Rechercher
Rechercher

Société

Mise au point de l’ambassade de Turquie

Suite à la publication de l’article intitulé « Ils rêvaient de rejoindre l’Europe, 82 Libanais ont vécu l’enfer en Méditerranée » dans notre édition du 10 janvier, signé Souhayb Jawhar, l’ambassade de la République de Turquie nous prie de publier la mise au point suivante :

1- L’ambassade n’a en aucune façon reçu une plainte quelconque liée au cas de ces 82 migrants, ni de la part des autorités libanaises ni de la part des intéressés eux-mêmes, contre les mauvais traitements qu’ils prétendent avoir subis. Elle n’a été informée en octobre dernier de la présence d’un groupe de migrants libanais qu’à travers le maire de Tripoli, M. Yamak (Riad, président du conseil municipal), qui a sollicité son soutien pour rapatrier les migrants en question. L’information a été dûment transmise aux autorités turques mais l’ambassade n’a été nullement impliquée dans le processus, qui a été visiblement géré par l’ambassade du Liban à Ankara et par les forces de sécurité libanaises.

2- Il est navrant de lire « sollicitée par L’OLJ, l’ambassade de Turquie au Liban a refusé de commenter le récit des clandestins » car à aucun moment, les services de l’ambassade n’ont été contactés par L’OLJ. Si c’était le cas, cela aurait évité de publier un article basé seulement sur des témoignages attribués à des personnes qui auraient pu transmettre leurs plaintes – si elles en avaient – tant personnellement qu’à travers les autorités libanaises. Nous rappelons à cette occasion que les portes de l’ambassade de Turquie au Liban sont ouvertes à toutes les plaintes et/ou demandes d’information ou d’entretiens, et que deux numéros d’urgence sont en service tous les jours de la semaine, même après les heures de travail.

3- En réponse aux allégations (rapportées par les personnes citées, NDLR) dans l’article, l’ambassade a obtenu les réponses suivantes des autorités turques compétentes :

– Le 31 octobre 2021, 82 migrants illégaux (71 Libanais, 10 Syriens et un Palestinien) ont été arrêtés par le commandement de la sécurité maritime de Kusadasi (commune de la province d’Aydin) et remis provisoirement au centre de rapatriement d’Aydin.

– Dans ce centre, il n’y a pas de membres de Daech ou de détenus suspectés de délits, tel le trafic de drogue.

– Ce centre est suivi 24h/24 par l’intermédiaire de 147 caméras de surveillance. Pendant le séjour des migrants en question, il n’y a eu ni décès, ni coups, ni mauvais traitements.

– Tous les biens saisis appartenant à ces personnes sont restitués soit à leur libération, soit avant leur rapatriement.

L’Orient-Le Jour a bien tenté d’appeler les services de communication de l’ambassade de Turquie, mais n’a pas obtenu de réponse. Cela dit, il était incorrect de notre part d’écrire que l’ambassade a « refusé » de répondre. Cette formule a été corrigée dans l’article.


Suite à la publication de l’article intitulé « Ils rêvaient de rejoindre l’Europe, 82 Libanais ont vécu l’enfer en Méditerranée » dans notre édition du 10 janvier, signé Souhayb Jawhar, l’ambassade de la République de Turquie nous prie de publier la mise au point suivante : 1- L’ambassade n’a en aucune façon reçu une plainte quelconque liée au cas de ces...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut