Rechercher
Rechercher

Environnement - Déchets ménagers

Une grève des ouvriers de Ramco inonde les rues du Metn et du Kesrouan

La société privée en charge du ramassage dans le Mont-Liban-Nord et une partie de Beyrouth n’a pas reçu un paiement qui lui est dû depuis novembre 2021.

Une grève des ouvriers de Ramco inonde les rues du Metn et du Kesrouan

Les déchets s’amoncellent au Kesrouan. Photo prise par un témoin

La scène est devenue si familière qu’elle n’alarme plus grand monde, et surtout pas les responsables politiques: des bennes à ordures débordant de sacs poubelles dans les rues. Cette fois-ci, ce sont les cazas du Metn et du Kesrouan qui sont principalement touchés. La raison: une grève des ouvriers de la société Ramco, chargée du ramassage des ordures ménagères dans ces deux cazas pour le compte de l’État, en vertu d’un contrat avec le Conseil du développement et de la reconstruction (et d’une partie de Beyrouth par contrat avec la municipalité de la capitale). Et si les ouvriers sont en grève, nous apprend Walid Bou Saad, président de Ramco, c’est parce que le virement d’un paiement à la compagnie n’a toujours pas été effectué par la Banque du Liban, malgré la signature du ministre des Finances, et que la compagnie, gravement endettée selon lui, n’arrive plus à payer ses ouvriers. Beyrouth a été épargnée parce que la municipalité s’est acquittée de trois mois de paiement à l’avance, qui se terminent en février.

« Nous attendons que ce virement de 1,7 million de dollars décidé par le ministère des Finances soit débloqué par la BDL depuis novembre dernier, précise-t-il à L’Orient-Le Jour. En tout, nous avons présenté 11 factures à l’État d’un total de 20 millions de dollars, qui sont impayées à ce jour, puisque le dernier virement effectif date de février 2021. Le virement de novembre devait nous permettre de surnager et de payer au moins les salaires, même s’il reste insuffisant pour couvrir nos autres frais, comme l’achat de mazout pour les véhicules ou encore les pièces de rechange. »

Le retard dans le virement est confirmé par une source proche du dossier qui, comme M. Bou Saad lui-même, affirme n’avoir pas de réponse sur la raison de ce défaut de paiement jusque-là par la BDL. Contactée par L’OLJ, une source de la Banque du Liban dément que le blocage provienne de cette institution, nous invitant à « consulter le CDR et les municipalités ». Le ministre de l’Environnement Nasser Yassine était injoignable pour un commentaire sur cette nouvelle minicrise des déchets.

Cette nouvelle minicrise dans le Metn et le Kesrouan est déclenchée par une grève des ouvriers de Ramco qui ne seront pas payés ce mois, en raison de factures impayées à la compagnie par l’État. Photo prise par un témoin

Des dollars en lollars

Concernant la crise découlant de ce défaut de virement, la source proche du dossier précitée estime que « d’éventuelles revendications des ouvriers et un virement bloqué sont deux affaires indépendantes l’une de l’autre ». « Peut-être que l’entrepreneur manque de liquidités pour payer ses employés », ajoute-t-elle. Walid Bou Saad confirme que Ramco manque de liquidités, mais il accuse l’État de l’avoir mis dans cette situation, démentant utiliser les ouvriers pour faire pression sur qui que ce soit. « La compagnie croule sous onze millions de dollars de dettes, il nous est impossible de continuer sans un déblocage de fonds de l’État », insiste-t-il.

Lire aussi

Les ministres de l'Intérieur et de l'Environnement étudient des "solutions possibles" à la crise des déchets

Le président de Ramco rappelle qu’à la base, les entrepreneurs liés par un contrat avec le gouvernement étaient payés en livres libanaises sur base d’un contrat en dollars. Or avant la dévaluation de la livre (depuis fin 2019), le taux de change du dollar était fixe (à 1 515 LL) et il est resté immuable durant plus de 20 ans. Depuis que le taux de change fluctue sur le marché parallèle, et alors que les entrepreneurs étaient toujours payés au taux officiel, un arrangement a été trouvé entre les différentes parties pour que les paiements s’effectuent en lollars (dollars échangés dans les banques à 3 900 LL, puis 8000 LL, soit moins que sur le marché libre). « Cela signifie que les 1,7 million de dollars du virement qui n’a pas été effectué représentent en fait 400 000 dollars », souligne M. Bou Saad. La source précitée se demande de son côté si la BDL ne serait pas en faveur d’une modification de cet arrangement.

Quoi qu’il en soit, si la grève se poursuit, les rues resteront inondées de détritus pour les jours à venir, avec tous les risques sanitaires et les désagréments que cela suppose. « Le pire, c’est que l’on ne sent pas les responsables pressés d’intervenir pour mettre un terme à cette nouvelle crise », déplore M. Bou Saad, qui a publié récemment un communiqué demandant publiquement au CDR de lui trouver un remplacement durant le temps qui reste du contrat, qui expire en 2024.


La scène est devenue si familière qu’elle n’alarme plus grand monde, et surtout pas les responsables politiques: des bennes à ordures débordant de sacs poubelles dans les rues. Cette fois-ci, ce sont les cazas du Metn et du Kesrouan qui sont principalement touchés. La raison: une grève des ouvriers de la société Ramco, chargée du ramassage des ordures ménagères dans ces deux cazas...

commentaires (4)

C’est toute la république qui devrait être dans la benne à déchets, tous les politiciens sont des ordures non recyclables. Il faut juste s’en débarrasser

Liberté de penser et d’écrire

13 h 03, le 02 février 2022

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • C’est toute la république qui devrait être dans la benne à déchets, tous les politiciens sont des ordures non recyclables. Il faut juste s’en débarrasser

    Liberté de penser et d’écrire

    13 h 03, le 02 février 2022

  • Jamais mais jamais on aurait pu imaginer même dans le pire des scenarios catastrophe que l’on arrive à un tel état de déchéance. Merci Monsieur le président Michel Aoun pour vos actes héroïques depuis 1989 à ce jour

    Liberté de penser et d’écrire

    10 h 37, le 02 février 2022

  • Tous leur ouvriers ont des téléphones mobile dernier cri...?!

    Marie Claude

    10 h 26, le 02 février 2022

  • "La scène est devenue si familière qu’elle n’alarme plus grand monde, et surtout pas les responsables politiques: des bennes à ordures débordant de sacs poubelles dans les rues. Cette fois-ci, ce sont les cazas du Metn et du Kesrouan qui sont principalement touchés." Non seulement les bennes débordent, mais les sacs à ordures sont déchirés par les cohortes de "scavengers" (formant une division supplémentaire de l'Axe de la moumana3a...) et les ordures s'éparpillent tout autour sans qu'aucune municipalité ne prenne des mesures pour les en empêcher! Et il y a encore des retardés mentaux qui clament haut et fort que le Liban est le plus beau pays du monde...

    Georges MELKI

    10 h 06, le 02 février 2022

Retour en haut