'hui à un quotidien. En lisant l'interview, je me suis rappelé ce proverbe : +Un vase ne répand que ce qu'il contient+", a écrit le leader maronite sur son compte Twitter, renvoyant ses accusations à M. Aoun

Dans un entretien accordé au journal al-Joumhouriya, le chef de l’État avait estimé que M. Geagea "est occupé à faire de la provocation" et "à appeler à (sa) démission" de la présidence de la République. "Ai-je fait du mal à quelqu'un ? Ai-je construit un château ? Est-ce moi qui ai tourné le dos à mes alliés ? Est-ce moi qui maîtrise l'art de la provocation ?", s'est interrogé M. Aoun. "Que Samir Geagea nous parle de ses accomplissements. Qu'il ait le courage de faire un bilan et nous dire ce qu'il a apporté au pays", a lancé le président. 

En 2016, Michel Aoun avait pourtant scellé une alliance politique avec les FL, un accord qui lui avait pavé la voie à la présidence de la République. Mais les liens entre les deux camps se sont détériorés depuis, ce qui avait amené le chef des FL à affirmer qu'il "est impossible qu'un nouvel accord de Meerab soit conclu".

A neuf mois de la fin de son mandat, le chef de l’État avait également qualifié dans son entretien le chef druze Walid Joumblatt de "capricieux" et le gouverneur de la Banque du Liban Riad Salamé de "manipulateur".


Le chef des Forces libanaises (FL) Samir Geagea a réagi jeudi aux propos de son rival sur la scène politique chrétienne, le président Michel Aoun, qui l'avait accusé d'être "un provocateur", estimant qu'"un vase ne répand que ce qu'il contient"."Je remercie le président de la République pour la noble émotion qu’il a manifestée à mon égard lors d'une entrevue accordée aujourd'hui...