Rechercher
Rechercher

Société - Covid-19

Retour en classe lundi confirmé au Liban, les écoles en rangs dispersés face au présentiel

Plusieurs écoles de la Békaa et du Sud repoussent la rentrée au 17 janvier. 
Retour en classe lundi confirmé au Liban, les écoles en rangs dispersés face au présentiel

Des élèves masqués dans un collège de Beyrouth. Photo d'archives Marc Fayad

Le ministre libanais de l’Éducation Abbas Halabi a confirmé dimanche soir que lundi marquerait la rentrée en présentiel dans les écoles du Liban, après plus de trois semaines de vacances pour les fêtes de fin d'année. Ces propos ont été tenus malgré la confusion qui a régné au cours du week-end écoulé concernant cette rentrée et la décision prise par certains établissements de fermer leurs portes au vu de la situation sanitaire. 

Le Liban a en effet enregistré au cours des derniers jours des records de contaminations quotidiennes au coronavirus. Malgré les statistiques, les ministres de la Santé Firas Abiad et de l’Éducation Abbas Halabi avaient annoncé que la rentrée en présentiel était bien maintenue au 10 janvier, l'assortissant de mesures de prévention et de l'organisation d'un marathon de vaccination samedi et dimanche qui a permis d'administrer près de 51.000 doses.

"Retour à l'école lundi après la fin des congés décidés par la commission-corona", a écrit M. Halabi sur son compte Twitter, en référence à la décision qui avait été prise par la commission nationale d'accorder 24 jours de vacances aux élèves pour les fêtes, en raison de la propagation rapide du virus. "Nous avons pris toutes les mesures de prévention sanitaires et les écoles ont été équipées, en coopération avec le ministère de la Santé, l'Unicef et l'Organisation mondiale de la Santé", a-t-il ajouté. "L'année scolaire est en danger et nous devons protéger l'avenir de nos enfants. L'éducation est une responsabilité nationale que doivent assumer l'administration, les enseignants, les parents et les élèves", a-t-il encore écrit, alors que le bilan des deux dernières années, marquées par de nombreuses suspensions des cours en présentiel et en ligne, ne s'est pas avéré concluant au niveau de l'enseignement des programmes scolaires. 

M. Halabi a pris cette décision après une réunion avec des représentants des secteurs privé et public, insistant dans un communiqué sur l'importance du respect des mesures de prévention.

Les écoles catholiques "libres" de décider
Face à la décision des ministres de l’Éducation et de la Santé, de nombreux enseignants et syndicats avaient dernièrement annoncé leur volonté de boycotter les cours.

Lire aussi

Faut-il s’attendre à un nouveau confinement après les fêtes ?

Dans l'après-midi de dimanche, le secrétariat général des Écoles catholiques au Liban a laissé à chaque établissement de son réseau le soin de décider s'il envisageait un retour des élèves en présentiel dans les classes à partir du 10. Dans un communiqué, l'organisme a souligné l'importance d'un retour en présentiel à l'école conformément à la décision prise en ce sens par le ministre Halabi. Il a toutefois fait valoir qu'en raison de la "propagation rapide du variant Omicron du coronavirus, qui a provoqué l'inquiétude parmi les parents, les enseignants et les élèves, et au regard de la hausse quotidienne des cas dans les rangs des enseignants et des élèves", elle laisse à l'administration de chaque école le soin de prendre "la décision la plus appropriée". "Les écoles qui ouvriront leurs portes devront renforcer l'application du protocole sanitaire publié par le ministère de l’Éducation", rappelle le secrétariat général.

L’enseignement catholique au Liban se caractérise par la diversité de ses établissements et par leur répartition sur tout le territoire libanais. Il existe 59 groupes scolaires fédérés au secrétariat général des Écoles catholiques qui scolarisent 192.000 élèves, avec un corps enseignant et administratif regroupant 12.800 enseignants et 900 religieux et religieuses.

Fermetures dans la Békaa et le Sud
Dans le Sud, l'école évangélique de Saïda a ainsi annoncé officiellement un report de sa rentrée au 17 janvier, soulignant qu'au cours de la semaine à venir, les enseignants et élèves devaient se confiner autant que possible "afin de réduire la rapidité de la propagation du virus". De son côté, l'école Bahaëddine Hariri, également à Saïda, a affirmé "se conformer à la décision du syndicat des enseignants des écoles privées d'observer une semaine de grève", selon un communiqué obtenu par notre correspondant Mountasser Abdallah. 

Plus tôt dans la journée, des écoles de Zahlé et de la Békaa avaient annoncé un report d'une semaine, au 17 janvier, de la rentrée scolaire en présentiel. Cette décision a été prise en raison de la propagation rapide du coronavirus au Liban, rapporte notre correspondante Sarah Abdallah. Ces établissements ont annoncé aux parents que des devoirs seront envoyés aux élèves pour cette semaine via les plateformes d'apprentissage en ligne, avant un retour dans les classes lundi prochain.

Samedi, le président de la municipalité de Bécharré, au Liban-Nord, avait ordonné que la rentrée soit également repoussée d'une semaine dans la localité, au vu de la situation sanitaire.


Le ministre libanais de l’Éducation Abbas Halabi a confirmé dimanche soir que lundi marquerait la rentrée en présentiel dans les écoles du Liban, après plus de trois semaines de vacances pour les fêtes de fin d'année. Ces propos ont été tenus malgré la confusion qui a régné au cours du week-end écoulé concernant cette rentrée et la décision prise par certains établissements...

commentaires (0)

Commentaires (0)

Retour en haut