Rechercher
Rechercher

Économie - Energies

Le Liban signe avec la Syrie et la Jordanie le contrat d'importation de courant électrique

"Il reste encore à finaliser la question du financement de la part de la Banque mondiale et nous allons oeuvrer pour cela rapidement afin que l'accord entre en exécution", promet le ministre Fayad.

Le Liban signe avec la Syrie et la Jordanie le contrat d'importation de courant électrique

Le ministre libanais de l'Energie libanais, Walid Fayad, entouré par ses homologue jordanien, Saleh Kharabsheh (g), et syrien Ghassan Zamel, le 26 janvier 2022 à Beyrouth. Photo REUTERS/Mohamed Azakir

Le Liban a signé mercredi matin avec la Syrie et la Jordanie un contrat d'importation de courant électrique s’inscrivant dans le cadre d’une initiative américaine dévoilée courant août 2021 pour aider Beyrouth à sortir d'une grave crise multiforme, alors que la population subit un rationnement extrême de courant. Selon les autorités libanaises, le courant électrique devrait arriver dans les deux prochains mois.

La signature du contrat a eu lieu entre les ministres de l'Energie libanais, Walid Fayad, et ses homologues jordanien, Saleh Kharabsheh, et syrien, Ghassan Zamel, tous deux arrivés à Beyrouth mardi soir. L'annonce a été faite par M. Fayad à 10h30. Ironiquement, peu avant la signature au siège du ministère de l'Energie, le courant électrique a été coupé pendant un bref moment. Les trois responsables ont été reçus en matinée au Grand sérail par le Premier ministre Nagib Mikati.

"C'est un moment historique important pour le Liban par sa dimension symbolique", s'est félicité le ministre Fayad. "Aujourd'hui, nous consolidons l'action arabe commune... à travers l'accord modeste mais très important pour le peuple libanais, qui a besoin de chaque heure d'électricité," qu'il peut obtenir, a-t-il ajouté.

"Nous allons assurer 250MW de courant en coopération avec la Jordanie et avec le soutien de nos frères en Syrie", a ajouté M. Fayad. "Ce qui était censé être achevé en six mois l'a finalement été en deux mois", s'est-il félicité. "Il reste encore à finaliser la question du financement de la part de la Banque mondiale et nous allons oeuvrer pour cela rapidement afin que l'accord entre en exécution", a-t-il promis.

Lire aussi

Ce que le Liban peut espérer de la Turquie en matière d’énergie

Quant au ministre jordanien, il a affirmé que cet accord "ouvre la voie à davantage de coopération dans d'autres domaines". Son homologue syrien a pour sa part rappelé que le gouvernement de Damas "insistait à faire aboutir ce dossier le plus vite possible". "Nous sommes prêts à tout moment pour le raccordement électrique", a-t-il indiqué. Il a lui aussi affirmé que ce contrat ouvrira la voie à encore plus de coopération entre les deux pays, alors que la normalisation avec le régime du président syrien Bachar el-Assad ne fait pas l'unanimité au Liban.

Les États-Unis ont accepté d’aménager de façon ciblée le régime de sanctions (associé à la loi César) visant le régime de Damas et tous ceux qui coopèrent avec lui, pour que ces projets énergétiques puissent aboutir. C’est en principe la Banque mondiale qui doit les financer, à condition que certaines réformes visant le secteur soient entre-temps lancées. Mardi, le ministre syrien de l'Energie avait affirmé devant le chef de l'Etat libanais, Michel Aoun, que son homologue syrien, Bachar el-Assad, a ordonné de faciliter l'acheminement d'électricité au Liban". Walid Fayad avait pour sa part indiqué que l'accord sur l'électricité jordanienne permettrait d'ajouter deux heures par jour à l'approvisionnement en électricité fourni par EDL.

Lire aussi

EDL accumule les difficultés entravant son fonctionnement

Mais plusieurs détails concernant cet accord restent flous. Le directeur régional de la Banque mondiale, Saroj Kumar Jha, a déclaré à L'Orient Today que la Banque mondiale étudiait les demandes soumises par le gouvernement libanais pour financer à la fois le contrat d'électricité jordanien et le contrat de gaz égyptien, à condition que le gouvernement adopte d'abord un plan de réforme du secteur de l'électricité. Le montant exact du financement n'a pas encore été déterminé, mais la demande initiale du gouvernement était de 250 millions de dollars, a précisé M. Jha.

Le Parlement doit encore ratifier cet accord.

La crise que traverse le Liban depuis plus de deux ans a frappé de plein fouet le fonctionnement du secteur de l’électricité, rendu presque inopérant par des années de mauvaise gestion et de clientélisme politique. Le coup de grâce est survenu le 4 août 2020 avec la destruction partielle du siège d’Electricité du Liban (EDL) lors de la double explosion qui a soufflé Beyrouth et son port. Plusieurs initiatives ont été annoncées ou lancées en 2021 pour tenter de répondre à l’urgence. Un accord a par exemple été conclu avec l’Irak au cours de l’été pour importer, pendant un an, du carburant à des conditions aménagées. Des réformes dans le secteur de l'électricité au Liban constituent une condition essentielle pour débloquer le financement du projet par la Banque mondiale. Cet accord sur l'électricité via la Jordanie et la Syrie fait partie d'une initiative lancée par les Etats-Unis. La deuxième partie de l'accord consiste à importer du gaz d'Egypte en passant par la Jordanie, puis à l'échanger en Syrie contre du gaz syrien et à le fournir au Liban pour faire fonctionner ses centrales électriques.

Selon des informations communiquées par un haut-responsable du département d’Etat américain à L’Orient-Le Jour, les Etats-Unis sont "très préoccupés" par la crise libanaise de l’énergie et ont donc décidé d’encourager des projets garantissant du pays une hausse "graduelle et durable" de la quantité de courant, à partir du moment où elle est mise en œuvre de façon "transparente".


Le Liban a signé mercredi matin avec la Syrie et la Jordanie un contrat d'importation de courant électrique s’inscrivant dans le cadre d’une initiative américaine dévoilée courant août 2021 pour aider Beyrouth à sortir d'une grave crise multiforme, alors que la population subit un rationnement extrême de courant. Selon les autorités libanaises, le courant électrique devrait arriver...

commentaires (13)

Rendons justice à ce ministre qui, au moins essaie de faire quelque chose pour son pays, au lieu de voler, boycotter, blablater…

Mago1

22 h 37, le 26 janvier 2022

Tous les commentaires

Commentaires (13)

  • Rendons justice à ce ministre qui, au moins essaie de faire quelque chose pour son pays, au lieu de voler, boycotter, blablater…

    Mago1

    22 h 37, le 26 janvier 2022

  • Très mauvaise idée de donner a la Syrie un moyen de pression sur le Liban. Ils ne vont pas se gêner pour nous nuit encore plus

    camel

    20 h 56, le 26 janvier 2022

  • Tirade de Ruy Blas, dans Ruy Blas de Victor Hugo (Acte III, Scène 2) : « Bon appétit » Bon appétit ! messieurs ! — Tous se retournent. Silence de surprise et d’inquiétude. Ô ministres intègres ! Conseillers vertueux ! Voilà votre façon De servir, serviteurs qui pillez la maison ! Donc vous n’avez pas honte et vous choisissez l’heure, L’heure sombre où l’Espagne **Liban**agonisante pleure ! Donc vous n’avez pas ici d’autres intérêts Que remplir votre poche et vous enfuir après ! Soyez flétris, devant votre pays qui tombe, Fossoyeurs qui venez le voler dans sa tombe ! prenez-en de la graine Monsieur Fayad, Et annoncez au peuple combien le CPL/Bassil et vous-même allez touchez pour cette opération juteuse de courant. **jus courant ** hahaha

    Le Point du Jour.

    20 h 42, le 26 janvier 2022

  • Et pourquoi ne pas investir cet argent, si toutefois le Liban le recevra, pour construire une bonne fois pour toute des centrales électriques et en finir de mendier?

    CW

    19 h 55, le 26 janvier 2022

  • Combien de promesses non tenues, ca en fera une de plus!

    CW

    19 h 50, le 26 janvier 2022

  • Il faudra attendre donc mars pour avoir un peu de lumiere et pour quelques heures , une vraie mascarade .

    Antoine Sabbagha

    19 h 06, le 26 janvier 2022

  • Monsieur Fayad dit nos "Frères" Syriens ! Ah bon, Monsieur, le Ministre, vous avez oublié la gouverne syrienne durant 15 ans ? Nasrallah nous a vendues aux Iraniens et là, nous devons dire Merci à Fayad ainsi qu'au Boucher de Damas ! La phrase clé "le contrat doit être ratifié"! Que sera, sera, what ever will be, will be... Quelle belle brochette de Ministres nous avons ! Un Liban à vendre, c'est moins cher que Gratuit !

    Marwan Takchi

    19 h 06, le 26 janvier 2022

  • On le croyait plus sérieux que ça Monsieur le ministre de l'énergie. De promesse en promesse, il nous envoie au printemps quand on n'aura plus besoin de beaucoup d'électricité pour nous chauffer.. Ce mois de janvier on grelotte jusqu'à l'os.

    Esber

    16 h 26, le 26 janvier 2022

  • "… Il reste encore à finaliser la question du financement …" - J’adore!

    Gros Gnon

    14 h 07, le 26 janvier 2022

  • Et voilà pourquoi l'offre de Siemens a étai rejeté.

    Sarkis Dina

    14 h 02, le 26 janvier 2022

  • C'est un moment historique important pour le Liban par sa dimension symbolique", s'est félicité le ministre Fayad. il y a eu d autres moments historique au liban qui ont fini à la poubelle rapidement . avec cet argent et l argent des bateaux turques on peut construire plusieurs centrals electriques :trouver la faille.

    barada youssef

    13 h 21, le 26 janvier 2022

  • La Syrie va certainement chipoté ces 20% à nos frais....comme d’hab !

    Yazbeck Gilbert

    12 h 48, le 26 janvier 2022

  • Bande de mendiants-voleurs, rien à ajouter.

    Je partage mon avis

    11 h 24, le 26 janvier 2022

Retour en haut